Athena Palomino : « Je me fais 15 000 dollars par semaine »

Athena a soigné son entrée : fracassante. Car le porn aime les femmes de son profil : splendide, mais déterminée et lucide. De celles qui font des carrières longues et fructueuses ! Il n’y a qu’à l’écouter pour s’en convaincre et c’est gratuit. Un privilège.

LVDX : Qu’est-ce qui motive une femme à faire du porno en 2018 ?

Athena Palomino : 15 000 dollars par semaine, je ne connais pas de meilleures raisons. Je n’ai aucun complexe avec ça.

J’allais te demander : « si tu pouvais revenir en arrière, ferais-tu du porno ? » mais je viens d’avoir la réponse.

C’est une bonne question car je me la pose parfois. Est-ce que j’ai voulu être une actrice de films pornographiques ou juste pouvoir assumer le fait d’être une grosse salope ? A l’époque, je voulais détruire mon égo, je n’en avais rien à faire de ce que les gens pensaient de moi. C’est pour ça que j’ai fait du porno, mais ensuite, je me suis rendu compte que le porno produisait plus d’ego qu’il n’en détruisait. C’est étrange, parfois, je n’ai pas envie d’assumer.

Tu as tourné relativement peu de scènes et tu tiens déjà ce discours ?

En quoi est-ce étonnant ? J’agis parfois sur des coups de tête, mais je sais quand même globalement dans quoi je mets les pieds quand j’entreprends quelque chose. Après, je ne me doutais pas que le porno était un milieu avec des egos  aussi exacerbés et surdimensionnés. J’imaginais un univers marginal et destroy et j’y ai trouvé un environnement très codifié, mais ce n’est peut-être pas plus mal.

Le porno t’a-t-il enseigné quelque chose ?

Avant de faire du porn, je n’avais jamais utilisé de gel par exemple. Je n’avais jamais eu de problèmes de sécheresse. Mais quand on tourne plusieurs scènes quotidiennement, le corps ne suit pas toujours. Tout autre chose aussi, j’ai été très étonné du niveau de professionnalisme chez Blacked. Ils étaient douze pour produire ma première scène. J’étais très impressionnée.

 

Sens-tu une forme de stigmatisation envers les actrices sur les réseaux sociaux notamment ?

C’est une honte. J’ai honte pour ces mecs qui se paluchent et qui ensuite déversent leur haine. Mais comment peut-on perdre son temps à faire cela ? Certains sont vraiment des malades qui devraient se faire soigner. En tout cas, je ne laisserai jamais l’opinion des gens dicter mon bonheur ou ma stabilité émotionnelle.

Préfères-tu que l’on t’apprécie pour ta conversation ou ton physique ?

Les deux, mais je serais bien ennuyée que les gens me trouvent grosse et moche ! Je ne le vivrais pas bien.

Quel est ton type de mec ?

Il faut qu’il soit grand, qu’il ait du style et de la confiance en lui. J’aime les hommes élégants avec de la culture et de la conversation.

Un « Ken » en quelque sorte…

Non, je n’aime pas les hommes avec des visages trop parfait ni ceux avec trop de manières.

Quel style de fille es-tu : urbaine et sophistiquée ou plutôt simple et nature ?

Je hais ces grandes villes avec une atmosphère froide et pluvieuse. Je suis une fille du Sud. Pour te dire, j’étais à New York dernièrement et je comprends pourquoi les New-Yorkaises marchent vite et baissent la tête : chaque personne avec lesquelles j’ai eu un contact avec le regard me demandait que je lui fasse une pipe ou de l’argent pour réparer leur voiture en panne. Il y en a eu neuf en deux jours. Dans la campagne où j’ai grandi, le crottin de cheval est moins sale que leur bouche.

Où préfères-tu qu’un homme éjacule ?

Les éjaculations les plus mémorables l’ont été dans ma gorge. Et je ne dis pas ça pour plaire aux fans. C’est quelque chose de spécial. J’aime cette sensation quand le fluide est avalé. J’aime tous les fluides.

Quelle est la chose la plus dingue que tu aies faite sexuellement ?

Quelque chose qui ne pourra jamais être fait face à une caméra : je me suis tapée deux frères près d’une île au large du Mexique. Nous étions sur un bateau. Je leur ai même demandé de s’embrasser pendant qu’ils me prenaient en double et ils l’ont fait ! Je dois les revoir cet été. Ça va être de la folie !

Athena Palomino
21 ans
Originaire de Charleston (Caroline du Sud)
1m72
57 kg
90 D

Filmo sélective :
     – My first Celebrity Hook-Up (Blacked)
     – Blonde and Boobalicious (Teamskeet)
     – Athena’s Risque Photoshoot (Mofos)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.