Jenna White : « Le cul, c’est ma vie. »

Quand on aime le cul passionnément, on finit souvent par tourner dans des vidéos X. La première fois que Jenna l’a fait, c’était il y a deux ans. Et elle ne regrette pas. Depuis, cette Montpelliéraine, installée à Chartres, est même devenue libertine et ne voit pas comment elle pourrait vivre sans sexe.

Comment en es-tu arrivée à tourner dans des vidéos X ?

Il faut savoir que j’ai toujours adoré le cul. Et puis, un jour, avec l’accord de mon homme qui m’a encouragé à le faire, j’ai commencé à faire des photos nues. Ça m’a beaucoup excitée, si bien que chaque fois que je faisais des photos, je me masturbais. Il faut dire que je me masturbe très souvent.

C’est-à-dire ?

Tous les jours. Je ne peux pas tenir deux jours sans me masturber. Donc, un jour, mon homme m’a proposé d’aller faire des photos chez un photographe et ça m’a encore plus excitée. Le soir, je lui ai dit que j’avais envie de plus. Plus tard, en lisant un Hot Vidéo, il est tombé sur un article qui parlait de Jacquie & Michel, qu’il a contactés pour me faire une surprise.

C’était une bonne surprise ?

Une super surprise ! Quinze jours plus tard, je tournais une scène avec Phil Hollyday et, le lendemain, un gang-bang. J’ai trouvé ça terriblement excitant. Il faut dire qu’à la base, je suis très exhib. J’ai eu envie de remettre ça. Au lieu d’être vue par un petit cercle d’amis, qui savaient ce que je faisais, pourquoi ne pas faire ça devant tout le monde ? Depuis, j’ai tourné 23 scènes.

Et ton homme, il ne tourne pas ?

Non, mais il est sur tous mes tournages. On est tellement indissociables que je ne me vois pas tourner sans sa présence. Il adore me voir jouer. Il aime me voir prendre du plaisir.

Vous êtes libertins ?

Maintenant, oui. Après le porno, on s’est dit : pourquoi ne pas essayer le libertinage, puisqu’on adore le cul ? En fait, tout tourne autour du sexe chez nous, c’est vraiment devenu notre façon de vivre. Ça a vraiment pris une place extrêmement importante dans notre vie. Que ce soit dans le porno ou dans le libertinage, avec mon homme, avec d’autres ou avec des femmes, j’ai des rapports sexuels quasiment tous les jours, et parfois, plusieurs fois par jour. Et puis, je n’ai quasiment pas de limites. À part l’uro et le scato, je fais tout. Je ne me vois pas vivre sans, c’est impossible.

Le sexe, seule au lit avec ton homme, sans que personne ne vous regarde, ça ne te paraît pas fade aujourd’hui ?

Haha ! Non, pas du tout. On fait la distinction entre notre couple, quand on se retrouve en amoureux, et le pluralisme. On prend autant de plaisir à faire des choses très simples dans le lit conjugal qu’à recevoir d’autres gens dans notre lit.

Tu exerces une activité en dehors du porno ?

Je travaillais dans un bureau en tant qu’assistante de direction jusqu’à peu, mais j’ai dû abandonner. Le sexe a pris une trop grande importance dans ma vie.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.