Les machos sont de retour !

À l’heure où le #balancetonporc fait trembler la terre entière, les Desperate Housewives américaines se sont trouvées une nouvelle manière de mettre un peu de piment dans leur vie de couple comme substitut aux cinquante nuances de pas grand-chose des sadomasochistes pratiquants ! Elles les aiment forts, ambitieux, prétentieux, dynamiques et surtout… très machos ! Retour dans les années cinquante !

Aux États-Unis, ce type de phénomène de mode commence toujours par un livre et, en l’occurrence, par celui de Ro Élori Cutno. Sobrement intitulé L’homme dirige, la femme suit, tout le monde est gagnant, il s’est aussi bien vendu qu’il a fait scandale. Dans cet ouvrage, tout ce qu’il y a de plus politiquement correct, l’écrivaine en herbe nous explique comment elle est parvenue à un mariage heureux à grands coups de « assieds-toi, chéri, le repas est prêt et pose tes affaires le temps que je passe sous la table pour te tailler une pipe. »

Le plus étonnant est que le postulat de départ de cet ouvrage part d’une véritable volonté de « révolutionner » le mariage… et certainement pas d’en faire un jeu sexuel pervers. C’est pourtant ce qu’il s’est passé, et les réseaux sociaux ont rapidement été inondés des meilleurs feuillets de cet indigeste pavé écrit en gros caractères.

C’est ainsi que la ménagère américaine a pu découvrir un jeu, qui n’a pourtant rien de nouveau, qui consiste à mettre en scène le mode de vie des années cinquante dans son quotidien. Comprenez : la femme reste à la maison à s’occuper des tâches ménagères, avant de relire les lettres d’amour enflammées que lui a adressé son cher et tendre. Pendant ce temps-là, ce dernier travaille d’arrache-pied pour réussir sa carrière professionnelle de jeune cadre dynamique, tout en songeant à la magnifique turlutte que va lui réserver son épouse adorée dès son retour, juste après lui avoir enlevé ses chaussures… Comme c’est charmant.

Mais d’autres couples font le choix d’aller beaucoup plus loin. Ils font de ce fantasme, non plus un simple jeu sexuel, mais un véritable mode de vie, en prenant à la lettre toutes les recommandations dudit bouquin, tout en y ajoutant quelques règles, histoire d’érotiser un concept assez rigoriste et conservateur, il faut l’avouer. Par exemple : la femme devra baisser les yeux lorsque son mari lui parlera et surtout ne jamais l’interrompre. Elle devra vénérer son homme et ne jamais lui faire le moindre reproche [selon l’argument du livre, s’il y a faute, elle vient nécessairement de la femme]. Ainsi ne cherchera-t-elle jamais à le contredire et se soumettra à la moindre de ses exigences.

Mais les femmes ne sont pas les seules à profiter de cette remise au goût du jour de ce machisme consenti. Car ils sont nombreux, parmi les membres du « sexe fort », à prendre goût au patriarcat. Sur Tumblr, de plus en plus de blogs se propagent pour faire la promotion de cette pratique. Des blogs très souvent tenus par des messieurs qui n’ont qu’une seule envie : retrouver leur femme en petite tenue, s’affairant aux fourneaux au retour du boulot.

Mais même si on le chasse, le naturel revient vite au galop et ces blogueurs ne tardent jamais à confesser leur sombre penchant pour la fessée. Ici, pas de femmes battues. Juste des mecs qui prennent leur pied, d’un commun accord avec leur partenaire, à jouer les Christian Grey d’opérette, à grands coups de ceinture achetée au rayon homme de l’Intermarché local. Quand on vous dit que le sexe, ça n’est pas qu’une histoire de chibre et qu’il faut faire preuve d’un minimum d’imagination !

Et cette petite révolution ne se limite pas aux États-Unis, comme en témoigne l’existence du site rencontre-macho.com. La page d’accueil annonce d’ailleurs la couleur : un gros beauf, coupe mulet incluse, s’enfilant une bière et un sandwich sur son canapé, tandis que ce qu’on suppose être sa femme repasse à l’arrière-plan, les yeux emplis de crainte et d’appréhension. Comme quoi, on peut aimer le roleplay façon « valeurs traditionnelles » sans manquer d’auto-dérision.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.