Angela White, 110 et plus si affinité

557A7337

Elles sont rares les actrices australiennes et donc précieuses, surtout quand elles affichent un démentiel 110 I pour tour de poitrine comme Angela White. À 32 piges, la Milf connaît son heure de gloire et a surtout une intelligence bien au-dessus de la moyenne. « T’as de beaux restes, tu sais ! »

LVDX : Tu tournes depuis 2003, comment se fait-il que tu sois passée aussi inaperçue ?

Angela White : À 18 ans, j’ai commencé le striptease dans un club de Sydney et à poser topless. À l’époque, je ne pensais pas du tout au porno pour la bonne raison qu’il n’y a pas de production ici. En même temps, je n’avais pas de plan de carrière. Quand j’ai envoyé mes photos pour le magazine Score à Miami, à partir de 2011, tout s’est accéléré. On m’appelait de Californie pour me faire venir, les réalisateurs me disaient qu’ils feraient n’importe quoi pour pouvoir filmer mes seins ! J’ai pris le temps. J’ai développé mon propre site. Je n’ai jamais dû tourner par obligation. C’est ma force et sans doute pour cela que je suis toujours là.

557A7386Comment organises-tu ta carrière ? Habites-tu toujours en Australie ?

Toujours à Sydney, oui. Je pars aux États-Unis pour des sessions de deux mois de tournage en moyenne. Je reviens dès que je peux ici. Je n’aime pas être éloignée trop longtemps de ceux que j’aime. Surtout, je suis à plein temps sur mon site.

Tu as une poitrine hors norme, comment le vis-tu ?

Très bien. J’ai toujours été fière d’avoir de gros seins. Ils ont commencé à pousser à l’âge de 13 ans. Ça s’est arrêté à DD, puis j’ai eu une autre grosse poussée à 16 ans. On ne voyait que ça. Ça m’excitait, j’attirais le regard des mecs. Et puis, je sais pertinemment qu’ils constituent mon plus gros atout de séduction… Ce qui est drôle est que leur taille varie. Ils sont plus gros en été, quand ils sont hydratés, après un massage ou à la fin de mes règles. Ça a beaucoup à voir avec la circulation sanguine.

Comment faut-il se comporter avec tes nichons ?

Les hommes ont tendance à perdre le contrôle, à les sucer et à lécher dans tous les sens. J’ai une emprise sur eux grâce à ça. Ceux avec qui je baise sans qu’ils y prêtent attention m’attirent le plus. Après tout, je ne suis pas qu’une paire de seins !

Que préfères-tu dans le sexe ?

Un mec et une fille, ça me plaît. Qu’elle m’écarte bien les fesses pendant que je me fais visiter ! Les relations un peu sado-maso aussi. Être attachée, les yeux bandés, s’abandonner totalement sont des choses qui m’excitent.

557A7345Tu fais un peu d’anal aussi…

Un peu ? En ce moment, je ne fais que ça ! C’est une obsession chez les producteurs : « Est-ce que tu fais de l’anal ? ». J’aime bien, mais pas tous les jours ! D’ailleurs, je ne vois pas une femme en faire tous les jours. C’est bullshit !

Angela--White--02Tu viens de bosser avec Manuel Ferrara, côtoies-tu des Français ?

J’ai fait mon premier tournage pour lui le mois dernier. Un truc de dingue. En plus, il est hyper sympa. J’avais déjà quelques amis français qui m’ont initié à leur culture. Aussi souvent que possible, je vais au restaurant français, à la french bakery (NDLR : la boulangerie). J’aime le raffinement.

Angela--White--16Avec combien de mecs as-tu couché avant de rentrer dans le porno ?

Je n’en ai aucune idée. Je ne tiens pas d’agenda. Je dirais une trentaine. J’étais considérée comme une grosse salope. Le porno me semblait un espace où ma sexualité débridée ne serait pas considérée comme une tare, au contraire.

557A7390En plus, ton pseudo est ton vrai nom, c’est bien ça ?

Oui et j’irai jusqu’à dire que c’était une démarche politique délibérée. Je voulais que le monde sache que j’étais heureuse et que j’assumais pleinement de partager ma sexualité. Il y a encore tellement de honte et de non-dits autour de la sexualité que je me suis sentie investie d’une mission pour aider les gens à assumer leurs désirs et leurs fantasmes.

Angela--White--11Prends-tu ton pied sur les tournages ?

J’aime bien explorer toutes les facettes de l’exhibitionnisme. Que plein de gens me matent n’est vraiment pas un souci. Et puis, quand le sexe est intense, je ne remarque même plus qu’il y a une équipe de tournage.

Que faut-il te faire pour que tu jouisses ?

De l’intimité et de la passion. L’acte en lui-même m’importe moins qu’une connexion authentique avec mon partenaire. J’aime arriver au point où j’arrête de réfléchir pour être uniquement dans l’émotion.

Angela--White--08Quel est l’endroit le plus inconfortable où tu aies baisé ?

Si c’est bon, je ne me sens jamais dans l’inconfort. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle j’ai eu pas mal de problèmes avec des bobos liés au porno. Le sexe intense me laisse sur les rotules !

Aujourd’hui, tu es une icône sexuelle. Est-ce facile à assumer au quotidien ?

Non. Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas être systématiquement jugée sur mon physique. Dans certaines circonstances, je cache mon corps pour être sûre qu’on me prendra au sérieux. Je ne suis pas quelqu’un « d’unidimensionnée ». Je suis indépendante et je ne veux pas qu’on me juge uniquement au travers du prisme de ma sexualité.

557A7364Angela White

32 ans
Originaire de Sydney (Australie)
1m60
55 kg
110 I

Filmo sélective :
– Anal Heartbrakers 2 (Evil Angel)
– Axel Braun’s Busted (Wicked)
– Angela Loves Gonzo (Girlfriends films)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.