Le porno : enfin, les femmes gagnent plus que les hommes !

lvdx-remunerations-des-pornstars-visuel-1-une

« Parité homme-femme », tout le monde a ces mots à la bouche. Les politiques érigent cette promesse depuis des années en règle absolue d’un idéal qu’ils n’appliquent au final que bien rarement. Dans ce domaine, le porno rétablit l’équilibre et inverse la tendance depuis bien longtemps. Pour preuve, les femmes y gagnent plus que leurs homologues masculins.

lvdx-remunerations-des-pornstars-visuel-6Comment se calculent les salaires dans le porno ?

Les contrats avec salaires fixes et une exclusivité pour des maisons ou boîtes de production sont rares. Ce qui prime, ce sont donc les rémunérations au cachet, c’est-à-dire à la scène. Les montants sont ensuite calculés selon les pays. Nettement plus importants aux USA : le marché y est plus développé et la starisation des hardeuses y est plus travaillée. Les montants sont homogénéisés par des agents qui fixent les tarifs selon les prestations, stabilisant ainsi le marché. Rentrent en ligne de compte les actes sexuels qui sont pratiqués. Une sodomie, par exemple, vaut plus chère qu’une simple vaginale. Le nombre de partenaires fait grimper l’addition : un gang-bang ou une double-pénétration rapporte un supplément.

Quand une actrice ou un acteur a la cote, on lui proposera plus de scènes par film et plus de films par mois. Tout est donc calculé en nombre de tournages, nombre de scènes et pratiques acceptées. Les professionnels du porno doivent donc courir après les tournages, souvent beaucoup voyager et s’installer là où on tourne le plus, comme Prague ou Budapest pour les Européens. Bémol qui a son importance : les acteurs et actrices porno ne touchent pas de royalties sur la vente de leurs photos ou vidéos. Une fois une scène tournée, l’exploitation des images leur échappe totalement et ce, sans limitation de temps. Ce n’est donc pas très facile de bien gagner sa vie dans l’univers parfois impitoyable du porno…

lvdx-remunerations-des-pornstars-visuel-2Les femmes mieux payées que les hommes

Le succès d’un film X hétéro étant principalement basé sur la performance de l’actrice, le hardeur joue souvent un rôle de faire-valoir sans qu’on se préoccupe trop de son existence ! Dès lors, le niveau de rémunération est souvent de 30 % à 50 % de moins que celui de la fille dont il va s’occuper et qu’il devra baiser « pendant des heures ». Et cela même si l’actrice porno est toute jeune et que l’acteur a huit ou dix ans de carrière derrière lui, ce qui est souvent le cas. On garde ceux qui savent bander, se positionner et juter à la demande. On peut donc dire qu’une fille gagne la plupart du temps deux fois plus que son collègue de travail ! Enfin la cote d’une hardeuse est aussi paramétrée, de plus en plus, par sa notoriété qu’elle peut aujourd’hui travailler, contrairement aux mecs, sur les réseaux sociaux. Si celle-ci est largement suivie sur Twitter, Instagram et, dans une moindre mesure, sur Facebook (où le porno est interdit), le prix qu’elle pourra demander par scène peut encore varier à la hausse. Du coup, l’écart se creusera d’autant plus profondément avec un acteur porno car, quand elles sont nouvelles, les scènes se louent mieux et se font aussi mieux buzzer.

Bien entendu, quelques exceptions confirment la règle : de rares hardeurs dont les aptitudes sont hors norme. Ils parviennent à fidéliser leur public et peuvent négocier un cachet égal, voire plus élevé que leur partenaire féminine. Par exemple, Rocco Siffredi pour les années 90 reste LA RÉFÉRENCE en la matière. Le Français Manuel Ferrara n’est pas en reste et connaît un succès tel qu’il s’est installé aux États-Unis et a obtenu sa propre catégorie sur les tubes pornos.

lvdx-remunerations-des-pornstars-visuel-5Actrice porno : un « produit » qui peut rapporter

Être une actrice porno aujourd’hui, ce n’est plus simplement écarter les jambes, mais être au courant de tout ce qui se passe dans le milieu adulte, connaître les nouveaux labels qui montent, avoir des réseaux sociaux puissants à son service, avoir une image de pro et connaître les décideurs, pouvoir voyager… Son nom doit devenir sa marque et elle doit la faire évoluer sur au moins trois à cinq ans afin de profiter au mieux de sa cote et de pouvoir avoir une reconversion en show ou en réalisatrice comme Katsuni.

Conclusion : vaut-il mieux être une femme dans le porno ?

Oui, mais il faut relativiser. Pour gagner plus, une actrice doit avoir un rythme de travail plus important, entretenir sa beauté et son corps, plaire à tous, savoir faire face aux rivalités (car les femmes sont plus nombreuses) et donner de son corps – ce qui n’est pas donné à tout le monde, une scène de cul n’est pas forcément toujours une partie de plaisir. Si elle est suffisamment forte pour allier tous ces critères, elle pourra dès lors bien, voire très bien, gagner sa vie pendant plusieurs années.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.