Harlem : une humiliation outdoor

Jason Melo est un homme au tempérament jaloux et orageux. Furieux de voir sa petite amie échanger des textos en mode flirt, Jason l’a violentée dans leur domicile avant de l’obliger à se promener nue, dans la rue, en plein hiver.

La copine de Jason obligée de s'exhiber dans les rues de Harlem.

On le sait maintenant, les sextos peuvent mener à des situations compliquées. Si vous avez sur votre téléphone des messages de jeunes femmes vous expliquant comment elles voudraient baiser avec vous, votre épouse ou copine peut légitimement en prendre ombrage. Après, le tout est de garder le sens des proportions. Et notre « ami » du jour, Jason, jaloux et excédé, a légèrement perdu les pédales.

La petite amie de Melo s'est vue obligée de se balader nue dans la rue en plein hiver.

La copine qui « sextote »

Chapitre 1 de l’affaire : en janvier, la petite amie de Jason a la déplorable habitude d’échanger des messages coquins. Pire, elle n’a pas un, mais sept interlocuteurs différents ! On peut parler ici de « flirt poussé » puisqu’au moins l’un de ses princes charmants a eu la bonne idée de lui envoyer une photo de sa bite. Jason a découvert la chose et il a trouvé que ça sortait du cadre d’une blague entre potes… Jusque-là on peut le comprendre. La coquine devait s’attendre à des reproches, ou à une grosse colère, mais le jaloux ne s’est pas contenté de lui faire les gros yeux.

La victime a finit par se réfugier entre deux voitures

Le légitime qui cogne

Chapitre 2 : Jason prend son temps [deux heures selon la plaignante] pour bousculer, étrangler, frapper la miss. La victime parle ici de « tortures ». Et un certain nombre de bleus et autres marques corporelles corroborent ses dires. Toujours pas calmé, Jason décide alors de faire descendre la demoiselle « à poil » dans la rue et de l’humilier en la promenant en petite tenue tout en la couvrant de « compliments choisis », le tout, en plein jour, et devant témoins. La malheureuse, au départ couverte d’une serviette de bain, est ensuite dénudée par son mec et trimbalée complètement nue devant les voisins. Ces derniers, pas bien réactifs, puisque personne n’a pensé à appeler les flics.

Jason se fait filmer en train d'appeler la police pour son interpellation.

Le grossier qui diffuse

Non content de sa performance, Jason décide ensuite d’envoyer la vidéo de sa copine, à poil dans la rue, à plusieurs de ses contacts, avant, finalement, de la mettre en ligne sur Liveleak et Instagram. La vidéo est vite devenue virale, ce qui signifie que les spectateurs se comptent aujourd’hui en millions. Pas de quoi aider notre victime à surmonter son épreuve. Le salopard de service a, ensuite, aggravé son cas en tentant de se faire du blé sur sa toute nouvelle célébrité. Il proposait en ligne divers objets, avec des images ou du texte, extraits de la fameuse vidéo. La grande classe, surtout pour un jaloux.

Melo a eu la délicatesse d'envoyer la vidéo de son amie nue en public à plusieurs contacts.

La justice qui se fâche

Après une plainte de la victime, Melo, sentant venir l’orage, s’est rendu de lui-même à la police. Il est, ces jours-ci en procès et risque bien plus qu’une balade dans la rue les fesses à l’air. En plus des accusations de coercition, harcèlement aggravé, menaces, étranglement, agression et mise en danger de leur bébé de deux mois [resté seul à la maison pendant qu’il faisait le show dans la rue] Jason Melo a dû expliquer aux magistrats pourquoi il n’avait jamais exprimé le moindre remord. Il risque maintenant sept ans de prison pour s’être comporté comme un goret. La sentence devrait être rendue à la fin du mois.

Même pendant son procès, Jason continue à faire le kéké devant les photographes.

Détail qui a son importance et qui n’a pas arrangé les affaires de Monsieur Melo, après son passage en prison, il a eu la bonne idée de se plaindre parce qu’on lui avait donné « une couverture trop petite » et qu’il avait eu froid. C’est vrai que pour un blaireau qui promène sa copine nue dans Harlem en plein hiver, c’est une exigence qui tombe sous le sens. Si notre homme termine derrière les barreaux, il trouvera sûrement de gentils codétenus pour lui tenir chaud.

Jason Cold

À propos de Jason Cold

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.