Kenzie Reeves : « Je suis une Barbie pour les grandes personnes »

Après Piper Perri, au rayon curiosités, voici Kenzie Reeves. À 20 ans, la sauterelle bostonienne s’est formatée elle-même pour être une créature dont l’unique mission est l’érection puis l’expulsion. En Opex, on lui filerait une médaille tant elle assure. Interview avec une dure à cuire.

LVDX : On dit que Boston, c’est une ville d’intellos, est-ce vrai ?

Kenzie Reeves : Ceux qui disent ça n’ont jamais été à Boston-Sud, c’est sûr. Si vous restez à Downtown et au Nord, oui, on peut dire que vous allez croiser des gens bien élevés, genre étudiants et professeurs.

En fais-tu partie, des gens bien élevées ?

Je suis une petite chienne soumise obéissante ! Donc oui, j’en fais partie… Mais peut-être que je suis aussi une rebelle, sinon je ne serais pas là à me préparer pour me faire défoncer par deux grosses queues. Je n’en fais qu’à ma tête, mais en même temps, j’aime qu’on me tienne tête !

Quand tu suces, c’est une véritable frénésie, dans quel état te sens-tu à ce moment-là ?

Je vais loin, je bave partout, on me secoue la tête dans tous le sens. Je me donne à fond. Je n’ai aucune limite. J’aime la défonce totale, la sensation d’étouffement. Je suis exténuée après, à chaque fois, mais ça ne réclame que de l’expérience et de connaître son corps. N’importe qui peut faire le test en se mettant les doigts dans le fond de la gorge, il n’en mourra pas !

Tu as les yeux révulsés sur les gorges-profondes, c’est impressionnant !

Je suis à la limite dans ces moments-là. Au début, mes partenaires étaient très flippés de me voir comme ça, surtout que je suis pâle de peau. Ils croyaient qu’ils étaient en train de me tuer ! Ça va, je ne suis pas suicidaire.

Justement, que t’inspirent les récents décès d’August Ames et Olivia Nova ?

C’est horrible, juste horrible. De vraies tragédies. Personne ne peut savoir, personne ne peut comprendre. Je me mets à la place des familles et je pense à ce que mes proches pourraient ressentir si je choisissais de partir moi aussi.

Crois-tu que le porno porte une part de responsabilité ?

Honnêtement, non. C’est faux. Ils en profitent pour montrer du doigt toute une industrie. Les actrices n’affichent pas toutes leur fragilité en public. Elles viennent de loin et je sais de quoi je parle. Le vrai problème, c’est plutôt du côté de l’entourage qu’il faudrait le chercher. Quand certaines mauvaises personnes gravitent dans votre entourage, s’accrochent à vous et vous pourrissent la vie, elles deviennent est un facteur déclenchant pour commettre l’irréparable.

Suggères-tu que certains « mecs » mettent la pression ?

J’en suis certaine. Cette pression, je l’ai vécue, mais pour August et Olivia, je ne veux surtout pas affirmer ça. Ce serait irrespectueux. Il est beaucoup trop tôt. Je suis affectée parce que ça me touche de près.

Décris-moi la façon dont tu aimerais que le public te perçoive ?

Je veux que l’on me voit comme une poupée Barbie, mais pour les grandes personnes. Je suis vraiment bonne à baiser. Les mecs qui me prennent sont très excités à chaque fois. J’ai besoin de faire bander les hommes, de sentir qu’ils me veulent.

Chez Teen Fidelity, tu m’as scotché. Tu ne fais pas semblant, ce n’est pas possible ?

Oh, mon dieu ! Quelle baise, c’était complètement dingue. J’ai été défoncée dans tous les sens. Je ne maîtrisais rien, c’était impossible de faire semblant. L’atmosphère était électrique. Oui, électrique, c’est le mot. Nous étions seuls, c’était propice à ce que le sexe soit très hard.

Comment vis-tu le fait d’avoir un physique aussi frêle ?

Je peux me mettre dans des positions complètement dingues et ça, c’est un sacré avantage. Je suis légère et j’aime être portée dans les bras ou contre un mur pour être baisée sauvagement.

Où préfères-tu qu’un homme éjacule ?

En moi. J’aime sentir le sperme chaud qui coule à l’intérieur de mon ventre. L’acte sexuel est plus intense quand mon partenaire décharge en moi.

Que signifient tes différents tatouages ?

J’ai le nom du plus grand tatoueur sur le torse : Jean-Frédéric Desautels. Il a un studio à Montréal. Je l’ai rencontré sur une convention de tatouage. C’est lui qui m’a tatoué l’attrape-rêve que j’ai sur la cuisse.

Tu t’es fait tatouer le nom de ton tatoueur en gros sur la poitrine, ça lui fait une belle publicité !

C’était un acte d’amour. Il a énormément de talent et j’ai voulu lui montrer ma reconnaissance. Si ça peut l’aider tant mieux, personne ne sera déçu en allant le voir, croyez-moi.

Ça n’engage que toi… Merci Kenzie !

Kenzie Reeves

20 ans

Originaire de Boston

1m47

41 kg

75C

Filmo sélective :

- Bratty Teens (Burning Angels)

- Creampied Vixens (Evil Angel)

- Bondage Sex Jar (Punishteens)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.