Cunni, ce sont les femmes qui en parlent le mieux !

Souvent considéré, à tort, comme un préliminaire [à la pénétration], le cunni a pourtant un but précis : faire jouir votre partenaire ! Mais toutes les femmes aiment-elles cette pratique ? Dans quelle position ? Avec un homme ou une femme ? Nous pensons que le meilleur moyen de recueillir des infos fiables, c’est encore d’interroger les premières concernées : les femmes. Et quelles femmes ! Des actrices X, Lolita Grey, Morgane Dell, Catalya Mia, Julie Valmont et Thérèse, Sabrina, journaliste de Wyylde magazine, Charlie, webcameuse et Florence, lectrice de notre magazine… Vous allez voir qu’elles ne sont pas forcément d’accord. Suivez le guide !

Est-ce une pratique que vous appréciez ?

Lolita Grey : Oui, j’apprécie le cunni… quand il est bien fait !

Morgane Dell : Pour les femmes, il n’y a parfois rien de mieux que le sexe oral. Pourquoi ? Parce que l’orgasme clitoridien est beaucoup plus fréquent que l’orgasme vaginal.

Catalya : C’est une pratique que j’apprécie énormément, elle fait partie des préliminaires, elle permet de faire grimper le désir au même titre que la fellation pour un homme, on peut aussi lui apporter des petits plus, en utilisant les doigts et en impliquant des sex-toys !

Thérèse : J’apprécie de sentir une langue bien chaude sur mon clitoris pour faire gonfler mes lèvres et humidifier ma vulve…

Sabrina : Oui, c’est une pratique importante pour moi !

Charlie : Oui, beaucoup !

Florence : J’adore, mais je comprends que l’on puisse ne pas aimer. La langue manque un peu de puissance et de précision, surtout si on la compare avec les doigts ! Il faut apprendre à son partenaire à ne pas stimuler le clitoris trop directement : ça devient vite agaçant ! Autre problème : il ne faut pas hésiter à demander à son partenaire d’arrêter de lécher quand on a joui. Après, le clitoris devient hypersensible, et tout contact est insupportable !

Le cunni est-il pour vous un préliminaire incontournable, ou un acte sexuel en soi ?

Lolita Grey : Bien sûr, pour moi c’est un acte sexuel en soi. À condition d’être avec la bonne personne !

Morgane Dell : Il faut considérer le cunnilingus comme le plat principal et non comme l’entrée. Le cunnilingus n’est pas un simple préliminaire en attente de la pénétration. Notre partenaire doit y mettre autant de passion que s’il nous pénétrait.

Catalya : Il permet de faire grimper le désir, ce qui a aussi pour effet de lubrifier les parois du vagin et préparer à la pénétration, au même titre que la fellation pour un homme. Pour moi, cette pratique est incontournable, mais elle ne peut se substituer à l’acte en lui-même, il doit préparer ce qui suivra et apporter un plus.

Julie Valmont : C’est un préliminaire vite fait !

Thérèse : L’acte, sans le cunni, est plus direct. J’ai davantage l’impression de dominer quand c’est moi qui mets son sexe dans ma bouche, pour ensuite assouvir mon envie en l’enfilant dans mon vagin !

Sabrina : C’est un acte sexuel en soi. Non pas que je le dénigre en tant que préliminaire, mais quand il est très bien fait, et aboutit à un très bel orgasme, ça peut être l’apothéose d’une relation sexuelle plutôt qu’un préliminaire.

Charlie : Ça peut être les deux.

Quelle est la position idéale ?

Lolita Grey : Il n’y a pas de position idéale pour moi, l’important est la manière de lécher.

Morgane Dell : Pour plus de plaisir, mieux vaut, pendant le cunni, nous prendre par la taille, nous caresser les fesses ou nous saisir les seins.

Catalya : Sur le dos, allongé, jambes écartées, c’est la meilleure des positions. Mais on peut aussi faire un 69 !

Julie Valmont : La position idéale ? En « missionnaire », avec la tête de la personne qui lèche entre les jambes.

