Les dolls débarquent chez vous !

C’est la nouvelle mode qui nous vient du Pays du Soleil-Levant. Les dolls – c’est-à-dire les poupées « humanoïdes » tellement réalistes qu’on se demande pourquoi on aurait encore besoin de la gent féminine – débarquent chez nous grâce à la marque Dolls France. Benoît, gérant de la firme, a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Vous commercialisez des poupées de genres très variés. Est-ce pour répondre à une demande d’une même teneur ?

Tout à fait. Les possibilités sont infinies et il en faut pour tous les goûts. Lorsque nous avons commencé, il y avait très peu de modèles disponibles et ils étaient tous très orientés pour le marché asiatique. À force d’une demande de la clientèle européenne et de nos relations avec les usines, nous avons fait en sorte de développer de plus en plus de modèles « internationaux ». Les chaînes de fabrication ont même réussi à créer une demande, qui n’existait peu ou pas, avec la création de poupées elfiques, de poupées à trois seins, de poupées transsexuelles ou hermaphrodites, voire ayant une couleur de peau bleue ou verte.

Comment décririez-vous votre clientèle ? Quel usage peut-on avoir des dolls ?

Elle s’étend de 18 à 83 ans et touche aussi bien des hommes que des femmes, des personnes seules ou en couple. D’après les discussions que nous avons avec eux, nous pourrions considérer que la grande majorité de nos modèles sont acquis par des hommes célibataires pour une ou des aventures sexuelles. Viennent ensuite le manque affectif et le besoin d’une présence à la maison et après, les artistes, les photographes, les peintres, les stylistes, etc. Utilisées en tant que modèles, L’avantage est que les poupées ne bougent pas et n’ont pas non plus besoin d’être rémunérées à l’heure. Mais elles peuvent également servir de mannequins pour des vitrines.

Parmi tous ceux que vous proposez, quel modèle conseilleriez-vous ?

Pour commencer, nous conseillons un modèle pas trop lourd, d’environ 25 à 30 kg et de 140 à 150 cm de hauteur. Sans doute plus fin et de plus petite taille, néanmoins, beaucoup plus maniable. Il ne faut pas chercher tout de suite à vouloir une femme trop grande d’1,75 m avec de grosses cuisses et de grosses fesses, car son poids avoisinera les 45 kg et, croyez-moi, il faut en avoir dans les bras pour la porter tout seul ! C’est un poids mort !

Merci pour toutes ces réponses…

Alors au final, combien ça coûte une doll ?

Si vous choisissez d’opter pour la belle Fabiana, une poupée à tendance SM, il vous faudra débourser la modique somme de 1 890 €. Ce qui n’est pas donné, on vous l’accorde. Mais la perfection a un prix et une poupée de ce style vous coûtera en moyenne 2 500 €. En revanche, si vous désirez opter pour un tarif réduit, vous pourrez sans soucis vous rabattre sur les Una Kaine Mini-Dolls pour la somme de 850 € ! Profitez-en et rendez-vous sur www.dollsfrance.com !

Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.