Emma Hix : « Avec 20 cm enfoncés, je ne pense pas au mascara »

Emma est canadienne. Elle a donc ce petit truc en plus qui la pousse vers une sexualité débridée et des scènes qui transpirent le cul. Pour ne rien gâcher, elle est de nature joyeuse et volubile. Bref, pour un Parigot, c’est le Pérou…

LVDX : Une certaine élégance se dégage de tes traits. Qu’en penses-tu ?

Emma Hix : J’en pense que j’aime les compliments. Ça commence bien ! Je suis une fille plutôt coquette, mon argent part dans toute sorte de crème ou de soin pour le teint, l’épilation ou les cheveux. C’est une de mes manières de me faire plaisir.

Quelles sont les autres ?

En premier, le sexe évidemment ! Et il me semble que je l’exprime bien. Le seul plaisir que je pourrais comparer est l’ivresse de la vitesse, en moto tant qu’à faire.

Des produits de beauté, du cul et des grosses cylindrées, c’est plutôt un bon programme !

Eh, eh ! Je pense que tu peux rayer de la liste les produits de beauté pour ce qui est de plaire aux hommes. Je ne suis jamais rentrée dans un magasin qui vend des crèmes et du maquillage avec un homme hétéro. Je ne le fais qu’avec des amis gays. Ce sont les seuls que ça intéresse autant que moi.

Pour te draguer, beaucoup seraient prêts à se taper tous les instituts de beauté de Paris, Los Angeles et d’ailleurs ! Qu’aimes-tu chez un homme ?

Et chez une femme. C’est important pour moi. Je suis bi. J’aime les deux. J’en attends de la sensibilité, de l’humour et un côté travailleur. Je suis une bosseuse. Je ne supporte pas les gens qui ne font rien de leur vie et qui manquent d’énergie.

Et physiquement ?

Bien bâti pour un mec, avec des bras musclés et rassurants. Une petite barbe bien entretenue n’est pas pour me déplaire. J’aime les hommes poilus ! Les femmes, je les aime très féminines et soignées, avec des gros seins et une petite chatte rose et rasée.

Tu es délicate certes, mais quand tu te fais enculer, ce n’est pas l’adjectif qui vient le premier à l’esprit.

C’est différent, là, c’est du sexe animal. Les émotions te submergent. Tu en prends plein le cul quand même ! Je veux dire… C’est impossible de se concentrer sur son mascara quand tu es avec 20 centimètres enfoncés dans les entrailles. Si tu veux savoir la sensation, tu te fais enculer. Tu t’es déjà fait enculer ?

Pas à ma connaissance. Je vais rester dans mon ignorance.

Il n’y a que quand on la prend par derrière que l’on peut comprendre. C’est toute la difficulté d’expliquer des sensations ! Regarder une de mes scènes vaut mieux que tout ce que je pourrais dire.

Justement, j’ai remarqué que tes pipes étaient assez phénoménales ! Où as-tu appris à sucer comme ça ?!

Alors, c’est toute une technique ! J’allonge la bouche pour faire mon duckface ! J’aspire doucement puis j’accélère en ouvrant la bouche. J’ai une grande bouche. Puis je bave et je crache dessus, c’est visuel. Quoi d’autre… J’aime bien serrer les mains autour du sexe. C’est une bonne méthode pour la rendre plus dure.

Oui, mais où as-tu appris ! Au lycée ? Dans les springbreaks ?

Je n’ai pas non plus sucé tous les mecs que j’ai croisés pour m’entraîner. J’ai eu deux relations longues et c’est avec mes copains que j’ai tout appris. Je n’aurais pas été meilleure au lit en couchant avec des garçons différents chaque week end. Je n’ai jamais été de ce genre-là.

Ce qui est plaisant avec toi est qu’on devine sur ton visage que tu prends ton pied, c’est du cinéma ?

Pas du tout ! Je prends un pied dingue quand je me fais baiser. J’ai la chatte toute humide. Elle brille ! Elle trahit mon  plaisir. Et puis je ris nerveusement. Je ris quand je jouis.  

Ton coté Barbie, à la Paris Hilton, il est quand même très travaillé, ça fait partie du personnage, non ?

Oui, c’est ce que je recherche, mais ce n’est pas pour jouer un rôle. J’aime être pulpeuse, sexy, provocante. Je vais au solarium pour avoir la peau dorée. Je fais des colorations pour être très blonde. Quand tu parlais du plaisir qui se lisait sur mon visage et bien, ça en fait partie. Je me sens bien dans ma peau, je prends du plaisir dans ce que je fais et ça se voit.

Vous êtes quelques Canadiennes dans la Porn Valley, vous connaissez-vous ?

Avec Riley Nixon, on échange sur les réseaux, mais on ne se voit pas. Les gens du milieu, canadiens ou pas, je ne les croise que sur les plateaux. Sortie de là, j’ai gardé les mêmes amis qu’avant le porno. Je serais sûrement partie en vrille si je n’avais pas gardé des attaches avec ma famille et mes amis d’enfance. C’est primordial pour moi.

Emma Hix

20 ans

Originaire de Toronto (Canada)

1m63

50 kg

90 B

Filmo sélective :

– Bad Ass Barbies (AMK)

– Littel Anal Vixxxens 2 (Evil Angel)

– Flixxx : Forbidden Fruit (Digital Playground)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.