Suivez-nous

Actu/News

USA : les dingodossiers de la législation

Cécile Saint Laurent

Publié

le

Si vous souhaitez aller passer quelque séjour aux États-Unis, réfléchissez-y à deux fois, non pas parce qu’ils ont déjà un président, dont personne ne voudrait, mais, de plus, parce qu’ils ont des lois absurdes toujours en vigueur dans certains états qui pourraient bien vous péter à la tronche si vous n’y prenez pas garde. Voyons un peu…

On va commencer moelleux… Car dans la charmante ville de Tucson, en Arizona, Mesdames, vous n’aurez pas le droit de porter un pantalon. De mon côté, je suis assez pour, car je vous préfère en jupette voire en microkini. Vous me direz, dans d’autres villes du même État, on n’a pas le droit ni « de jouer aux cartes avec un Indien dans la rue » [Globe], « de conduire en marche arrière » [Glendale] ou « de porter des bretelles » [Nogales].

Par contre, en Arkansas, vous avez le droit « de frapper votre femme » mais « une seule fois par mois » ! Ce sont les adeptes des jeux BDSM qui vont s’ennuyer et, si vous « embrassez votre douce en pleine rue à Little Rock », vous pourrez écoper de trente jours de taule… Elle n’est pas belle la vie ?

Restons dans le domaine cuirs et latex, puisqu’en Californie, à Los Angeles, vous pouvez frapper votre compagne à grands coups de ceinturon [mais uniquement en cuir] si, et seulement si, « il ne mesure pas plus de cinq centimètres de large ». Si vous avez l’idée saugrenue d’utiliser une taille au dessus, vous devrez « avoir son approbation ». À Pasadena, par contre, une secrétaire [sans culotte de préférence] n’a absolument pas le droit « de se trouver seule avec son patron » et, au vu de l’actualité récente, on comprend pourquoi [#DSQ]… À San Francisco, ne vous amusez surtout pas, même pour jouer, à faire un car wash à poil, en utilisant string et autre sous-tifs sale de la veille, car c’est absolument interdit ! Un état qui nous fait tout de suite envie puisque vous n’avez le droit ni « de tirer sur quoi que ce soit, à l’aide d’un fusil, depuis votre voiture, sauf si c’est une baleine » ou de « posséder un piège à souris sans permis de chasse ».

Charlotte ! Remets ta culotte !

À Charlotte, en Caroline du Nord, Mesdames vous devrez « porter sur vous au moins quinze centimètres de tissu ». Alors oubliez les exhibs string en extérieur et sortez le pilou-pilou… Sachez également que si vous souhaitez passer une seule nuit dans cet État, vous et votre compagne, voire maîtresse ou secrétaire, devrez « dormir dans des lits séparés, espacés de soixante centimètres » et faites gaffe, es ist verbotten de tirer un coup sur le sol situé entre les deux pageots ! Au cas où la pratique en brancherait certains, sachez que vous n’avez pas, non plus, le droit de baiser « dans une cour d’église » ou dans une autre ville… « d’éternuer dans la rue ».

Dans le Colorado, à Durango, vous n’aurez pas le droit, Messieurs, de sortir dans la rue « vêtu d’une façon à laisser un doute sur votre sexe », C’est, d’ailleurs, depuis cette loi inepte qu’un grand nombre d’Écossais ont disparu de la ville. À Logan Country, vous n’avez pas le droit « d’embrasser une femme endormie », eh ben, heureusement que l’histoire de La Belle au Bois Dormant ne s’est pas passée là-bas… Le consentement, ça va vachement loin, quand même, parfois.

Ah le Connecticut et ses verdoyantes prairies, dignes de l’Eden. Sachez que c’est un endroit très pieux, mais pas dans le sens literie du terme, puisqu’à Hartford, vous n’avez pas le droit « d’embrasser votre femme le dimanche », eh oui on l’oublie trop souvent mais le septième jour il se reposa…

Parachute et wide open

Dans le Delaware, Mesdemoiselles oubliez cette mode du legging ou de ce jean qui moule, si parfaitement, vos miches offertes aux regards du badinant badaud… Car une loi, encore inventée par un coincé du fion, stipule qu’il vous est interdit « de porter un pantalon moulant » ! Vous n’avez, d’ailleurs, pas le droit de vous y « marier à la suite d’un pari »… J’en connais qui vont être rassurés.

Allons donc, comme un seul homme et non pas comme deux flics, à Miami, en Floride. Messieurs, vous avez le droit d’y « porter une robe mais uniquement si elle est équipée de bretelles ». Quant à vous, Madame, si vous êtes célibataire, oubliez l’idée saugrenue de « sauter en parachute », vous finiriez directement en prison sans passer par la case départ et toucher les 20 000 !

