Suivez-nous

Actrices

Ava Moore : « Savoir que quelqu’un va sentir mon odeur en se touchant, ça m’excite beaucoup ! »

Cécile Saint Laurent

Publié

le

Si le site officiel d’Ava Moore permet naturellement de suivre son actualité, il propose aussi une boutique sexy très originale. De sa voix douce et langoureuse, la sculpturale camgirl nous éclaire sur son fonctionnement et ses motivations.

Est-ce courant pour une camgirl de proposer une boutique sexy comme la tienne ?

Il y a peu de camgirls qui ont leur site personnel, en fait. J’ai développé le mien, toute seule, parce que je suis passionnée par l’informatique. Ça fait deux ans qu’il existe, et j’ai axé une grosse partie de mon site sur la boutique pour que mes fans puissent avoir de petits objets personnels chez eux. Il y en a quand même beaucoup qui sont fétichistes, et ils ont rarement l’occasion de rencontrer les modèles, alors c’est un bon moyen, pour eux, d’avoir un bout de la personne. Je pense que pas mal de camgirls doivent quand même le faire, mais plutôt en passant par des plateformes spécialisées.

Que proposes-tu sur ta boutique ?

Pour l’essentiel, ce sont des sex-toys que j’utilise ou de la lingerie que j’ai portée. C’est une forme de souvenir, car c’est un peu une partie de moi-même que je vends. Après, j’ai un peu diversifié. Je propose aussi des photos dédicacées ou bien des « dédiboobs », des photos pour lesquelles j’écris sur une partie de mon corps un prénom ou un pseudo. Après, si les fans aiment bien, il y a aussi de petites gourmandises ! Des petites sucettes que j’insère dans mon sexe ou dans mon cul

C’est plutôt insolite, ça ! D’où t’est venue cette idée ?

En fait, j’ai fait un show pour la Saint-Valentin, l’an dernier, et je me suis dit : « Pourquoi ne pas mettre en jeu une sucette en forme de cœur ? » Évidemment, je l’ai sucée. Je me suis aperçue que ça excitait beaucoup les internautes de me voir la sucer et de pouvoir la recevoir, par la suite. Je me suis donc dit que je pourrais développer ce concept et proposer des sucettes insérées dans ma bouche, dans mon sexe… Et aujourd’hui, ça a énormément de succès ! Je ne m’y attendais pas, honnêtement ! Les fans reçoivent une sucette qui à mon goût, ça doit les exciter !

Les personnes qui achètent ces sucettes te suivent aussi en show ?

Oui. La plupart me suivent au moins sur les réseaux sociaux. Après, j’ai des clients, sur mon site, qui achètent juste une sucette mais ne regardent pas mes shows. En fait, il y a des fétichistes de la mouille, de la cyprine. Quand j’ai créé ma boutique, j’ai même vu des personnes qui envoyaient des fioles de cyprine ! C’est spécial ! Je ne l’ai pas encore proposé, mais je suis sûre qu’il y a un public !

Donc c’est quelque chose que tu pourrais proposer à l’avenir ?

Hum… oui, si j’ai quelques demandes. Sur mon site, Il y a la possibilité de me laisser des avis, et j’en tiens compte pour le faire évoluer, pour ajouter des produits ou en enlever en fonction de ce que l’on me demande. Pour mes shows, j’aime bien demander à mes fans ce qu’ils ont envie de voir avant de faire une vidéo. Là, c’est un peu le même principe. Si je vois que j’ai plusieurs demandes pour des fioles de cyprine, c’est quelque chose que je pourrais proposer.

As-tu déjà eu des demandes particulièrement insolites par ce biais ?

Hum. [Elle hésite] Il y a des trucs parfois un peu dégueu pour être franche. Il y en a qui veulent des excréments ! Du caviar !

Ah ouais, quand même !

Oui. Et ils veulent que je leur envoie ça par la Poste ! Mais moi, je me vois mal aller à la Poste pour envoyer ça [rires] !

Par contre, je vois que, sur ta boutique, tu proposes des courgettes utilisées comme godes… Tu es déjà allée à la Poste pour en envoyer une ?

Pour être franche, non. Je n’ai pas encore eu le cas [rires] ! Mais ça veut juste dire que je n’ai pas encore eu le public. Ceci dit, je le propose parce que c’est une vidéo qui est très regardée et qui sort des schémas classiques. Elle touche un nouveau public et il y a de la demande, alors je me suis dit que ça valait la peine de tenter. On ne sait jamais ! Ça fait un petit plus à ma vidéo, car le fan peut récupérer l’objet qui m’a fait jouir !

Qu’est-ce qui marche le mieux aujourd’hui dans ta boutique ?

Aujourd’hui, ce sont les sucettes qui ont le plus de succès, encore plus que les petits ours. Avec les strings, c’est à peu près pareil. Les « dédiboobs » marchent aussi très bien. Je pense que les personnes se sentent valorisées par le fait d’avoir leur nom sur le corps d’un modèle. Après, il y a les fans inconditionnels. Il n’y en a pas des milliers, mais il y a un groupe qui me suit et qui achète tout ce qui sort.

