Cicciolina : sulfureuse icône des seventies

Une blondeur aux reflets « tchernobyliens », une toison pubienne très développée et des tendances exhibitionnistes, Ilona Staller avait tous les atouts en mains pour réussir une carrière dans une industrie pour adultes alors en explosion…

Malgré un pseudonyme à consonance italienne, Ilona Staller voit le jour le 26 novembre 1951 à Budapest. Elle commence sa carrière dans le monde de la mode au cours des années soixante. Par la suite, la jeune femme quitte la Hongrie pour l’Italie après s’être mariée avec un Italien. Elle fait ensuite la connaissance de Riccardo Schicchi, un célèbre photographe. Celui-ci décide de prendre en main sa carrière. Il l’aide à participer à de nombreuses émissions de radio et elle s’en voit confier l’une d’elles : « Voulez-vous coucher avec moi ? » sur Radio Luna où elle aborde, pour la première fois en Italie, la question de la sexualité. Dès 1973, son pygmalion lui fait prendre le pseudonyme de Cicciolina. Il lui conseille également de se lancer dans une carrière d’actrice pornographique. En très peu de temps, la jeune blonde se fait remarquer par sa plastique dont sa généreuse poitrine qui en fera fantasmer plus d’un à travers le monde.

En quelques années, et seulement une petite dizaine de films, dont, par exemple, Porno Poker [1984], Cicciolina Number One [1986], pour lequel elle fait montre de nombre de petites perversions, ou encore Rise of the Roman Empress 1 [1987], elle devient rapidement l’une des plus grandes stars du porno mondial, dotée d’une renommée semblable à celle de l’étalon Rocco Siffredi. En parallèle de sa carrière d’actrice, elle s’essaie aussi a la chanson avec trois albums à son actif : Ilona Staller [1979], Muscolo Rosso [1987] et à nouveau Ilona Staller [2000] et s’engage en politique dès le milieu des années quatre-vingt. Elle parvient même à faire son entrée au Parlement italien, en tant que député, et profite de sa notoriété [elle montre ses seins en des occasions multiples, y compris au cours d’émissions de télévision grand public, ce qui lui vaudra d’ailleurs plusieurs procès et condamnations pour outrage à la pudeur dans l’Italie ultra-conservatrice de l’époque] pour défendre des causes écologiques, participant, par exemple, à des campagnes contre le nucléaire. Elle n’hésite pas à proposer à Saddam Hussein de coucher avec lui pour défendre la paix. Elle défend aussi de nombreux projets de loi comme une campagne d’information sur le Sida et soutient activement l’enseignement de l’éducation sexuelle auprès des adolescents ainsi que la proposition d’une loi de taxe automobile. À la fin de sa carrière d’actrice, en 1989, elle lutte entre autres toujours contre le nucléaire mais également contre la famine. En 2011, elle se présente aux élections municipales de Monza, mais n’est pas élue. En 2012, elle crée son propre parti politique en Italie, le DNA [Démocratie, nature, amour] et, en mai 2013, elle se présente aux élections municipales de Rome mais échoue de nouveau.

Plusieurs apparitions dans des émissions de téléréalité ont jalonné sa retraite post-X comme dans la version britannique de « La ferme des célébrités », celle, argentine, de « Danse avec les stars » et elle était annoncée pour le casting du « Big Brother » italien. Mariée pendant trois ans avec le sculpteur contemporain Jeff Koons avec qui elle a eu un enfant prénommé Ludwig, elle est en couple depuis 2008 avec l’avocat italien Luca di Carlo.

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).