Une méthode de langue… vivante !

Les Américains sont doués dès qu’il s’agit d’innover dans le porno. Pour preuve, pour la première fois, un site de webcams propose à ses membres d’apprendre les langues étrangères grâce à des enseignantes très « ouvertes ».

Il y a un peu plus d’un an, le site américain de webcameur(euse)s Camsoda, lançait la nouvelle plateforme de contrôle à distance de sextoys connectés : BitCast. Ce nouveau système permettait aux utilisateur(trice)s de régler l’intensité de leur joujou préféré via un paiement par Bitcoin, Ethreum ou Lifecoin, ces cryptomonnaies répandues sur le Net. Bien évidemment, plus vous déboursiez de monnaie, plus les sensations obtenues étaient « profondes ».

Je vous prierai de bien vouloir vous concentrer sur les sujets à étudier.

En juin dernier, innovation II le retour ! Le site propose à ses adhérents, une rente mensuelle de 200 $ pour qu’ils se laissent filmer, en permanence, dans leur intimité et de préférence au moment où Monsieur est en train de défoncer Madame contre un mur, sans anesthésie. Le tout, pris dans une ambiance de caméra de sécurité de supermarché en noir et blanc. Le rêve quoi…

Aujourd’hui, une autre étape est franchie car le site crée pour la première fois au monde des cours de langues dispensés par… des actrices pornos ! Je ne fais, bien sûr, pas une généralité puisque quelques stars du X se joignent aux amatrices qui s’exhibent sur le site. Eh oui ! Aujourd’hui, apprendre l’anglais, l’espagnol, le français ou… le roumain, c’est possible et, de plus, avec des professeures de type bombasses [qu’on aimerait bien baiser, comme ça, au saut du lit], qu’aujourd’hui je regrette de ne pas avoir connu, même si, aux dires de certains de mes anciens camarades de collège, certaines enseignantes de mon époque ne portaient pas de culotte [et j’ai raté ça…].

Le site propose quatre langues en apprentissage régulier à raison de 20 minutes de cours.

Effectivement, moi dans mes souvenirs d’adolescent pré-pubère imberbe et ignorant de toutes ces perversités que je maîtrise si bien aujourd’hui, mes profs s’appelaient Monsieur ou Madame Machin et dispensaient leurs cours d’une voix monocorde et anesthésiante qui m’emmenaient rapidement dans les bras de Morphée et non pas dans ceux de la petite voisine la plus proche de moi [vous avez décidément l’esprit mal tourné].

Take me the answer… Brian is in ? IT ! Sucker ! [Répondez… Brian est ? DEDANS ! Sombre crétin !]

Oubliez tout ça désormais ! Aujourd’hui, vos futures enseignantes en « langues vivantes » s’appellent BigBushGrannyDP, MistressVicious, Dirtydiana397, Stella Cox, Luna Leve, Cecilia Lion ou Ashlee Graham et, pour les quatre dernières mais non des moindres, elles ont fait preuve, au cours de leur carrière, d’une agilité linguale qui demeurera dans les « anales » de cette linguistique chère à Ferdinand de Saussure et autre Noam Chomsky.

Enfin une éducation comme nous en avons tous rêvé ! Alors que derrière nos petites tables organisées, sac US, trousse imitation cuir et cahier de texte sous les yeux [dans lequel, on s’apercevait qu’il y avait toujours un truc à rendre, auquel on n’avait pas pensé], on essayait de mater un bout de string ou la dentelle d’un soutien-gorge qui aurait pu apparaître au moment où la prof de biologie vous dispensait avec moult détails votre premier cours d’éducation sexuelle et que dans la torpeur moite de cette salle exiguë, on sentait déjà dans nos jeans, un peu trop serré à l’époque, darder les premiers émois que l’on avait alors connus que devant une rediffusion des Drôles de dames et du short moulant de Kelly Garett… Mais je m’égare… revenons-en à notre sujet.

Épelez après moi : S-O-D-O-M-I-E… Bravo !

Le site s’enorgueillit, tenez-vous bien [tenez-vous mieux !], de pouvoir vous offrir à vous, élèves dévoués, quotidiennement, des cours de 20 minutes dispensés par de nombreuses sexy teachers. Et je le prouve ! 556 en espagnol, 468 en anglais, 83 en roumain et… 56 en français [eh oui on a encore la palme des cancres, mais telle est notre fierté], afin que vous puissiez pratiquer une langue étrangère qui vous est, peut-être, encore totalement inconnue. Et là, je dois vous avouer que pour une fois, ce serait avec une joie incommensurable que j’assisterai à ces cours, au lieu de sécher en compagnie de quelques camarades, aussi courageux que moi, autour d’un baby-foot, au fond de la salle obscure du bar le plus proche [nonobstant, le plus éloigné du bureau du proviseur], le tout arrosé de coca.

Si vous voulez apprendre, il n’y a pas de secret, il faut que ça rentre…

Ah mais quelle idée ! Des professeures belles, ouvertes… d’esprit et qui, de plus, attirent chaque jour des milliers d’élèves assidus, pendus à leurs lèvres comme des moules accrochées à leur rocher, buvant le flot de leurs paroles, en dégustant la moindre goutte, pour qu’enfin ils sachent demander dans une autre langue, tout en se débarrassant des tensions superflues, une bière dans un troquet perdu à l’autre bout de la Roumanie, ou qu’encore ils acquièrent le savoir-vivre inégalable et la finesse d’esprit, qui fait le charme à la française, pendant une partouze à Rotterdam ou à Belgrade, plutôt que de sottement demander : « Toi sucer ? ». Voilà un concept qui entre parfaitement dans les idéaux européens.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.