On parle business depuis tout à l’heure, mais ne me dis tout de même pas que tu as lancé cette boutique uniquement pour répondre à une demande de niche…

Je pense que c’est ma personnalité coquine qui s’exprime. Le fait d’imaginer ce que la personne peut faire avec tel ou tel objet… Qu’elle se caresse ou se masturbe… Je ne sais pas comment l’expliquer, mais le fait d’exciter quelqu’un à travers une sucette, un string, de savoir qu’il va sentir mon odeur en se touchant, ça m’excite beaucoup, en fait ! Depuis toujours ! Ça va bien au-delà du côté commercial. J’adore ça ! Il y a un côté exhibitionniste, même si je reste dans ma chambre derrière ma webcam… Je me mets à la place de l’autre. Je fais tout pour qu’il y ait au maximum mon odeur, que son objet soit vraiment personnalisé, et qu’il passe un bon moment avec moi. Provoquer le désir et l’excitation chez l’autre, c’est toujours valorisant.

Est-ce qu’il y a des clients réguliers ?

Il y a eu le cas d’une personne qui me suivait depuis un moment. Il a commencé par la sucette vaginale, il a adoré. Ensuite, il a pris la sucette anale, puis le pack avec les petits oursons. Je pense qu’il est devenu addict des friandises insérées, à force. Et maintenant, il en commande régulièrement ! Parfois, il commande une petite vidéo personnalisée. Alors je prends plaisir à jouer avec les friandises et je me filme en train de préparer le colis.

Ça engendre un surcroît d’excitation pour toi d’avoir ce type de clients ?

J’adore ! Le fait de lier une sorte d’amitié coquine avec le client, ça me permet de le connaître un peu. De fait, je sais comment bien le chauffer et le rendre fou… Du coup ça m’excite encore plus. C’est un peu une relation de sex-friends virtuelle, car on ne se voit jamais mais, à côté, je suis en contact avec certains très régulièrement. On discute de tout et n’importe quoi ou de sexe, comme si on avait une relation amicale type sex-friends, c’est la même chose !

Est-ce que tu utilises les réseaux sociaux pour faire la promotion de ta boutique ?

Oui, j’utilise Snapchat et Twitter. J’ai environ 130 000 followers sur ce dernier. Ça fait quand même une grosse communauté ! C’est sans doute la plus importante, aujourd’hui, parmi les camgirls en France.

Quelle est ta stratégie pour gérer les réseaux sociaux ?

Il n’y en a qu’une seule ! Il faut diffuser beaucoup, régulièrement, et proposer beaucoup de médias à voir. Il faut aussi donner beaucoup de sa personne pour faire plaisir aux gens. J’ai ouvert les DM [messages privés] pour que les gens puissent communiquer avec moi. Bon, la plupart de ceux qui m’envoient un message, c’est pour me dire « ouais, j’te baise ! » Mais de temps en temps, il y a des gens sympas. D’ailleurs, je me suis prise d’affection pour quelques-uns, comme des papys qui me voient comme leur femme, leur objet de désir ou leur muse. Ça m’amuse beaucoup et je leur donne du plaisir. Parfois, ils me font des dessins et c’est très touchant. Même s’il n’y a rien de commercial derrière, je discute quand même avec eux et ça me rend heureuse, parce que je fais du bien aux gens, et qu’ils me le renvoient !

Tu es très active sur Twitter ?

Je poste cinq à six tweets par jour. L’objectif, c’est d’y créer une communauté pour avoir de la visibilité et pour développer mon business, alors je me tiens à cette fréquence depuis le début. Ça demande vraiment du boulot ! Mon site est cité sur chacun de mes tweets. Dès qu’il y a un nouvel article, il y a une publication. Tous les matins, je dis bonjour depuis mon lit, je me montre un peu, j’essaie de faire de petites exhibitions et d’envoyer des photos. Il faut que mon compte soit assez fourni et qu’il vive, pour montrer qu’il y a de l’activité avec une personne derrière. Et pour ça, il faut évidemment montrer du sexe ! Une photo de moi tout habillée, ça n’intéresse pas mes followers. Ce qu’ils adorent, c’est l’exhib ! Je prends énormément de risques à ce niveau.

Ah oui ?

Je suis un peu devenue une pro de l’exhib maintenant [rires] ! Au Nou Camp, à Barcelone, il y avait quand même 120 000 personnes dans le stade et j’ai montré mes seins ! Il fallait oser ! Le public est friand de ça, quand ce n’est pas conventionnel, notamment quand je peux être surprise à tout moment.

Et ça t’est déjà arrivé d’être surprise pendant une exhib ?

Oui, au début, notamment, quand je faisais des shows avec un sex-friend. Une fois, j’ai voulu faire un show en pleine forêt. Je connaissais le lieu, jamais personne n’y passait. Et puis au moment où j’étais en train de me faire bouffer le cul (j’adore ça !), il y a deux petits randonneurs qui passent et qui disent « bonjour ! », alors qu’un mec avait quand même la tête dans mon cul !

Aie !

Ça va, ils ont été cools, ils ont continué leur chemin…

Pour suivre Ava Moore :

Twitter : @AvaMoorex

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.