Un calendrier d’hommes « normaux »

Entre les calendriers d’hommes parfaits comme le mannequin Baptiste Giabiconi, les calendriers des pompiers et des autres métiers ou sportifs aux muscles saillants, il est difficile de rêver d’être accroché au mur des toilettes ! Seulement, un homme a pensé aux gens dits « normaux », et a voulu montrer que la beauté ne se résumait pas à la plastique de rêve.

Adrian Lourie, éditeur de Meatzine, a décidé de mettre un coup de provocation pour faire parler du calendrier qu’il édite depuis trois ans. En effet, il a déclaré vouloir « faire quelque chose de différent», afin d’aller à l’encontre de « l’image préconçue des jeunes hommes gays avec des corps parfaits, parés pour de la pornographie. » Le Britannique voulait donc démontrer que la beauté ne se trouvait pas dans les corps du porno, mais bien ailleurs. Son but est de donner une chance à chacun d’être son idéal, et surtout, de redonner confiance à chaque homme. Cela fait suite à un sondage anglais, dans le magazine Britain’s Attitude, dans lequel 49 % des hommes se disent insatisfaits de leur corps, avec, de surcroît, 10 % supplémentaires étant réellement mal dans leur peau.

Le débat fait donc rage partout dans le monde, entre les mannequins véhiculant des idées de la beauté dans la maigreur pour les femmes, les corps musclés et imberbes pour les hommes. Le but de ce calendrier est donc de mettre en lumière des corps considérés comme ordinaires et des hommes avec leurs petits complexes, qui, au fond, ne sont pas grand-chose. Comme on dit souvent, on aime les petits défauts de l’autre. Ainsi, ces hommes ont joué le jeu en posant nus, exposant leurs corps dans un esthétisme parfait, en couple, ou seuls. La simplicité est de mise, et le résultat vaut le coup d’œil.

Le calendrier se compose donc de douze hommes, de tous âges, aux profils physiques bien différents, afin de correspondre à un maximum de gens. Tout le monde doit pouvoir se reconnaître en chacun et minimiser ses petits défauts. Meatzine n’y va d’ailleurs pas de main morte en insistant sur le fait que cet ensemble de photos est une smoking hot celebration [on célèbre des canons] de « vrais hommes », à contre-courant de l’image de l’homme dans toute publicité. Les photos ne sont pas retouchées, afin qu’une cohérence dans le message reste intacte. Le tout est ainsi très osé, on imagine que cette œuvre va faire du bruit, d’autant plus qu’il n’est composé que de nus intégraux [même si tout n’est pas forcément visible].

En attendant, victime de son succès, le calendrier est d’ores et déjà en rupture de stock, ce qui en dit long sur l’envie des gays de voir plus de corps, à l’image de chacun, dans la vie de tous les jours. Quand aurons-nous la même initiative en France, pays dans lequel le message serait d’autant plus fort, ayant pour capitale la ville considérée comme ambassadrice de la mode ?

En bonus, on vous donne un aperçu du behind the scenes :

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.