Suivez-nous

Libertinage

La vie de chienne de Klara !

Yves De Kerambrun

Publié

le

En région de Charleroi, à trente minutes de Bruxelles, se trouve un lieu en dehors du monde. Un soir d’automne, je suis invité à me rendre à la gare de Marchienne-au-Pont pour réaliser une interview d’un étrange couple pour LVDX : « Klara la chienne », et son maître Doberman. Tout un programme !

Une fois descendu du train, je suis pris en charge par mon chauffeur, une femme qui se présente comme une soumise amie du couple. Elle a des cheveux rouges, et me dépose quelques kilomètres plus loin devant la façade d’une bâtisse discrète et isolée, avant de repartir sans plus de formalités et sans m’en avoir dit davantage sur elle. Me voilà devant la porte, un interphone grésille, l’antre s’ouvre, et je me décide à pénétrer dans le couloir d’entrée. Autour de moi, la décoration respire le style manoir hanté et les films de vampires. Brrr. Ainsi me trouve-je donc dans le donjon d’un maître SM…

Mes hôtes m’attendaient un peu plus loin dans le salon, et m’accueillent aimablement, m’invitant à m’installer dans un fauteuil faisant face à leur canapé, prêts à répondre à mes questions.

La Voix du X : Bonsoir vous deux. Klara, peux-tu me dire où nous sommes exactement ?

Klara : Dans notre club, un donjon que l’on appelle le « Luxurious ». C’est le haut-lieu des pratiques SM de Maître Doberman.

La Voix du X : Dis-nous en un peu plus, Doberman : où est donc la niche de « Klara la chienne » ?

Doberman : Il n’y a pas de niche proprement dite (rires). Donc ici, au rez-de-chaussée, c’est la partie technique ; au 1er étage ce sont les douches et alcôves; et au 2ème se situe le donjon comportant tous les appareils de « torture » et de jeux SM divers. Nous jouons beaucoup, je suis le gardien de mes soumises et de mes chiennes, qui composent ma meute personnelle.

La Voix du X : Je comprends mieux le concept, Maître Doberman. Vous êtes une petite horde sauvage en quelque sorte ! Klara, explique-nous ton parcours : comment devient-on une « chienne soumise » ?

Klara : Dans la vie de tous les jours, je suis l’épouse de Doberman, nous sommes mari et femme. Je suis possessive, je peux mordre à sa demande ; car si c’est mon maître, c’est aussi mon homme ! Nous nous sommes rencontrés il y a quatorze ans, j’avais vingt-quatre ans, lui vingt-huit. J’étais déjà bien coquine car je suis très portée sur le sexe depuis toujours. Alors, le déclic s’est fait d’autant plus facilement que c’est avec moi que Maître Doberman s’est formé au SM. Ça tombait bien, étant moi-même curieuse et désireuse d’être prise en main de façon autoritaire par un homme. À l’époque, j’étais bonne à prendre, dans l’attente d’un maître, disons.
Doberman : Cette rencontre s’est faite lors d’une soirée familiale et pas chez des amis, ni dans une soirée cul ! Elle était célibataire et nous ne nous sommes plus quittés depuis.

2La Voix du X : Comment fais-tu pour organiser son dressage ? Car Klara n’est pas née chienne, même si elle avait de bonnes dispositions…

Doberman : Ça s’est fait d’un commun accord, étape par étape. Je prends les initiatives, selon mes instincts et désirs. Elle a suivi mes pas, accompagné mes lubies. C’était ce qu’elle attendait de moi alors je le lui ai offert.
Klara : Exactement. Le SM pimente notre vie de couple depuis le début. Au départ, tu ne sais pas où tu vas. Ce n’est que plus tard, la pratique devenue courante, que tu te rends vraiment compte de ce que tu es devenue et de ce que tu es désormais capable d’endurer. En ce qui me concerne, je suis devenue une vraie chienne sexuelle, et heureuse de l’être.

La Voix du X : Te souviens-tu de ta première fois dans les bois avec plusieurs mecs ? Ton premier gang-bang ?

Klara : Ah oui, je m’en souviens bien. C’était après une soirée bien arrosée, dans un parking proche d’un bois, cela a été très vite. Il y a de ça 13 ans déjà, alors que l’on était ensemble depuis même pas un an (rires) !
Doberman : C’était spontané, les mecs n’avaient même pas été choisis au préalable ! Cela dit, d’ordinaire c’est toujours moi qui « mène la danse », la porte n’est pas ouverte à n’importe qui : je décide de qui fait quoi avec ma chienne, qui a le droit de se faire sucer, qui peut la baiser, etc.

La Voix du X : Dans la vie privée tu es qui, Klara ? Tu vis en chienne toute l’année ? Ou uniquement lors de vos soirées SM ?

Klara : Je peux avoir beaucoup de pulsions sexuelles, mais j’ai une vie quotidienne tout ce qui il y a de plus normale, bien que je sois 90 % du temps dans le rôle qui me va le mieux : celui de « Klara la chienne ». Nous sommes vraiment accros au sexe tous les deux, nous sommes toujours d’accord, ça tombe bien, non ? (rires). Si cette vie ne me plaisait pas, cela ferait belle lurette, depuis 14 ans, que j’aurais envoyé chier Doberman !

La Voix du X : Comment as-tu franchi le pas de la libertine appréciant le pluralisme à la soumise SM ?