À Colombus [Géorgie], il vous est strictement interdit de vous faire un petit wide open sous un porche qui ne vous appartient pas ! Et, si votre job d’été est vendeur(euse) dans une boutique de mode, n’oubliez pas de baisser les rideaux avant de changer un mannequin de tenue, le cas contraire serait considéré comme de l’exhibitionnisme et il pourrait vous en cuire, autant qu’à un poulet qui oserait traverser la route à Quitman. Il est aussi fortement prohibé de « se mettre un cornet de glace dans la poche arrière du pantalon »… À quand la plume dans le cul ? On se pose la question.

J’vous ai apporté des bonbons…

À Hawaï, où « c’est chaud, ça brûle » depuis un certain temps, sachez que vous n’avez pas le droit de vous balader « vêtu d’un unique bonnet de bain », ah ça ! Ce n’est pas demain qu’ils vont ouvrir une baie des cochons ceux-là, déjà qu’il faut un permis pour posséder une mangouste…

À dada dans l’Idaho ! Pour la Saint Valentin, « J’vous ai apporté des bonbons parce que les fleurs c’est périssable », peut-être oui, mais « le poids de la boîte ne peut être inférieur à douze kilos », d’après une loi locale… Et après on nous dit que les Américains ont un problème d’obésité. Vous me direz qu’à Pocatello, vous n’avez pas le droit « de faire grimaces, gestes déplacés ou injures si vous êtes automobiliste ou piéton ». Ah ! Mais quelle destination idéale pour nos amis parisiens ! Prudence étant mère de sûreté, sachez-le, vous n’avez pas le droit de « porter sur vous une arme cachée » bon, sauf si vous avez sa jumelle mais, cette dernière, bien visible.

Sweet Home… Chicago ! Où les lois de la protection animale y sont à l’honneur. Par exemple, « une femme de plus de cent kilos n’a pas le droit de faire du cheval en short », imaginez la pauvre bête… Et la vue… Imprenable sur l’haut séant ! Et attention car si vous êtes handicapé et moche de surcroît, une loi vous interdit de vous balader dans les rues, déjà que vous ne pouvez, déjà pas, « pêcher en pyjama » ou « emmener votre ours en peluche à l’opéra »…

Pas de guili-guili avant de faire vos prières du soir !

Dans le Kentucky, s’il vous venait à l’idée d’utiliser les talents aguicheurs de votre conjointe pour faire du stop… oubliez ! Car une femme portant maillot de bain ne peut en faire que si elle est « blessée, pèse moins de 45 ou plus de cent kilos et qu’elle est escortée par deux policiers » et sachez que la susdite loi s’applique également… aux juments ! Vous n’y avez d’ailleurs pas le droit de vous « remarier, quatre fois de suite, avec la même personne », ce qui va un tantinet embarrasser ceux atteints d’un Alzheimer de niveau V. Mais sachez quand même que vous serez « considéré comme sobre tant que vous n’êtes pas tombé par terre » même si, nonobstant, « c’est la faute à Voltaire ».

Dans le Maine, à Portland, Pas de guili-guili avant de faire vos prières du soir, puisque vous ne pouvez chatouiller Madame à l’aide d’un plumeau, ceux qui comme moi fantasment sur les soubrettes en levrette vont être fortement déçus. Un État fortement en avance sur son temps, puisqu’il est toujours préconisé « de se rendre à l’église, armé d’un fusil, dans le cas d’une attaque d’Indiens ».

Dans le Maryland, vous n’avez pas le droit d’embrasser, à Halethorpe, « une femme pendant plus d’une seconde », un concours est ouvert pour tous ceux qui veulent tenter l’exploit d’y mettre la langue dans un laps de temps aussi restreint.

Gare aux putois !

Sachez vous, ô fans de la mère Noël, que c’est une fête illégale dans le Massachusetts depuis 1659 ! Et, de plus, à Salem, là où l’on flambait les sorcières comme les crêpes à la Chandeleur, un couple n’a pas le droit de « dormir nu dans le même lit s’ils louent une chambre »… Et pas d’uro, hein ! Déjà qu’ils interdisent les duels au pistolet à eau ou de porter un pistolet-laser à la ceinture…

