Sodomie : les annales d’un conflit

37. C’est le pourcentage de femmes qui, selon une récente étude publiée dans le Journal of Sex Research et menée par l’universitaire Kimberly McBride sur 33 jeunes Américaines hétérosexuelles, auraient déjà pratiqué la sodomie.

L’étude n’est, bien sûr, pas sans précédent. Mais la méthodologie utilisée - le débat anonyme entre sondées - met en lumière, de manière plus fidèle que tout autre processus, les motivations et réticences que les femmes peuvent éprouver à ce sujet.

Dans Un délire comme ça : de la levrette au 69, penser le cul philosophiquement de Renée Greusard (l’Obs, 26 août 2017), la journaliste s’entretient avec Francis Méthivier (docteur en philosophie et auteur de Sexe et philo éd. Bréal), Ovidie (ex-actrice et réalisatrice de films porno féministes et co-auteure) et Sylvain Bosselet (auteur de Je pense donc je jouis, éd. Max Milo). Ils dressent, entre autres, une analyse sociale de la sodomie, ce « rapport sexuel non reproductif par excellence ».

Sylvain Bosselet rappelle que la sodomie est une pratique considérée comme « anormale » et « non naturelle ». Qu’elle est « condamnée par la Bible (Sodome et Gomorrhe) mais aussi par Mahomet ». Elle est pourtant largement pratiquée dans le règne animal, ce qui infirme ce cliché d’une « sexualité transgressive ».

Selon lui, la sodomie serait « le symbole de la soumission sociale (d’où l’insulte d’“enculé”), y compris chez les singes, où le perdant d’une joute hiérarchique présente symboliquement ses fesses au mâle alpha qui mime quelques allers-retours de sodomie ! ».

« Ce qui est sale devient désirable » : il serait également question, selon lui, de faire sauter les « verrous de notre éducation ». Mais pas seulement. Il soulève deux derniers points importants. Le principe même de la sodomie rompt avec la sacro-sainte fécondité. Alors « Pourquoi existe-t-il un orgasme anal ? »

Pour finir, outre la fonction bafouée de la reproductivité se pose le problème de la fonction du rectum. Celui-ci contient et expulse. « La sodomie serait donc un mouvement contre-nature de rejet ». Tout est affaire de sublimation, de « pôles inversés ».

Certaines actrices telles que Holly Hendrix qui a passé 27 jours d’affilé à ne tourner que des scènes de sodomie se baptisent elles-même « Anal Queen » afin de se démarquer des autres pornstars.

De manière plus « terre à terre », pratiquer la sodomie devient non pas un moyen de fuir la norme, mais bien celui de la respecter : elle est désormais extrêmement courante. Selon Mark Hay, dans Avec les actrices porno spécialisées dans les pratiques anales extrêmes pour Vice, « depuis pas mal d’années, la surenchère entre les studios mêlée à un intérêt croissant des gens pour la sodomie au sein du couple hétérosexuel a transformé ce qui était autrefois une pratique de niche en un pilier du sexe moderne ».

La  «double» n’est manifestement pas un problème pour certaines hardeuses.

Les risques liés à l’« anal » restent rares dans le cadre d’une pratique conventionnelle, c’est-à-dire ni trop rapide, ni trop brutale. Néanmoins, les variantes trash de la sodomie peuvent amener à quelques inconvénients. Le souci principal étant l’hygiène, il convient donc de suivre les recommandations des spécialistes à la lettre afin d’éviter fistules, fissures et autres prolapsus.

Jamais deux sans trois !

La star Hollywoodienne Gwyneth Paltrow est de celles qui n’admettent aucun tabou en la matière. Elle dispense de précieux conseils relatifs à la sodomie sur son site Goop. Elle y traite notamment des problèmes de communication au sein du couple, des plaisirs du sexe anal, du lavement… et même du lavage pénien ! Sans oublier de conseiller sur les risques bactériologiques : « Le sexe anal non protégé peut amener des bactéries jusqu’à la prostate, chez l’homme. L’usage du préservatif est recommandé ». Tout est affaire de confiance et de désirs mutuels. Alors à vos marques, prêts, enculez !

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).