Des bulles qui font le buzz !

Que vous soyez aficionado du X ou pas, Clara Morgane fait partie de la « culture » française. Sa carrière d’actrice porno, pourtant loin derrière elle, ne l’a pas totalement fait disparaître de la scène médiatique. Elle était, il y a quelques semaines à la une, dans une histoire des plus pétillantes.

Après avoir fait profiter bon nombre d’hommes, tant de ses charmes que de ses courbes alléchantes [oui, il est certain que vous avez, sûrement, déjà dû vous débrayer le mandrin grâce aux sortilèges de la fée Morgane], aujourd’hui, elle s’associe à une grande maison de champagne, pour commercialiser une cuvée spéciale à son nom. L’alcool et le cul font, très souvent, bon ménage, rappelez-vous la bière à l’effigie du célèbre site Jacquie & Michel…

Clara Morgane, un modèle ensorcelant…

Une cuvée, donc, « spéciale », au design tout droit sorti d’un magasin de lingerie : bouteille rose bonbon, jarretière de dentelle noire sur laquelle apparaît, délicatement, son nom. Changement de politique commerciale radical pour l’illustre fondateur de la maison, Charles Cazanove. Et l’héroïne, coquine de Manuela ou l’impossible plaisir rhabille parfaitement la maison.

Mais, comme souvent, cela ne plaît à tout le monde, notamment au comte qui porte ce nom. Le descendant direct de la lignée des Cazanove, le comte Loïc Chiroussot de Bigault de Cazanove, ne possède, certes, plus la marque, mais d’après lui la cuvée X à l’effigie de l’ancienne star est scandaleuse ! Il estime que cela porte atteinte à l’image de la maison comtale, puisque les noms sont associés. Il déclare au micro d’un journaliste de RTL : « Moi je ne peux pas accepter ça, ce n’est pas possible, mes ancêtres se retourneraient dans leur tombe, ça ne va pas du tout. Ce n’est pas une question d’être contre Clara Morgane. Elle peut très bien faire une marque, mais pas avec mes ancêtres. Je ne veux pas qu’on utilise mon histoire familiale sans mes autorisations. »

… entre charmes et braguettes magiques.

« J’imagine que sa petite colère l’a empêché de goûter à notre délicieux nectar. »

L’actrice a utilisé son droit de réponse le 28 décembre via son compte Instagram : « Aujourd’hui Charles de Cazanove est une grande maison de champagne à laquelle je suis fière de m’être associée. Ce monsieur Chiroussot, arrière-petit neveu de la famille qui crée la polémique aurait dû se poser la question de la volonté de ses ancêtres avant la vente de leur nom et cela, il y a bien longtemps. J’imagine que sa petite colère l’a empêché de goûter à notre délicieux nectar. Je propose de lui faire parvenir une bouteille afin qu’il puisse passer un bon moment d’émotion libératrice. » Démontrant que, malgré la virulence des propos tenus par le Comte de Bigault de Cazanove, l’ex-star de films pornographiques est dotée d’un certain sens de l’humour.

Une cuvée spéciale, sobrement appelée Clara, au look voluptueux.

« Elle me fait passer pour un guignol ! […] Je ne suis pas Chiroussot, mais le comte Chiroussot de Bigault de Cazanove. Je suis le descendant direct des fondateurs de la maison et non l’arrière-petit-neveu comme le dit Madame Morgane. […] Nous descendons des Capétiens. Notre famille a été anoblie par Saint-Louis. Je n’accepte pas que l’on se moque ainsi de l’histoire de ma famille. Je refuse tout ça… Ça me met hors de moi. » ajoute le comte, dans une autre interview relayée dans L’union, en réponse au commentaire de l’actrice [Nous rappelons ici, par souci historique, que Louis IX, dit Saint-Louis, qui rendait la justice sous son chêne à Vincennes, au milieu des glands, avait imposé, lors de son règne de nombreuses mesures liberticides concernant le sexe, les jeux et la religion]. Si l’avocat du comte de Cazanove dénonce cette association de sexe [et de pornographie] avec le patronyme « historique » de son client, aucun retrait de la cuvée n’a été demandé, contrairement à celui du nom de Charles de Cazanove sur les étiquettes baptisées par Clara.

L’audience qui règle ce conflit était fixée au 9 janvier dernier, au tribunal de grande instance de Lille, mais a finalement été repoussée. Dans un communiqué, la maison des champagnes Charles de Cazanove a apporté son soutien à la femme d’affaires, légitimant cette cuvée polémique : « La Maison Charles de Cazanove assume avec fierté sa collaboration très appropriée avec Madame Clara Morgane, pour la mise en avant de ce produit emblématique du terroir, de la tradition et de l’excellence française, qu’est le vin de Champagne. » Espérons pour elle, qu’elle pourra trinquer, rapidement, à sa victoire.

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).