Suivez-nous

Actu/News

À l’air le paf au taff !

Cécile Saint Laurent

Publié

le

Après le Casual Friday, place au Naked Friday ! Les employés d’une start-up de la Silicon Valley et d’une PME britannique ont testé… la nudité au bureau ! Selon un psychologue, qui prône cette pratique, elle diminuerait le stress et augmenterait l’efficacité au travail…

Le concept du « Friday Wear », qui consiste à se rendre au travail dans une tenue décontractée le vendredi, s’est répandu en Europe voici une quinzaine d’années. Et si le prochain phénomène était le « Naked Friday », soit passer du mode cool à celui de tout le monde à poil le même jour ? C’est en tout cas ce que suggère le psychologue britannique David Taylor, et certains ont d’ores et déjà commencé à suivre suivi ses recommandations…

En février, en Angleterre, puis en mars, en Californie, les employés de Onebestway et The Bold Italic sont arrivés, sur leur lieu de travail, habillés, puis ont immédiatement retiré tous leurs vêtements, les ont laissés au vestiaire, avant de passer la journée, dans leur plus simple appareil, au beau milieu de l’open space.

Ambiance « camaraderie », mais aussi communication améliorée et créativité accrue, voilà les principaux bénéfices constatés par les collaborateurs eux-mêmes, qui ont accepté que l’un d’eux les photographie, tout au long du mois qu’à durée l’expérience, pour l’immortaliser.

Nombreux ont hésité à suivre le mouvement au moment où cette idée a été proposée. Certains ont demandé s’ils pouvaient être dispensés de cette nudité, en cas de gêne, le moment venu. Mais, au final, tout le monde a joué le jeu.

Au-delà de ces deux exemples d’entreprises isolés, David Taylor, qui a théorisé cette pratique et ses bienfaits depuis 2009, réaffirme que « la nudité entre collègues permet de renforcer la cohésion de groupe, de libérer des énergies créatives et de pacifier les relations entre collègues ». Il propose des thérapies individuelles ou de groupes, y compris au sein des entreprises, pour prouver que la nudité, loin de bloquer les collaborateurs et d’instaurer une gêne, permet, après un rapide temps d’adaptation, de renforcer l’efficacité au travail.

Encore plus insolite, le président Alexandre Loukachenko a exhorté les Biélorusses à « se déshabiller et à travailler jusqu’à être en nage ». Un appel métaphorique bien entendu. Après tout, le pays connaît l’une des pires situations économiques des dernières décennies, avec un effondrement du rouble et un taux de chômage des plus importants en Europe.

Mais, dans les jours qui ont suivi le discours du président, appelé officieusement Batska [Daddy] par certains de ses compatriotes, certains Biélorusses ont répondu à l’appel, peut-être un peu plus « littéralement » qu’il ne l’avait prévu. Des dizaines de personnes ont commencé à faire des naked selfies sur leur lieu de travail et les ont publiés sur les médias sociaux avec le hashtag #getnakedandwork.

Mais cela ne s’est pas limité à ces actions. Certains Biélorusses, totalement dévêtus, ont enregistré des chansons « pince-sans-rire » sur le message du président. Au cours du week-end, le hashtag s’est répandu hors des frontières biélorusses. Des internautes russes, ukrainiens et d’autres, résidents de différents États baltes, ont publié à leur tour des photos d’eux-mêmes nus sur leur lieu de travail. Alors prêts à tenter l’expérience ?

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.