Suivez-nous

Actu/News

Bi’cause : cinq faits sur la bisexualité

Vincent Lacrosse

Publié

le

C’est une orientation sexuelle assez mal comprise sur laquelle existent de nombreux mythes et stéréotypes. À la lumière de ces faits, les dernières découvertes scientifiques sur cette orientation, apportent non seulement de nouvelles informations mais brisent également les perceptions les plus fausses que l’on puisse avoir sur ce sujet.

D’après l’Ined [Institut national d’études démographiques], 0,9 % des Françaises et 0,6 % des Français se déclarent bisexuels.

1 – La bisexualité, ce n’est pas la même chose qu’être gay ou lesbienne.

Beaucoup de gens nient l’existence de la bisexualité. Ils supposent que quiconque s’identifie comme bisexuel est secrètement gay ou lesbienne. Cependant, les résultats de plusieurs études ont révélé que la bisexualité implique un schéma d’intérêt et d’activation sexuelle distinct de l’homosexualité. Pour appuyer cette idée, une étude, au cours de laquelle les participants visionnaient des photos d’hommes et de femmes tandis que les chercheurs enregistraient le temps passé à observer chaque image, a été mise en place. Les résultats ont révélé que les personnes bisexuelles passaient autant de temps à regarder les photos des deux sexes, alors que les gays et les lesbiennes passaient beaucoup plus de temps à regarder celles des représentants de leur propre sexe. De même, d’autres recherches ont montré que les hommes bisexuels manifestaient des niveaux élevés d’excitation psychologique et génitale en réponse aux deux sexes, alors que les hommes homosexuels ne manifestaient une forte excitation qu’à la vue hommes.

2 – Les femmes sont plus susceptibles de s’identifier comme bisexuelles que les hommes.

Cela pourrait refléter une plus grande acceptation sociale de la bisexualité chez les femmes par la société, ou [comme le pensent certains scientifiques], cela pourrait également refléter la plus grande plasticité érotique des femmes. Il convient également de noter que le pourcentage d’hommes et de femmes qui s’identifient comme bisexuels semble être à la hausse ces dernières années. Cela ne signifie pas nécessairement que la bisexualité est elle-même en augmentation mais, au contraire, cela reflète probablement la reconnaissance croissante de cette identité.

3 – Les bisexuel(le)s subissent les préjugés des hétérosexuel(le)s, des gays et des lesbiennes.

Les bisexuels sont fréquemment la cible de préjugés et, en particulier, les hommes. Ils entrent souvent dans le stéréotype de la confusion des genres. Cependant, une telle biphobie ne vient pas seulement des hétérosexuels car elle vient aussi de la communauté gay et lesbienne. À titre d’exemple, les gays et les hétérosexuels font état d’une volonté relativement faible de nouer des relations amoureuses avec des personnes bisexuelles.

4 – Les bisexuel(le)s n’ont pas nécessairement plus de libido que la plupart des gens.

L’un des stéréotypes les plus répandus au sujet des bisexuels est qu’ils forment un groupe extrêmement consommateur de sexe. Cependant, une étude de 2007 publiée dans les Archives of Sexual Behavior et portant sur un échantillon de plus de 200 000 participants a révélé que les bisexuels avaient des pulsions assez similaires à celles des autres. Plus précisément, les scores de libido [notés sur une échelle de 7 points] étaient respectivement de 5,47 pour les hommes hétérosexuels, 5,28 pour les hommes bisexuels et 5,26 pour les hommes homosexuels. En revanche, ceux des femmes étaient respectivement de 4,51, 4,91 et 4,60. Comme vous pouvez le constater, au sein d’un groupe genré donné, les différences de facteurs de libido en fonction des trois orientations sexuelles étaient relativement minimes et n’avaient probablement aucune signification pratique.

5 – Être bisexuel(le) ne signifie pas nécessairement que vous êtes autant attiré par les hommes que les femmes.

Si être bisexuel implique « nécessairement » d’être attiré par les hommes et les femmes, cette attraction peut ne pas être aussi forte pour chaque sexe. Par exemple, des recherches ont montré que les hommes bisexuels démontrent une excitation génitale supérieure d’un sexe à l’autre, bien qu’il n’existe pas de cohérence dans le sens de l’effet [certains montrent une attirance sexuelle plus marquée pour les femmes, d’autres pour les hommes] et des recherches menées sur les femmes bisexuelles ont montré qu’elles ne manifestaient pas un niveau d’excitation égal pour les deux sexes. Certaines personnes bisexuelles peuvent en effet éprouver une attirance élevée envers les hommes et les femmes, mais une attirance égale ne devrait pas être considérée comme une caractéristique essentielle ou déterminante de la bisexualité.

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.