Suivez-nous

Actrices

Kayla Kayden : family business

Dimitri Largo

Publié

le

Avec son physique de Barbie, Ka Ka, pour les intimes, est une vraie pornstar à l’ancienne. À 32 ans, dont dix de X, elle est pourtant méconnue. Promise à un avenir de Bunny pour Playboy, elle n’a pas eu la carrière qu’elle espérait à cause d’un boyfriend toxique qui la faisait disparaître régulièrement. Mais l’année dernière, la native de Syracuse s’est remis les idées en place : nouveau mec, nouveau représentant et nouvelles perspectives. Chez les milfs comme chez les poids lourds en boxe, la concurrence est relevée.

Tout suggérait à Kayla Kayden de gagner sa vie dévêtue. À commencer par sa mère. Après que la famille eut déménagé de Syracuse, près de New York, pour l’Arizona, elle informa sa fille de 18 ans que Playboy organisait une audition en ville. « Je me suis dit : merde ! Est-ce que ma mère me propose de poser pour Playboy !? Sachant qu’elle était ok avec ça, j’ai été tout de suite détendue » explique Kayla à AVN. Quelques mois auparavant, elle faisait ses premières photos en lingerie pour la marque Yardin et sa mère était déjà la première informée. Elle connaît bien son engeance. Outre sa mère, ses amis de l’époque étaient aux premières loges du spectacle qu’offrait la belle. « Au lycée, j’étais super intéressée par la bite, j’avoue. Je faisais des allusions qui laissaient des grands blancs dans les conversations. Tout le monde me disait genre : toi tu vas finir dans le porno un jour et moi j’étais là : moi ? Nooonnn ! »

Pourtant, à peine le contrat pour Playboy dans la poche, car évidemment l’audition fut positive, Kayla Kayden filmait ses plans cul entre deux webcams. Tout ça à partir de 2010. « Je pensais que mes sextapes resteraient privées, mais elles ont fini par être en ligne pour que le monde entier les voie. Elles n’étaient pas si mal. Les retours m’ont donné envie d’en faire d’autres ». En 2014, elle arrête donc de faire l’hôtesse dans le manoir du vieux Hugh Heffner. Direction Brazzers, à cheval sur Keiran Lee. « Depuis ma première scène, jamais je ne me suis sentie mal à l’aise. J’avais attendu ce moment-là depuis tellement longtemps que j’étais prête ». Son professionnalisme et sa beauté font mouche. Elle signe un contrat d’exclu pour dix scènes. Suivront cinq supplémentaires avant que Naughty America ne l’arrache au goliath canadien. Nouveau contrat d’exclu. Ça devient une habitude. Kayla est une privilégiée au royaume des one shots.

Pourtant, l’apprentie-star est malheureuse. Jusqu’en 2018, elle ne tournera jamais plus de 27 scènes par an. Elle est incapable d’enchaîner et disparaît régulièrement pendant des mois à cause de problèmes perso. « Je sortais avec quelqu’un qui n’était pas dans l’industrie, raconte-t-elle. J’avais une vie privée misérable. C’était devenu insupportable ». Les années passent et elle passe à côté de la carrière qui lui était promise.

2018 marque un tournant. Elle largue son Jules pour l’acteur-réalisateur Toni Ribas. Entre la blonde et le hall of famer, la belle et la bête, c’est le coup de foudre. En août 2019, ils deviennent parents et se marient en octobre de la même année. L’été dernier, après deux ans sabbatiques mais gonflée à bloc, elle met une nouvelle fois sur le métier son ouvrage. « Etre dans une relation où je me sens soutenue par rapport à ma carrière, c’est inédit pour moi. Je sens que je peux faire ce que je veux. Après la naissance de mon fils, j’ai senti ce gros regain d’énergie. Cette année, je suis à fond. Je veux faire ce que je n’ai jamais pu faire auparavant : gang-bangs, blow-bangs, double vaginale, double anale, squirting, je veux littéralement tout faire ! ». Il faudra néanmoins se plier à ses exigences, comme celles d’avoir un billet d’avion de retour le soir-même où elle finit sa scène. « Quand vous aspirez à être avec quelqu’un et fonder une famille, ça fait du bien de lui pouvoir dire : j’ai eu une dure journée sur le set ou mon avion a été retardé et savoir qu’il va me comprendre. Là où d’autres personnes ne voudraient rien entendre, Toni et moi avons cette communication. Il a lui aussi ses propres objectifs et je serai toujours là pour le soutenir ». D’autant que faire du business en famille, Kayla connaît.

Quelques mois après ses débuts, c’est sa petite sœur qui se lança à son tour, sous le nom de Kendall Kayden. En 2020, elles tournèrent même ensemble dans une scène de partouze pour Sister Sister d’Elegant Angels. « Nous sommes arrivées ensemble à L.A. On se supporte mutuellement. Elle a prévu de tourner à nouveau. Nous aurons des opportunités pour travailler ensemble ».

Et autant de sujets de discussions pour les soirs de réveillon.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.