Jessie Wylde : « J’ai toujours couché le premier soir »

Sous le soleil de Floride, les pornstars se cultivent. La dernière en date s’appelle Jessie Wylde, 21 ans, avec comme points forts des yeux bleus renversants et une soif de sexe à étancher. De l’or pour les braves. Pour le autres, il reste cet article.

LVDX : Quel est ton parcours pré-porno ?

Jessie Wylde : Je faisais trois boulots différents : je vendais des coques pour smartphone, je manageais une boutique de chaussures dans un centre commercial et la nuit, je faisais du strip. Les opportunités ne sont pas légion d’où je viens. J’ai suivi une formation pour être assistante médicale mais j’ai découvert que j’allais seulement être payée 20 000 $ par an. Ça m’a bien contrariée et j’ai commencé à chercher d’autres manières de gagner ma vie. On était en 2016 et j’avais dit que si Trump était élu Président, je commencerais le porno. J’ai tenu mon pari : le printemps suivant, je suis allée à Fort Lauderdale pour m’inscrire chez Hussie Models. C’était l’agence la plus proche.

Tu ne croyais pas à sa victoire à ce point-là ou au contraire tu la souhaitais ?

Je me suis dit que ce pays ne ferait jamais rien pour ma génération alors autant que je fasse quelque chose pour moi.

Qu’y a-t-il de bien à faire à Gainesville. Floride ?

Du vélo, des sports nautiques sur les lacs, un zoo. Chez moi, c’est au milieu de la nature. Ce n’est pas la Floride de South Beach, Orlando ou les Keyes.

Ça baise beaucoup ?

Il y a moins de vieux que sur la côte et on y pense tous. On se retrouve surtout sur les bords des lacs. Quand la chaleur est suffocante, on s’y détend. Je me suis souvent fait sauter dans les maisons au bord, en fin de soirée. Ce sont les vingt premières années de ma vie que je laisse là-bas.

Avant le porno, avais-tu beaucoup d’expérience sexuelle ?

J’ai toujours couché le premier soir. J’aime sortir, faire la fête et faire des rencontres. Quand un mec me plaît, je lui parle beaucoup. Je le regarde fixement. Si j’ai picolé un peu, je vais le chauffer.

Ce regard, c’est ton arme fatale ?

Quand j’ai des messages à faire passer, c’est souvent par le regard. Comme j’ai managé des gens, j’ai aussi appris à utiliser mes yeux et mon visage pour me faire comprendre. Enfin, ça, c’est aussi mon côté théâtral. Pour les scènes, ce sont des réflexes que j’ai gardés. Plus que tout, j’adore jouer avec l’objectif sur les scènes où je suis autorisée à le regarder.

Niveau sexe, quelle est ta marotte ?

Je suis une bonne suceuse. J’aime quand le mec m’attrape la tête et la dirige comme une poupée. Ça me rend folle de sentir cette grosse queue bien dure dans le fond de ma gorge. C’est un challenge de pouvoir gober jusqu’au fond les queues des acteurs. Il y a des spécimens.

Pour toi, la taille, ça compte ?

Ça aide, évidemment ! J’ai fait suffisamment de scènes avec des blacks pour m’en rendre compte. Même si le mec ne sait pas s’en servir, ce qui est loin d’être le cas dans le X, il me suffit de bouger pour être satisfaite. En privé, j’utilise certains mecs comme des sextoys. Je les enfonce en moi et je me frotte sur eux. De cette manière, je peux jouir en trente secondes.

Ils prennent leur pied aussi ?

Je m’en fiche. Ce n’est pas mon problème !

C’est cruel… Tu dois les rendre fous !?

Je suis comme ça. Je ne le fais pas avec tous les garçons, mais il m’arrive d’en prendre un ou deux dans la soirée et de me satisfaire avec eux. Je les branle après et ils sont contents. J’ai toujours très bien branlé.

Tu n’es pas dans le porno pour rien. Quel fantasme aimerais-tu accomplir face caméra ?

Sodomiser un acteur hétéro avec un gode ceinture. On me demande si souvent de faire de l’anal, ce que je refuse, alors inverser les rôles, ce serait drôle.

En un peu plus d’un an de carrière, qu’as-tu appris dans le X ?

J’ai grandi. Je me sens plus confiante et j’ai moins peur de l’avenir. J’ai rencontré des personnes vraiment extra. Mais ce qui est difficile, c’est d’avoir une vie normale à côté parce que tout se sait. Je n’ai pas envie d’être une « star » et qu’on me prenne la tête. Rien que d’avoir un Twitter, ça m’a gonflée.

A quoi carbures-tu ? Quel est ton moteur ?

L’argent, la vie facile, la liberté… Et mes chiens.

Jessie Wylde
21 ans
Originaire de Gainesville (Floride)
1m68
59 kg
90B

Filmo sélective :
     – Naughty Rich Girls (Naughty America)
     – Overxxxposure (Reality Kings)
     – Blacks on Blondes : Jessie Wylde (Dogfart)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.