Rosalyn Sphinx : « Je trempe mes culottes la nuit »

Fardée ou naturelle, Rosalyn débarque dans le porn circus avec ce truc en plus dans le visage. Et à 19 ans, il suffit à peine de gratter pour lui découvrir une insouciance rafraîchissante. Toutefois, la Sphinx ne dévoile toujours rien des mystères de son sphincter. Entretien de profil.

LVDX : Pourquoi avoir choisi cet étrange pseudonyme ? Tu es fascinée par l’Egypte Antique ?

Rosalyn Sphinx: Alors là, pas du tout. Je ne sais même pas de quoi tu parles ! Je me suis fait tatouer mon chat, Tim, dont la race est le Sphinx. Ce sont des chats canadiens, l’Egypte n’a rien à voir. Je suis tombée amoureuse de cette race. Et mon chat, même en tournage, il est sur moi !

On aurait pu penser qu’à l’image du Sphinx de Gizeh, tu étais une femme mystérieuse avec des secrets à dévoiler…

En effet, ma sexualité est un mystère. Je suis en totale découverte, libertine et avide de nouvelles expériences. Jusqu’ici, je suis étonnée tous les jours, c’est juste le fun total.

Et pour les mecs, c’est pareil : sans poils ?

(Elle éclate de rire) Oui, oui, maintenant complètement. Je me suis  trop habituée aux performeurs porno. Les poils sur la langue quand je lèche les boules, j’aime pas ça.

Jusqu’où comptes-tu pousser l’exploration ? Quel type de scène va-t-on essentiellement voir de toi ?

Je ne suis fermée à rien. J’ai plein de fantasmes que je veux essayer. Je crois que je peux aller très loin, dépasser la douleur, être totalement soumise et m’abandonner. Je veux explorer des voies perverses : le bondage ou les déviances qui ne sont plus du sexe à proprement parler. Le sexe ne se limite pas à la pénétration.

Comment une jeune femme de 18 ans se lève un beau matin en se disant : aujourd’hui, je vais être une star du porno ?

En toute sincérité, Je ne suis pas encore une star du porno, je ne suis encore qu’une petite salope qui aime la bite, c’est tout ! Ca faisait bien deux ans que j’avais envie d’essayer car j’ai toujours été fascinée par le porn. J’ai du mal à sortir du lit sans m’être branlée sur un film. J’ai besoin de me faire jouir seule si je n’ai pas un mec pour me prendre.

Tu aimes le sexe au réveil ?

Je me réveille la culotte trempée ! Les rêves dont je me souviens sont toujours érotiques et ce sont souvent des orgies. Je pense au sexe tout le temps. Je suis à fond dans toutes ses sensations. Dans la vie, il y a ceux qui prennent le train en marche et les autres qui le regardent passer. J’ai un caractère de fonceuse. Quand un mec me plaît, j’ai envie qu’il me baise !

Comment doit-il être pour te plaire ?

Je veux coucher avec des beaux mecs, des bons coups. Je peux me permettre de choisir, mais l’alcool me faire perdre mon discernement. (Elle éclate de rire) En fin de soirée, je suis chaude et facile à détourner. J’ai couché avec tous les mecs qui passaient à la fin du lycée. 

As-tu eu de mauvaises fréquentations ?

Pour moi, à cette époque, elles ne l’étaient pas, mais certainement qu’avec le recul, je n’ai pas fait les bons choix. Etre en centre de redressement, ça prouve bien que j’étais sur une mauvaise voie. J’ai fumé, j’ai volé, un peu. Je me suis abîmée parce que je n’en ai jamais rien eu à foutre de mon physique. J’ai longtemps été dans cette forme de dépression qui suit l’adolescence.

Toutes les périodes de la vie sont propices à la déprime si tu écoutes les « spécialistes ». Que te manque-t-il pour être heureuse ?

Là, ça va. Je suis très excitée. C’est tout nouveau pour moi. Mais je dois faire attention et ne pas trop me laisser entraîner à faire des conneries. Dans le porno, je suis cadrée. J’ai besoin de ça.

Quelle est ta meilleure expérience jusqu’à maintenant alors ?

Le bondage, j’étais ligotée et un couple m’a baisée. Elle, avec sa main et sa bouche. Lui avec sa queue. J’étais déshydratée d’avoir mouillé. J’ai giclé comme je ne pensais pas que ça pouvait exister. Enfin, en ce qui me concerne.

Où peut-on voir cette scène ?

Nulle part ! C’était dans une soirée privée. J’étais invitée par un sex friend et je savais que j’aurais ma dose de sexe, mais pas à ce point-là ! Ceci-dit, j’ai des tournages BDSM qui vont arriver. Je suis très excitée ! J’espère que les fans le seront aussi. 

Est-ce que la taille de la queue est importante pour toi ?

Pour être honnête, ça dépend de la longueur. Si la queue est super longue, je n’aime pas être à quatre pattes. J’ai l’impression d’avoir une bite qui va me remonter jusqu’à l’estomac et ressortir par la bouche ! Mais si j’ai affaire à un sexe normal, le doggy reste ma position favorite.

Tu ne fais pas d’anal. Tu gardes ça pour plus tard ?

Peut-être. Je ne suis fermée à rien mais pour l’instant, je n’en ferai pas. Ce n’est pas ma priorité, ni le truc que je préfère.

Quel est ton rapport à la jouissance masculine ?

J’aime le sperme mais pas trop sur le visage. Ce que je préfère, ce sont les creampies, mais je suis très fertile alors j’ai intérêt à faire bien attention !

Ta franchise est désarmante…

Oh oui, oui, j’ai fait n’importe quoi. Avec le porno, j’ai été sensibilisée aux problèmes des infections et des maladies. Maintenant, je suis full tested et je ne baise qu’avec des gens comme moi.

Il y a un gros turnover chez les actrices. Penses-tu durer plus qu’une autre ?

Je n’en sais rien. Je fais ce que je veux de mon cul et peut-être en aurais-je assez dans six mois. Peut-être qu’on ne me proposera plus de tournages au bout d’un temps et que les fans se seront lassés. En tout cas, moi, j’aime bien me regarder en train de baiser. Je me trouve assez bonne ! Et puis j’espère que je donne l’impression d’aimer le sexe, parce que c’est vraiment le cas.

Rosalyn, merci !

Rosalyn Sphinx est âgée de 19 ans, elle est originaire de Saint Louis (Missouri). Ses mensurations sont d’1m60 pour 52 kg. Son tour de poitrine est 85 B.

Filmo sélective :

– Her First Boy Girl (Kelly Madison)

– Never Enough 3 (Vixen)

– Taxi Driver Gets Some Teen Tushy (Teamskeet)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.