Des photos archi « sexe »

Il y a des choses dans la vie qui sont faites pour se marier. Le vin et le fromage en sont le meilleur exemple. Pour tout épicurien qui se respecte, c’est une association à la limite du banal, sans, bien sûr, en nier le bon goût. Mais il y a d’autres choses qu’on aurait du mal à s’imaginer associées. Comme, par exemple, l’architecture et le porno juxtaposés. Il est certain que Le Corbusier ou Haussmann doivent se retourner dans leurs tombes.

A Stairway to Heaven ?

Surprenant de voir l’amusant résultat que cela donne. Collages surréels et voluptueux. Une photographe américaine a donc décidé de piocher dans l’incalculable collection de photos pornos produites au siècle dernier. Elle imagine des correspondances inattendues entre la froideur de l’architecture et la chaleur du corps féminin. Giulia vient de Brooklyn, elle a toujours ressenti, depuis son plus jeune âge, une certaine honte à l’égard de ses formes. Elle a donné naissance à ce projet pour valoriser les courbes de la Femme avec un grand « F », comme il est possible de le faire avec les lignes d’une œuvre architecturale. Pornographie, géométrie et art se mêlent, donnant des photographies sexy et sensuelles.

Forcément, ça ne laisse pas de bois.

Pour l’artiste, chaque détail a son importance. Elle place des éléments design, de manière stratégique, sur des photos de femmes. Tout est dans la suggestion, la nudité n’y est jamais vraiment explicite. Elle s’amuse à savamment contourner les censures d’Instagram concernant la nudité. Dans une interview pour Highsnobiety, elle raconte : « J’ai commencé à faire des collages pornographiques au hasard, en remplaçant les parties génitales par des images phalliques ou coniques, généralement de la nourriture. »

C’est ce qui s’appelle l’avoir en cathédrale.

« […] on emmerde les standards de beauté. »

Progressivement, Giulia a commencé à affûter son œil, et ainsi déceler le potentiel dans tout ce qui l’entoure, qu’il s’agisse d’architecture ou d’évocation du corps féminin. Elle se considère être dans la mouvance « pro-sexe » et elle est pour une libération de l’expression de chacun, notamment celle des corps. Giulia déploie des trésors de créativité pour faire correspondre les clichés, afin de faire passer un message : « C’est important de s’aimer soi-même, de se célébrer. Je sais qu’on n’arrête pas de nous ressortir cette phrase. Mais c’est la vérité. Nous faisons subir tellement de choses à notre corps au quotidien, mentalement et physiquement. Soyez reconnaissants envers cette enveloppe qui vous permet de vous balader, de communiquer, d’exprimer ce qui fait de vous quelqu’un d’unique. Tant que vous êtes en bonne santé et que vous avez de bonnes habitudes, on emmerde les standards de beauté. Soyez juste vous-même. »

Vite… un homme ! sweet homme !

La comparaison peut sembler saugrenue, mais il suffit de jeter un œil aux délicieux montages de Giulia. La suggestion, laisse toute la place à votre propre imagination, coquine de préférence. Dans une société où tout est directement montré et où, dans le porno mondial, le constat est le même, l’artiste vous propose de faire exactement le contraire. De vous creuser les méninges. Laissez-vous tenter par l’expérience. Il est certain que vous apprécierez l’architecture. Pour consulter ces magnifiques créations, vous pouvez vous rendre sur le compte Instagram de Giulia : Scientwehst. Il ne vous reste plus qu’à aller vous rincer l’œil !

La position dite du « petit pont ».
Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).