Le Michigan, un État haut en couleur où vous « êtes propriétaire des cheveux de votre épouse ». Ne nous remerciez pas, c’est cadeau ! encore faut-il savoir quoi en foutre… Pour nos amis zoophiles, sachez qu’à Clawson, un agriculteur a le droit de « coucher avec ses vaches, porcs, chevaux moutons et poulets » [pour ces derniers, je ne saurais trop vous conseiller l’emploi de scotch pour éviter l’explosion]. À Détroit, vous n’avez pas le droit de « siffler une femme depuis votre voiture en vous déplaçant », déjà c’est vulgaire… et puis, surtout, regardez la route ! Ça vous évitera de vous encastrer dans le mec devant [c’était un message de la Prévention routière] ! Sauf si vous êtes sur votre propriété, il vous est formellement « interdit de tirer un coup dans votre voiture » ! Mais qu’est que c’est que cet État réactionnaire ! Bon, quand on sait qu’il classe les dentistes dans la même catégorie socioprofessionnelle que les garagistes, on imagine déjà que la molaire du fond va se la jouer médiévale, à la tenaille et au chalumeau…

Dans le Minnesota, si, Madame, il vous venait en tête d’exciter Monsieur, habillée en mère Noël, eh bien il faut que vous sachiez, et pas seulement dans la colle, que cela vous est formellement interdit. Et vous n’avez pas le droit de tenter non plus d’exciter un putois, par quelque moyen que ce soit, d’ailleurs.

T’es moustachu ? Tu l’as dans l’cul !

Dans le Mississippi, vous avez tout à fait le droit de « tuer vos domestiques » ! Par contre, si vous souhaitez mander la main de votre promise, vous devrez établir la preuve de votre virilité, non pas en étant testé en long, en large et en travers, par l’une [ou l’un] des membres de votre future belle-famille, désolé pour ceux qui en auraient le fantasme, mais en tuant six corneilles ou trois corbeaux, ne vous plaignez pas, ça aurait pu être, de plus, à mains nues et avec les dents…

Un petit break dans le Missouri ? Allez ! Si vous êtes pompier et que, nonobstant, vous êtes sur le point de sauver une gente dame en proie à un incendie, vous devrez attendre qu’elle soit correctement vêtue. En effet si elle est en chemise de nuit, pas touche ! Et les « bon, ce n’est pas tout ça, mais on va peut-être y aller là, parce que le plancher flambe… Enfin moi je dis ça, je dis rien » ne vous seront d’aucune aide, un comble pour un membre d’une équipe de secours. D’ailleurs à Saco, vous n’avez pas le droit, Mesdames, de « porter des chapeaux pouvant effrayer les enfants, les oiseux ou les chevaux », ce qui explique sans doute pourquoi les retransmissions des mariages princiers britanniques y sont peut-être interdites. Soulignons au passage que les enfants n’ont pas le droit « de porter des armes en plastique » mais heureusement, ils ont le droit de s’en procurer des vraies, nous voilà rassurés. Soulignons quand même, au passage, que cet État demeure intéressant puisqu’il reconnaît, comme droit inaliénable, le fait d’être raide carpette, déchiré… On sait enfin où vivent ces célèbres « Modération » et « Parcimonie », je file les rejoindre !

Dans le Nevada, à Eureka et encore, si vous arrivez à le trouver, vous portez la moustache ? Tant pis pour vous car vous n’avez pas le droit de baiser ! C’est écrit noir sur blanc aux côtés d’autres lois toutes aussi dignes intelligentes que l’interdiction de « chevaucher un chameau sur l’autoroute » [si, ça existe] ou « l’obligation de porter un masque dans les rues d’Elko », les fans de Jason Voorhees doivent, sans doute, s’y donner rendez-vous tous les Vendredis 13

Miroir, mon faux miroir…

Dans l’État de New York, comme dans le Delaware, le port du legging est prohibé, c’est pour ça qu’elles mettent toujours deux heures de plus à rentrer de leur « entraînement » à la salle de gym et que le look d’acteur porno hypermusclé du coach n’est absolument pour rien dans leurs retards à répétition… Vous, Messieurs, si vous vous retournez sur une femme dans la rue avec un regard exprimant que vous souhaitez la déglinguer contre un mur et sans anesthésie, vous pourrez être condamné à « porter des œillères ».

Au Nouveau Mexique, l’État a imposé le « retrait de 400 mots explicites de la pièce de Shakespeare Roméo et Juliette », moi qui ai, adolescent, joué dedans, je cherche encore lesquels… Faites gaffe à Raton, une ville où une femme n’a pas le droit d’y « faire du cheval en kimono » peut-être une confusion auditive entre aïkido et « équido »…

Cleveland. Ohio. Il est « strictement interdit aux femmes de porter des chaussures de cuir noires ». Pourquoi ? Allez-vous me demander… Mais parce que l’on pourrait y voir, par réflexion, vos sous-vêtements SNCF… CQFD. Moi, les chiffres ça va, mais alors les lettres… Et attention, vous n’avez pas le droit, non plus, de vous « déshabiller devant le portrait d’un homme » surtout si vous ne pouvez plus le voir en peinture et puis, quel intérêt, hein ? ! Ni de vendre des corn-flakes le dimanche, si c’est pas de la démocratie ça…

Pour un flirt, on fait quoi ?