Klara : Pour ma part, le BDSM est venu il y a 4 ans seulement. Avant j’étais soumise sexuellement mais pas au sens SM !
Doberman : La métamorphose fonctionne très simplement. Pour tout le monde c’est la même chose. Il faut d’abord mettre à la soumise un collier et une laisse, c’est le conditionnement psychologique de départ permettant de commencer à jouer. Ensuite, c’est au maître de chercher à offrir à la soumise d’autres horizons lui permettant d’aller toujours plus loin afin qu’elle s’épanouisse progressivement dans sa sexualité de chienne.

La Voix du X : C’est quoi le secret du maître Doberman pour faire réaliser une gorge profonde à une fille sans expérience dans le domaine ? On en rêve tous et ce n’est pas toujours facile de se le faire faire !

Doberman : Il faut y aller doucement, lui prendre la tête en mains et la diriger, sans pour autant l’écœurer. Le but ce n’est surtout pas de la faire vomir ! Pour Klara, ça été pareil que pour tout le reste : gorges profondes, sodomie, fist, uro, etc. Tout ça se travaille.

La Voix du X : Comment tu t’es rendu compte, Klara, que tu devenais de plus en plus cochonne… ou plutôt chienne ?!

Klara : Je me suis aperçue effectivement que je devenais de plus en plus un trou à bites, et que je les prenais de plus en plus loin dans la gorge ! Et je suis heureuse du résultat. Ça a été une progression, et on comprend vite qu’on peut toujours aller encore plus loin ! Pour moi aussi c’est un jeu, j’apporte du rêve et du plaisir à mes partenaires.
Doberman : Ce qui la fait jouir, elle, c’est de voir l’autre jouir, prendre son pied grâce à elle. Tout le monde y trouve son compte ! Klara est une vaginale qui aime que l’on joue avec ses orifices.

La Voix du X : Pour toi, Klara, c’est quoi la différence entre une esclave BDSM et une soumise sexuelle ?

DSC09305Klara : Je ne suis pas une esclave en BDSM car je refuse l’humiliation, la dépravation. Je suis une soumise ouverte à tous les jeux sexuels. Pluralités, gang-bang, OK pour moi, c’est mon truc. Mais je ne suis pas maso.
Doberman : Moi, j’ai mes esclaves fixes, quatre au total. Certaines sont masos, et d’autres comme Klara ne le sont pas ! Sabia n’obéit qu’à moi. Tamara, c’est une complice de gang-bangs de Klara. Et Folia, c’est ma soumise maso.

La Voix du X : Depuis combien de temps avez-vous ouvert votre établissement, celui dans lequel nous sommes aujourd’hui ?

Klara : Le « Luxurious », cela fait 3 ans maintenant que nous l’avons ouvert. C’est une idée de nous deux, mais l’initiative de départ revient à Maître Doberman. C’est ici que sont organisées nos soirées à thèmes.
Doberman : Nous fréquentions avant des soirées ailleurs, appelées « DKGB », dans d’autres lieux. Mais, suite à des déconvenues et à des soirées annulées au dernier moment, nous avons décidé d’ouvrir notre propre structure.

La Voix du X : C’est facile à porter le pseudo de « Klara la chienne » ? Jamais subi de moqueries ?

Klara : Non, pas du tout ! Ceux qui critiquent sont malheureux, et rares heureusement. J’assume. Il est d’ailleurs fréquent que l’on me reconnaisse, j’ai alors droit à de grands sourires. Actrice porno ou organisatrice de soirées, et participante à mes gangs bangs, je suis pleinement heureuse.

La Voix du X : y a-t-il une sélection de votre part pour pouvoir venir à vos soirées ?

Klara : Non ! On demande juste d’être très courtois et bien élevé. Au téléphone, nous savons vite à qui nous avons à faire ! On n’accepte juste pas les groupes. Les couples oui bien sûr, mais deux mecs seuls, non ! On préfère connaître un mec, puis par la suite il emmène son ami, sous sa responsabilité. En plus, on n’accepte les hommes qu’à partir de 23 ans pour une question de maturité. Pour les jeunes femmes idem, pas en dessous de 21 ans. Pour les mêmes raisons.
Doberman : Au téléphone c’est moi ! Je prends en ligne les candidats pour les jauger et connaître leurs attentes.

DSC00136La Voix du X : Comment voyez-vous évoluer vos activités, et quels sont vos projets à venir ?

Klara : Pour moi, je continue mes soirées dans notre club, les tournages X s’enchaînent les uns derrière les autres et je reviens même d’Allemagne où je commence à tourner dans des productions.
Doberman : On risque de déménager le club prochainement pour avoir plus grand, mais toujours dans un cadre convivial. On restera dans la région de Charleroi. On aura plus d’espace mais on ne va pas se la jouer Hollywood non plus !

La Voix du X : Mille mercis pour ce moment de partage, d’émotion et de sincérité que nous venons de vivre avec vous deux.

Klara : Merci à toi aussi, c’est très étrange et flatteur de se faire interviewer ! C’est la première fois. (Rire).
Doberman : Et merci d’être venu. Bon retour Yves.

Page Facebook Klara / Page Facebook Doberman / Page Facebook Club Luxurious

Photos : D.R. © images sous copyright « Klara La Chienne & Maître
Doberman ».

[slideshow_deploy id=’1318’]

Journaliste dans le domaine du charme et de la presse grand public, depuis plus de 22 ans. Jouisseur des plaisirs de la vie. "La chair" de la cuisse et de l'assiette résume les passions de ce libertin hors norme. Homme orchestre, acteur, réalisateur, producteur de vidéo X mais aussi sexe globe-trotter dans les salons érotiques à travers le monde pour les revues coquines européennes. De jour comme de nuit, il traverse les années pour vous faire parcourir les fantasmes de la planète.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.