Thérèse : La meilleure position pour être léchée, et avoir son clitoris dans la bouche de son partenaire, c’est de s’allonger sur le dos ! Mes partenaires adorent voir mon visage qui grimace quand le plaisir monte, et sentir mon corps et mes jambes vibrer à la montée de la jouissance. Il faut savoir que parfois, il m’arrive, selon mon partenaire, de le mettre en mode soumission ! Je prends plaisir à le diriger ! Debout devant lui, je le fais mettre à genoux en lui tenant les cheveux pour qu’il me lèche comme je l’entends !

Sabrina : Allongée sur le dos, jambes bien relevées et écartées.

Charlie : Allongée sur le dos, avec un petit coussin sous les fesses.

Florence : Il ne faut pas croire que pendant un cunni, les filles sont forcément passives ! Perso, j’adore le 69 ! Parfois, quand on a envie de se détendre et de laisser l’orgasme monter lentement, ce qui peut prendre, dans mon cas, un bon quart d’heure, c’est vrai que la position allongée « tranquilou » sous la couette est idéale !

Qui lèche le mieux, les hommes ou les femmes ?

Lolita Grey : Je n’ai pas beaucoup d’expérience car je n’ai pas eu beaucoup de rapports sexuels avant de commencer dans le porno, mais pour moi ce sont les hommes qui le font le mieux !

Catalya : Sans hésiter, ce sont les femmes qui lèchent le mieux, je pense que cela vient du fait qu’on connaît notre corps et qu’on sait ce qui nous apporte de l’excitation. On sait parfaitement quelle zone nous apporte du plaisir et de quelle façon on doit s’y prendre. Et surtout, les femmes sont plus douces. Je pense que beaucoup d’hommes ne sont pas à l’aise avec cette pratique, que pour eux cela n’a pas beaucoup d’importance, mais messieurs, imaginez une partie de baise sans fellation, et dites-moi s’il ne vous manque pas quelque chose ?

Julie Valmont : Je le préfère avec les femmes, je les trouve beaucoup plus douées !

Thérèse : Le cunni est appréciable quand l’on veut faire monter le désir en douceur. J’aime avoir un homme ou une femme qui me mange le sexe. Pour moi les deux sont doués, ce n’est pas une question de sexe !

Sabrina : Les hommes ! Les femmes s’appliquent mais elles sont trop douces. Les hommes ont plus de force avec leur langue et ça me donne l’impression d’une réelle pénétration !

Charlie : Tout dépend du partenaire, son sexe n’a pas d’importance !

Florence : Je ne sais pas si l’on peut généraliser, mais dans mon expérience, ce sont toujours les hommes qui m’ont le mieux léchée. Cela peut sembler paradoxal, parce qu’une femme est supposée mieux connaître son propre sexe ! Peut-être que je ne suis pas tombée sur des partenaires très douées !

Vous arrive-t-il de vous sentir mal à l’aise avec cette pratique ?

Lolita Grey : Mal à l’aise ? Non, je suis propre et je prends soin de moi !

Morgane Dell : Le cunni ne met pas toutes les filles à l’aise. On stresse parfois, lorsqu’on pense à notre épilation loin d’être parfaite, ou si on doute que notre partenaire apprécie ce qu’il est en train de faire. Résultat : on a bien du mal à se laisser aller. J’ai besoin que mon partenaire me fasse comprendre qu’il est vraiment à fond dans ce qu’il fait.

Catalya : Dans mon souvenir, je n’aime pas le frottement avec les barbes ou moustaches de quelques jours, qui font un effet papier de verre et peuvent blesser !

Thérèse : Je n’ai aucun tabou !

Sabrina : Oui, quand certains hommes souhaitent la pratiquer, alors que je ne le souhaite pas forcément leur laisser la possibilité de me goûter. Je préfère laisser le cunni à mes amants sûrs !

Charlie : Ça m’est arrivé. C’est une pratique qui demande du lâcher-prise, et ce n’est pas toujours facile !

Florence : Je stresse toujours à l’idée que mon épilation ne soit pas nickel !

Pierre Des Esseintes

À propos de Pierre Des Esseintes

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.