Oubliez les parties de strip-poker endiablées en Oklahoma, car une femme n’y a pas le droit « d’y jouer [comme à tout jeu d’argent d’ailleurs] nue, en sous-vêtements ou couverte d’un voile »…

Au Tennessee, là où « y’avait un homme qui s’appelait Davy », une femme n’a pas le droit de « donner rendez-vous à un homme », alors je ne vous dis pas si elle le pompe, ni de « conduire un véhicule à moteur, sans être précédée d’un homme à pied agitant un drapeau rouge pour avertir de son approche », comme quoi c’est international, femme au volant…

Au Texas, à San Antonio, « le flirt est interdit, comme les clins d’œil et les attouchements de mains », alors attendez d’être chez vous pour arracher vos vêtements et mutuellement vous démonter ! Mais c’est un état sûr, car « les malfaiteurs ont l’obligation de prévenir leurs victimes 24 heures à l’avance, et par écrit, des délits qu’ils vont commettre »…  À Mesquite, il est « illégal pour les enfants d’avoir d’étranges coupes de cheveux », ça y est ! On sait enfin ou envoyer toutes les stars des émissions de téléréalité… Depuis le temps qu’on cherchait.

Les fausses dents, une responsabilité dans les accidents de turlutte ?

Dans l’Utah, il est « illégal de chatouiller une femme et de faire l’amour en pleine lumière », bon parfois ça peut aider, hein ? Qui ne s’est pas réveillé, au lendemain d’une cuite carabinée avec une personne au charme néanmoins « abstrait » pas comme le concept, mais plutôt comme l’art. Et faites attention aux oiseaux car ils sont « prioritaires sur l’autoroute » et si vous vivez avec une femme de type « chéri ! J’ai encore refroidi les gosses », vous serez tenu responsable de ses crimes.

Dans le Vermont, une femme ne peut pas « porter de fausses dents sans l’accord préalable de son mari ». Une mesure de précaution pour éviter, sans doute, les accidents de turlutte, eh oui, des fois, la pipe ça râpe… et comme on n’a pas le droit « de siffler sous l’eau », vous pouvez d’ores et déjà oublier vos fantasmes aquatiques…

En Virginie, Messieurs, vous n’avez pas le droit de « sortir votre femme du lit » à coups de pompes ! Bizarrement une chose pareille ne me viendrait pas à l’idée. Si vous vous aventurez à « coller une main aux fesses à une femme », vous prendrez soixante jours de taule ! C’est quand même dommage que Weinstein n’a pas grandi là-bas, il se serait calmé, bien avant, le DSQ américain. Mais bon, quand même, si vous êtes candidat à un concours, sachez que vous pourrez « corrompre le jury » mais il faut que vous le fassiez vous-même, sans passer par des intermédiaires.

Gang-bang et bukkake

À Washington, vous ne pouvez pas, Mesdames, vous « asseoir sur les genoux d’un homme sans y avoir mis, au préalable, un coussin », sinon c’est un petit séjour à l’ombre, tous frais payés par l’État, qui vous attend. Si vous êtes le premier amant de votre femme, si tant est que vous ne vous trouviez pas au beau milieu d’un gang-bang, sachez que « sa défloration, quels que soit son statut et son âge », pourra vous envoyer cinq années derrière les barreaux… S’ils attendent le même coup qu’a déjà fait le bon Dieu, il y a un peu plus de 2 000 ans, ils n’ont pas fini de ramer… C’est sans doute pour ça que le taux de natalité dans l’État est en chute libre…

Finissons donc en beauté, dans le Wisconsin, chez ma cousine, où les femmes ont l’interdiction de porter du rouge en public. Peut-être craignent-ils que tel un toréador lâché dans l’arène et excitant ce taureau qui, nonobstant, n’a rien demandé à personne, avec une serviette-éponge, elles risqueraient d’exciter les mâles en rut à quelques kilomètres à la ronde et de déclencher le bukkake du siècle, en mode tsunami… On n’a pas le droit, d’ailleurs, de « s’embrasser dans un train »… Au final, amis Américains qui vous dites lumières éclairant le monde, vous devriez mettre un peu le nez dans vos lois un tantinet vétustes, mais qui ont l’avantage de nous faire bien rire aujourd’hui, afin de donner un petit coup de balai… ah et puis, les lumières, vous serez gentils d’éteindre en sortant…

 

 

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.