Minneapolis souhaite-t-elle réintroduire les bains publics gays ?

Les rencontres sexuelles se font partout et surtout n’importe où : dans les bars, les clubs, au sauna... ou même dans les centres commerciaux et autres parcs. Ce qui n’est pas idéal, voire sécurisant.

Il y a quelques jours, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées dans un bar de la ville, le Lush, pour revenir sur la fermeture des bains publics pour hommes dans les années 80, suite aux ravages du sida qui venait de faire son apparition.

« Outfront Minnesota, une association qui lutte contre la violence et les crimes commis envers les LGBT »

Il a été démontré que les rapports sexuels entre hommes, dans les villes voisines de Minneapolis et de Saint-Paul, prospèrent depuis l’avènement de la PrEP, mesure préventive qui élimine quasiment en totalité les risques de contagion au VIH. La communauté LGBT espère aujourd’hui, l’ouverture d’un endroit sanitaire et contrôlé pour que tout le monde puisse prendre du plaisir, et où des tests sans honte seraient offerts régulièrement.

Populaires dans toutes les grandes villes d’Europe, les saunas gays, permettent des rapports sexuels à deux ou à plusieurs, dans des conditions de sécurité optimales.

Mais le problème, c’est que Minneapolis n’a pas fait évoluer son jugement, depuis les rapports scientifiques concernant le VIH il y a 30 ans. Les lois de la ville définissent toujours la maladie comme « irréversible et uniformément fatale ». C’est la raison pour laquelle les saunas avaient été fermés dès 1986.

« La communauté LGBT espère aujourd’hui, l’ouverture d’un endroit sanitaire et contrôlé pour que tout le monde puisse prendre du plaisir »

Minneapolis a utilisé cette « ordonnance des bains publics » l’an dernier pour attaquer et fermer un club gay, qui opérait sans licence au nord de la ville. Le propriétaire de l’établissement devait déménager les parties hebdomadaires dans une résidence privée. La sexualité a continué, mais sans les tests que les agents de santé de Red Door Clinic, un organisme de prévention contre les IST, avaient l’habitude d’offrir à l’ancien emplacement.

Le journal britannique The Independant révélait en 2013, que le Vatican avait acquis pour 23 millions d’euros, une partie d’un immeuble romain qui héberge également le plus grand sauna gay d’Europe, l’Europa Multiclub.

« Les responsables de la ville parlaient de réécrire les textes de lois […], pourtant en cette fin d’année 2017, aucun changement n’a été opéré »

À la fin de l’année dernière, les responsables de la ville parlaient de réécrire les textes de lois et d’offrir à la ville un nouveau lieu commercial sexuel. Pourtant en cette fin d’année 2017, aucun changement n’a été opéré. Dans un communiqué de presse, Phil Duran, directeur juridique d’Outfront Minnesota, déclarait à propos de la mairie : « L’hôtel de ville ne connaît probablement pas les nouvelles recherches sur la propagation du VIH, et les avancées en matière de santé sur la sexualité des homosexuels. Il ne semble pas y avoir de volonté politique de changement, alors que des élections se profilent à l’horizon. C’est incroyable, pour moi, qu’on nous apprenne encore à craindre les séropositifs et la sexualité. La connaissance a augmenté, la science a augmenté, la façon dont nous pensons à la santé de notre communauté a changé ».

Pour l’heure, aucun bain public gay n’a rouvert à Minneapolis ou à Saint Paul.

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.