Ziggy Star : « Notre métier est de faire croire que nous sommes toutes pareilles »

Avec Bowie en référence, nous avions déjà un bon a priori sur Ziggy. Sa vivacité d’esprit vient confirmer tout le bien qu’elle nous inspirait. Hardeuse libre et sodomite émérite, Ziggy est une good girl.

LVDX : Rassure-nous, ton pseudo est bien un hommage au grand David ?

Ziggy Star : Ma mère m’a fait grandir avec la musique de David Bowie et m’a transmis le virus. J’aime tout ce qu’il a fait, même dans un film comme Dune, je l’ai trouvé bon. Il avait cette capacité à créer des personnages hors norme.

Quels sont tes morceaux préférés ?

Space Oddity, Starman, The Man Who Sold the World et Let’s Dance. J’aime toute sa période 60’s-70’s, mais son dernier album avant qu’il ne meure, Blackstar, est bon aussi.  

T’aurais aimé coucher avec lui ?

Ça aurait été mon rêve ! Qu’est-ce que j’ai pu fantasmer sur ce mec ! Son côté androgyne, ses yeux verrons, son corps sec et musclé… Ça devait être un super coup. Je suis sûre qu’il était très pervers. Il devait lécher les chattes comme personne !

Que t’inspire la sexualité débridée des années 60-70 ?

La liberté totale sans contrainte et sans peur. S’envoyer en l’air dans un esprit pacifique et fraternel. J’ai eu une période où j’étais complètement hippie, avec des dreadlocks, un foulard et toutes sortes de bijoux.

Y a-t-il une démarche particulière derrière ton entrée dans le porno ?

Je me sens en décalage total avec le monde qui m’entoure. Mes amis me disent souvent que je ne suis pas dans le même espace-temps qu’eux. J’ai toujours pensé différemment des autres et pendant longtemps, j’étais renfermée sur moi-même. Si je n’avais pas fait du porno, je serais devenue hackeuse. J’ai certaines compétences insoupçonnées en informatique.

Qu’est ce qui te fait grimper aux rideaux sexuellement ?

Qu’on me prenne par derrière après que j’ai joui par devant. Je suis totalement dilatée quand c’est comme ça. Avec moi, la sodomie, ça passe tout seul.

Et a contrario, que n’aimes-tu pas ?

La fellation. Je n’aimais pas non plus avant de rentrer dans le X.

C’est rare les actrices qui n’aiment pas sucer !

Pas du tout. Elles font ce que les réalisateurs leur disent de faire et eux font ce que les gens ont envie de voir. Je connais d’autres filles qui n’aiment pas les French kisses.

Pourquoi ? Tu trouves ça sale ?

Non, mais c’est un plaisir égoïste des hommes. Ils ne pensent qu’à ça. Ça ne stimule aucune zone érogène chez une femme de sucer. Ça lui fait juste plaisir de faire plaisir. Pour ma part, je préfère lorsqu’il y a un échange, comme en position 69 par exemple.

Quoi d’autre ?

Jouir en même temps que mon partenaire, c’est quelque chose que je trouve très intense.

Je constate que tu es restée très romantique dans le fond…

Moi, je me trouve lucide. Les mecs, les réalisateurs, les médias… tout le monde se fait des films sur la sexualité féminine. Seules les premières concernées savent dans leur for intérieur.

On peut dire la même chose pour les hommes à ce moment-là !

Oui, nous sommes tous différents et notre métier est de faire croire que nous sommes tous et toutes pareils. Que les mecs adorent enculer et nous, prendre des grosses bites dans le cul.

Quels sont les cotés positifs de ton job ?

Je voyage et je gagne bien ma vie. Je travaille à mon rythme, quand je veux. C’est un mode de vie qui colle parfaitement à mon esprit revêche ! Et puis, ça me laisse du temps pour passer des nuits sur mon ordinateur. Je suis insomniaque et gameuse, mes nuits sont courtes.

Le maquillage n’est pas du luxe alors sur les tournages…

Ça, c’est sûr. Après une nuit blanche, je pourrais tourner sans trucage dans The Walking Dead ! Après un relooking, je suis de nouveau baisable !

Revenons à la sodomie, comment fais-tu pour encaisser autant ?

Pas de stress, de pression ou d’appréhension. Je me mets simplement dans de bonnes dispositions mentales. Je jouis vite par derrière si l’on s’y prend bien les premières minutes. Il ne faut pas chercher à tout rentrer trop vite. Quand je m’aide avec un peu de gel lubrifiant, je n’ai aucune douleur.

T’aimes qu’un mec jouisse dedans ?

Je préfère qu’il jouisse dans mon cul que dans ma chatte ! C’est symbolique. Je n’ai pas envie que n’importe quel mec éjacule en moi. Ceci dit, je fais souvent des all internal donc en vérité, ça ne me dérange pas.

Et qu’une autre actrice lèche derrière ?

Ça me plaît bien ! Si elle peut me sucer le clito en même temps, ce sera encore mieux, j’aurais beaucoup de cyprine à lui offrir.

Ziggy Star

23 ans

Originaire de Mesa (Arizona)

1m57

45 kg

85B

Filmo sélective :

- Indiscretions (Wicked Pictures)

- More Than a Friend (DarkX)

- Orgy Heroes (Lexington Steele Productions)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.