Lilly Ford : « Le porno m’a donné les meilleures expériences sexuelles de ma vie »

Celui qui voudra se taper Lilly Ford devra faire avec son côté Jean-Claude Van Damme, mais qu’importe, on est tous aware devant le spectacle de son cul ouvert. A 23 ans, la Californienne, qui fait partie des valeurs sûres, livre la bonne parole, transmise ici-même.

LVDX : C’est moi ou sur chacune des images que j’ai pu voir de toi, tu as constamment le sourire ?

Lilly Ford : (elle rigole franchement) Oui, je suis une fille positive. Je prends toujours la vie du bon côté. Je suis motivée par l’amour de ce que je fais. Et par le pouvoir de l’amour tout simplement.

Le pouvoir de l’amour… Ca fait série télé mexicaine !

Je sais, j’ai l’air un peu bizarre avec ça, mais je crois réellement que l’amour est quelque chose d’insaisissable qui nous unit tous. Une force très puissante qui s’exprime aussi à travers le sexe. Une sorte de fluide invisible, mais rien à voir avec le sperme ou la mouille !

Le sexe et les sentiments sont liés pour toi ?

Oui, ils sont connectés. Dès qu’il y a un acte, un courant s’établit et quand deux personnes sont amoureuses, cette connexion est au plus fort. C’est aussi simple que l’électricité. On ne s’étonne pas devant une prise électrique ou un sèche-cheveux. On voit que ça marche et puis c’est tout. L’amour, c’est pareil.

C’est intéressant comme théorie. Mais qu’en est-il si tu te fais enculer brutalement ? Court-circuit ?

Mais non, c’est plus puissant encore ! J’aime l’anal. Ça donne de super sensations. Il y un nombre de terminaisons nerveuses exceptionnel dans cette zone. Quand je pratique la sodomie, je me laisse guider. Dès les premières secondes, je sens si ça va être bon ou pas. Je m’ouvre et c’est parti pour le plaisir total.

Le soir, ça ne pique pas un peu ?

Pour moi, c’est ok, mais je mets toujours de la crème cicatrisante après la scène et je me suis préparé la veille pour qu’il n’y ait pas d’accident. Je laisse le moins de place possible au hasard pour que tout se passe pour le mieux car je sais qu’il y aura des détails sur place auxquels je n’aurai pas pensé.

Peux-tu remercier le porno pour quelque chose ?

Le porn m’a donné les meilleures expériences sexuelles de ma vie, si je ne compte pas les fois où j’étais amoureuse. Je crois que l’on est placées dans les meilleures conditions pour que ça soit ainsi.

N’es-tu pas de celles qui ont du mal à prendre leur pied avec les contraintes d’un tournage ?

Pas du tout. Comment l’être lorsque cinq personnes sont aux petits soins pour que je sois la plus belle possible ? En plus, je suis exhib, j’ai toujours aimé écarter les jambes.

Confirmes-tu que c’est possible de jouir sur un tournage ?

Bien sur. Je ne peux jamais le prédire, mais neuf fois sur dix, je jouis. Les mecs sont tellement bien pourvus, ils ont la queue si dure que je ne peux que la sentir passer.

Quels jeux sexuels aimes-tu pratiquer ?

Pour que je sois séduite, il faut que je sois surprise. La semaine dernière, un acteur m’a enduit les tétons avec du vrai lait de coco. Ça ressemblait à du lait maternel. Il suçait comme un enfant. C’était trop bon. Quelque chose que j’aimerais faire aussi, c’est de manger des sushis sur le corps d’une femme. Tu savais que ça s’appelait le Nyotaimori ? Moi, je serais incapable de faire un truc pareil ! Ça doit réclamer une force mentale de dingue.

N’aurais-tu pas peur que l’odeur de poisson ne provienne pas des plats ?

Ah, ah, mais ça n’est pas envisageable. Pas envisageable du tout ! Pour ce genre de délire, on fait appel à des professionnels et à des gens de confiance, monsieur !

Une bonne journée, pour toi, c’est quoi ?

J’aime bien le clubbing et faire l’amour. Faire l’amour toute la journée, grignoter, chiller, philosopher : c’est la belle vie pour moi.

C’est quoi faire l’amour pour toi ?

C’est beaucoup d’étreintes, de caresses et de baisers. Sentir que mon homme bande dur contre mon clitoris mouillé, qu’il me pénètre en profondeur et en douceur. Hummm ! (Elle marque un long temps d’arrêt) Je suis excitée rien que d’en parler.

Tu sembles avoir une spiritualité plus développée que la moyenne…

Totalement. Je crois en la réincarnation par exemple. Pour moi, l’âme est éternelle et change ponctuellement d’enveloppe. C’est tout et ça explique beaucoup de choses. Après, je ne suis pas du tout fermée à la science, au contraire. Je suis même persuadée qu’un jour, elle aura tellement progressé qu’elle sera en mesure de maîtriser le bonheur.

Ca s’appelle la drogue ce que tu décris et c’est vieux comme les plantes…

Mais oui ! Les shamans le font déjà depuis des millénaires. Le chemin est juste différent. Les shamans sont des scientifiques sans même qu’ils ne le sachent.

Quand tu suces, tu penses à des trucs comme ça ?

Non, je suce, c’est tout. Quand je suce, je fais le vide dans ma tête pour me concentrer uniquement sur la queue. Sur le moment, c’est mon totem !

Lilly Ford
23 ans
Originaire de Los Angeles (Californie)
1m50
40 kg
85B

Filmo sélective :
     – Clickbait (Evil Angel)
     – Double The Load (Xempire)
     – True Anal Tryouts (Jules Jordan)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.