Suivez-nous

Actu/News

Gérontophilie : c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe !

Vincent Lacrosse

Publié

le

C’est une orientation sexuelle dans laquelle on est plus fortement excité par les personnes d’un âge très avancé. Si elle n’est pas rare, l’attirance sexuelle pour les personnes âgées est un phénomène peu étudié et mal expliqué…

Le mot « gérontophilie » a été utilisé pour la première fois par le psychiatre austro-hongrois Richard von Krafft-Ebing [1840-1902] dans son manuel destiné aux médecins légistes et aux magistrats, Psychopathia sexualis, en 1886. Le terme est un assemblage entre les mots grecs geron [personne âgée] et philia [amour].

Les gérontophiles fantasment sur les personnes âgées et peuvent, dans certains cas, avoir des relations sexuelles avec elles. Ils ne sont pas motivés par une quelconque avidité [héritage de la personne visée] mais excités par leur physique [rides, cheveux blancs, etc.].

Peu d’études ont été menées sur cette « paraphilie » par des psychiatres ou des sexothérapeutes en dehors de Krafft-Ebing au XIXe siècle. Alfred Charles Kinsey [1894-1956], fondateur de The Institute for Sex Research au sein de l’université de l’Indiana [reprise de l’Institut de recherche sexuelle de Berlin, de Magnus Hirschfeld] et auteur des ouvrages Sexual Behavior in the Human Male [1948] et Sexual Behavior in the Human Female [1953] explorera à nouveau le concept et ouvrira la voie au couple William Howell Masters [1915-2001] et Virginia E. Johnson [1925-2013], respectivement gynécologue et sexologue de l’université de Washington pour leur département de recherche sur la sexualité. Les données de ces études conduisent à de multiples causes : « complexe œdipien mal résolu [désir de relations sexuelles avec un parent du sexe opposé], besoin d’initiation sexuelle par une personne mûre [induit par un manque de confiance en soi voire une peur de la sexualité], nécrophilie ou encore relation sexuelle avec une personne de pouvoir » [Source : Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute]. D’autres évoquent un lien entre gérontophilie et pédophilie, à savoir, une phobie des poils pubiens.

Contrairement à la pédophilie, la gérontophilie n’est pas condamnable par la justice du moment que les deux protagonistes sont majeurs. Le thème a d’ailleurs servi de base à plusieurs scénarios de longs-métrages dont le plus connu, Harold et Maude, réalisé par Hal Ashby en 1971, narrant l’histoire d’amour platonique entre un jeune mettant en scène de nombreuses « tentatives » de suicide et une octogénaire adorant assister aux enterrements, a défrayé la chronique et a subi de nombreuses restrictions à la diffusion [de l’interdiction aux moins de 12 ans à celle aux moins de 18 ans], tout en étant classé aujourd’hui comme l’un des films les plus comiques et les plus romantiques de tous les temps.

Mais attention, cette paraphilie ne peut en aucun cas être comparée au phénomène « cougar » puisqu’elle en est le total inverse. La gérontophilie n’admet pas de sexe et des femmes comme Anna Nicole Smith sont attirés par des hommes d’un âge beaucoup plus avancé qu’elles [son mari avait 90 ans], et les cibles des gérontophiles sont des personnes d’un âge minimum de soixante ans. Le porno n’est d’ailleurs pas en reste concernant cette niche baptisée en anglais « Granny ». Nombre de sites sont spécialisés sur le phénomène Gmilf, ces Grand-mother I’d like to fuck, des sites tels comme Lusty Grandmas sur le network 21Sextury, Older Woman ou Aunt Judy’s chez ATK, ou encore Mature.nl. Et il en est de même pour les sites de rencontres. Vous souhaitez vous taper mamie ? Pas de problème ! Des sites tels que nannydate.co.uk sont là pour vous !

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.