Lily Ivy : « Je peux avoir un orgasme en quelques secondes »

Quand un mannequin à la H&M écarte ses pattes et se met un petit doigt dans le cul, ça donne Lily Ivy, 22 ans, coupable d’un génocide sur les gamètes des branleurs de tout poil. Entretien avec un avion de chasse furtif.

LVDX : Qu’est-ce qui a amené une créature comme toi à faire du porno ?

Lily Ivy : Un concours de circonstances. Je fais des photos et des vidéos depuis mes 13 ans. J’ai travaillé pour des marques de fringues et d’équipements de skateboard. Petit à petit, j’ai fait des photos de lingerie et de maillots de bain. Le photographe avec lequel j’avais l’habitude de travailler faisait aussi du charme. Je le savais. À la fin d’une de nos séances, je lui ai demandé de me faire une série de photos sexy, mais privées. À la base, nous étions au Mexique pour une marque de skate et au coucher du soleil, je me suis retrouvée sur la plage, la chatte à l’air dans les vagues. Ça m’a plu. J’ai voulu explorer cette voie et c’est lui qui m’a présentée à Colette chez X-Art. 

Tu n’as fait qu’une seule scène hétéro pour X-Art, pourquoi ?

Sauf proposition exceptionnelle, ce sera la seule. C’était une expérience unique, que j’ai voulu connaître une fois dans ma vie, pour le trip, avec mon copain. Je n’ai pas besoin de faire du porno hétéro. De plus, ça remettrait en cause mon mode de vie que je tiens à préserver.

Tu as brouté des minous aussi, c’est plus facile ?

Je dirais que ça implique moins. Tout le monde sait que les femmes n’ont pas le même rapport entre elles. Mais je n’ai fait que deux scènes lesbiennes. En tout cas, c’était très agréable. Caprice et Madi (NDLR : Little Caprice et Madi Meadows) avaient des chattes douces et sucrées. Elles me plaisaient : elles sont belles et excitantes.

Le tienne est poilue, n’est-ce pas ?

J’alterne les périodes avec et les périodes sans, mais depuis quelques mois, elle l’est. Ça fait du bien de laisser pousser. C’est plus agréable quand je me fais lécher, ça pique moins !

Es-tu facilement excitée ?

Si une personne me plaît et qu’elle passe sa main sur mes lèvres, mes seins ou mes fesses, je me mets à mouiller. C’est aussi simple que ça !

Quelle est la meilleure manière de te faire jouir ?

Si je suis chaude, je vais venir facilement. Il faut me toucher un peu partout pendant que l’on rentre en moi. Là, je m’ouvre et je mouille vraiment abondamment. Si le rythme de pénétration est régulier, je peux avoir un orgasme en quelques secondes.

Es-tu adepte de l’amour de groupe ?

Ça peut me plaire avec des personnes que je ne connais pas intimement. Avec des amis, j’aurais trop peur que ça pourrisse nos relations par la suite.

Comment faut-il s’y prendre pour te séduire ?

Qu’on soit doux et bon en cuisine ! J’aime les hommes calmes, sûrs d’eux et en plus, j’adore manger ! S’il apprécie le bon vin, c’est un sacré plus !

Le vin français ?

Oh oui ! Un Bordeaux Grand Cru comme un Petrus, un Margaux ou un Cheval Blanc !

Comment t’y connais-tu aussi bien en grands crus français ?

J’ai fait des études pour être sommelière à New York. Je n’ai pas fini ma formation et je ne le suis jamais devenue mais j’ai goûté beaucoup de vins différents et de tous les cépages. Je ne sais peut-être pas distinguer deux bons vins, mais je sais apprécier les grandes bouteilles.

Tu n’as pas l’air comme ça !

Refaire le monde avec des amis et une bonne bouteille, c’est le bonheur. À Philly, j’ai grandi en bande, au milieu de mon groupe de skateurs. J’aime être entourée de mes potes.

Tu as une carte du monde tatouée sur la cuisse, ça en dit beaucoup sur toi aussi…

Je suis une citoyenne du monde. J’ai du sang suédois, balte et italien. Je ne crois pas aux frontières. Nous avons tous le même sang et nous vivons sur la même planète. 

Niveau physique, t’es cosmopolite aussi ?

Je n’ai aucun critère. J’ai couché avec des noirs, des blancs, un asiatique, un Juif.

Quels sont tes trucs de beauté ?

Physiquement je ne marque pas encore, mais j’aime faire la fête. À coté de ça, je suis vegan. Je suis très attentive à ce que j’avale quand je ne suis pas en soirée. Je fais mes six kilomètres de running chaque jour et surtout je continue à pratiquer le skateboard. J’en fais depuis l’âge de 9 ans.

En montrant ta sexualité, as-tu le sentiment de te mettre en danger ?

Je sais que ça va me suivre, mais j’assume. Je ne fais ça qu’en solo, avec mon copain ou des femmes. Dans quelques années, ça ne choquera plus personne. J’en suis certaine.

Lily Ivy

22 ans

Originaire de Philadelphie (Pennsylvanie)

1m68

52 kg

90 D

Filmographie sélective :

- First Lesbian Summer (X-Art)

- Girls Girls Girls (Colette)

- Glamour Solos 7 (Girlsfriends films)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.