Hugh Hunter dénonce le « racisme » dans l’industrie du film pour adultes

La pornstar a exhorté les autres membres de l’industrie du cinéma pour adultes à « se lever contre le racisme systématique et le pointillisme excessif ».

Les GayVN Awards, lancés en 1998 pour récompenser les réalisations dans l’industrie du porno gay, seront de retour pour la première fois ce mois-ci. Hunter, qui a travaillé comme star du porno gay pendant trois ans, a refusé ses nominations dans toutes les catégories, y compris Best Daddy, citant le « racisme et la bigoterie » systémique dans l’industrie pour adultes.

La star de cinéma pour adultes a partagé une lettre ouverte écrite sur les GayVN Awards sur Twitter pendant le week-end, où il a critiqué le traitement continu des acteurs non-blancs : « Les GayVN Awards annoncent des nominations incluant une catégorie meilleure scène ethnique pour les modèles noirs, latinos et asiatiques. En attendant, aucun n’est nommé meilleur acteur ou second rôle. […] Je refuse respectueusement mes nominations dans toutes les catégories. »

Dans sa lettre cinglante, Hunter s’est adressé à l’industrie en des termes tranchés : « L’industrie du porno gay a toujours été un lieu de racisme et de bigoterie voilée. Il semble maintenant que les GayVN Awards ont choisi de rendre ce racisme et cette bondieuserie plus flagrants encore dans leur retour à l’arène des prix. […] En parcourant les catégories de nominations au prix GayVN et sa liste interminable de nominés, j’ai remarqué une catégorie qui a immédiatement fait mal à ma sensibilité et qui, franchement, m’a retourné l’estomac. »

Hunter écrit : « Pourquoi ces nominations n’étaient-elles pas incluses dans la catégorie “meilleure scène” ? […] Pourquoi une société de porno gay choisirait-elle de séparer les groupes minoritaires dans leur propre race lors d’un événement qui est censé célébrer l’industrie gay dans son intégralité ? Pourquoi cette catégorie serait-elle créée en 2017 alors que le climat politique est si marqué par la division raciale dans ce pays ? »

Il a dès lors exhorté les membres de l’industrie du divertissement pour adultes à « se lever contre le racisme systémique et la bigoterie dans le porno. Je veux qu’on se souvienne d’avoir fait un pas en avant et d’avoir lancé un mouvement pour finalement mettre fin au racisme et à la bigoterie dans une industrie assiégée, écrit-il. Pour beaucoup, nous sommes des éducateurs sexuels. Soyons les meilleurs éducateurs que nous puissions être. »

Aussi, pour finir, il ajoute : « Créer une catégorie distincte comme “meilleure scène ethnique” est dangereux. En plus de perpétuer une division raciale déjà existante dans la communauté LGBTQ, elle permet aux studios et aux créateurs de contenus de continuer à priver les hommes de couleur du processus de casting. Il y a un manque de possibilités de films pour les hommes de couleur dans le divertissement pour adultes. Ce manque de représentation peut valider les idéaux biaisés des membres de notre communauté. Nous sommes les éducateurs de la sexualité pour beaucoup de gens. Nous ne rendons pas service à notre communauté en ne créant pas un fantasme sexuellement inclusif. »

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.