Julie Holly : « On me dit souvent que je suis insatiable ou nymphomane »

Julie a déjà quelques vidéos et films au compteur chez J&M ! La professeure de français, sous son air pincé et son côté pour le moins timide et réservé, se considère comme une véritable salope, et se plaît à faire connaître son goût pour la queue à son entourage ! Très excitée à l’idée de nous rencontrer, elle revient avec nous sur ce début de carrière pour le moins animé.

Propos recueillis par Vincent Lacrosse

Julie, comment devient-on actrice pour Jacquie & Michel ?

Eh bien, en ce qui me concerne, ça s’est fait tout à fait par hasard ! J’ai eu la chance d’être contactée, via mon compte sur un site libertin, par le producteur Mat HDX. Je venais de m’inscrire à la recherche de nouvelles expériences… Au final, je n’ai pas été déçue, je pense qu’on peut le dire [rires] ! Le porno, ce n’est pas quelque chose que j’avais prémédité, mais après en avoir discuté avec Mat, puis consulté mes amis, l’envie est née. Et me voilà aujourd’hui, actrice chez Jacquie & Michel !

Tu regardais des films avant de débuter ?

Pas du tout ! En fait, je ne connaissais rien de cet univers. Je ne suis pas très voyeuse en réalité mais j’adore être regardée. C’est un exhibitionnisme assez compatible avec le hard… En y repensant cependant, plus jeune, j’avais admiré certaines actrices X en interview chez Ardisson, même indirectement, nous sommes tous touchés par la porn culture aujourd’hui.

Apparemment, tu es timide. Ça n’a pas été trop dur de te lancer ?

Je suis timide mais très exhibitionniste, ce qui n’est pas antinomique ! J’ai des difficultés à faire le premier pas. C’est vrai, j’ai souvent besoin d’une phase d’adaptation avec des personnes que je ne connais pas. Mais j’adore être exposée sexuellement. Après, mon plaisir d’exhibition implique le consentement des voyeurs. Je n’imposerais pas mon corps et ma sexualité à des personnes qui n’ont rien demandé [rires].

Es-tu fière de tes débuts ?

Oui, très. Dans un premier temps, parce que je suis très contente du résultat. Le plaisir n’est jamais vulgaire et j’espère qu’il est communicatif. C’est cela, que j’avais envie de montrer et de transmettre. J’ai eu des retours, très chaleureux et sympathiques, et cela m’a fait très plaisir. Ensuite je suis très fière d’avoir osé le faire. Ça a été très excitant de franchir le cap et de tourner. La vie est courte ! Il faut apprécier les opportunités de s’amuser et de s’épanouir qui se présentent.

Tu es professeur. En joues-tu dans tes scènes ?

Je n’ai pas cherché à en jouer. Je n’y ai pas réfléchi du tout, sur le moment, à vrai dire. J’ai plutôt essayé de rester la plus naturelle possible. Par contre on m’a dit qu’en effet, j’avais, au premier abord, un air un peu rigide qui contrastait avec mon comportement lors des scènes hard. Je suppose que c’est à ça que tu fais référence quand tu parles de mon métier. Le fantasme de la prof sévère mais très coquine. Ce n’est pas conscient chez moi, mais d’après les retours que l’on m’a faits, c’est quelque chose qui a excité les spectateurs.

Sachant que des gens de ton entourage pourraient te reconnaître, n’as-tu pas hésité ?

J’ai pris le temps d’y réfléchir avant. J’ai la chance d’avoir des amis compréhensifs et à l’écoute, des personnes qui s’abstiennent de juger. Après, la chose la plus importante reste l’opinion que j’ai de moi. Mon envie était réelle et je suis très heureuse de l’avoir fait. Je l’assume totalement. À partir de ce constat, cela ne me dérange pas que certaines personnes puissent me reconnaître.

Quel serait ton plus gros fantasme à réaliser devant la caméra ?

Je rêve d’une belle orgie entre femmes ! À cinq ou six. Une scène que je rêve intense et sauvage. J’adore les femmes très actives qui n’ont pas froid aux yeux !

As-tu toujours été ce que l’on peut appeler une « grosse cochonne » ?

Je ne vais pas te mentir, je ne suis pas fan du terme « grosse cochonne », je ne sais pas pourquoi. Je préfère même « salope » lorsqu’il est dit comme un compliment comme « belle salope ». Mais trêve de considérations littéraires. Pour te répondre, on me dit souvent que je suis insatiable ou nymphomane. J’ai presque tout le temps envie et de plus, je suis hypersensible donc je prends très vite beaucoup de plaisir. Après, le cadre d’une vie de couple classique génère malheureusement beaucoup de frustration chez moi. Je peux rattraper le temps perdu maintenant !

Dans ton entourage, qui est au courant de ton activité ?

Mes amis, ma sœur, mon cochon d’Inde [rires]. Toutes les personnes que je considère comme très proches. Elles m’ont encouragée et soutenue. Réellement, je mesure la chance que j’ai d’avoir ces personnes dans ma vie ! Ils sont tous très heureux et fiers de me voir évoluer et profiter pleinement de la vie.

C’est quelque chose que tu essaies de cacher ou est-ce que tu en parles facilement ?

J’en parle facilement et je suis heureuse de l’avoir fait. C’est une part de moi et de ma vie que je ne souhaite pas dissimuler. Si on vient me demander : « Est-ce que c’est bien toi sur Jacquie & Michel ? » je réponds positivement et cela ne me gêne pas le moins du monde. J’ai eu beaucoup de retours agréables et cela facilite peut-être la chose ! Personnellement, je trouve ça plutôt flatteur.

Lorsque tu dois prendre du plaisir en solitaire, qu’est-ce qui t’émoustille ?

D’un point de vue technique, j’ai un rabbit et un plug vibrant que je considère comme des indispensables, et que j’utilise très régulièrement. Ensuite, intérieurement, je me fais un best-of de mes meilleures expériences. Je revis ces moments d’extrême jouissance, cela me trouble déjà un peu, rien que de t’en parler [rires] !

Y a-t-il un acteur avec lequel tu aimerais tourner par-dessus tout ?

J’adore Kenzie Reeves, que je suis sur Twitter, mais c’est une actrice ! Par contre je suis très heureuse et satisfaite d’avoir rencontré les acteurs avec qui j’ai déjà tourné. Tous ont été adorables lors des scènes, et je n’aurais aucun problème à renouveler l’expérience avec eux, bien au contraire !


Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

J’ai tourné plusieurs autres films dont Les cougars veulent des bites ! sortie en mai dernier. Je ne sais pas si je ferai carrière ou pas, mais je ne suis pas fermée a l’idée de tourner tant que j’y prends du plaisir. Dans tous les cas, j’espère que ça tiendra dans la durée !

Ses vidéos et films chez Jacquie & Michel

Julie rencontre un couple de lesbiennes !

Expérience inédite dans une salle d’eau pour Julie !

Julie, première double anale !

La bombe Chloé s’éclate avec Emma et Julie !

Trio hot avec Emma et Julie au Neubourg (27) !

La prof aime les expériences !

Plan pervers pour Julie et Camille !

Prof de français, Julie s’amuse !

Julie, prof de français, dans un lycée privé

Baisées au premier regard

En Normandie avec Julie

Poker fesses

Les cougars veulent des bites !

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.