Suivez-nous
Clint B

Publié

le

Deux ans après la sortie de son précédent album Barlou, Seth Gueko revient sur le devant de la scène hip-hop, en ce vendredi 25 janvier 2019, avec Destroy, nouveau sommet de pornographie musicale. Pour la sortie de cet opus qui sent déjà la sueur de testicule, le Bad Cowboy de Phuket ne s’embarrasse pas de manières et va droit au but, se payant rien de moins qu’une apparition sur le plateau d’un tournage de Jacquie et Michel en guise de note d’intention. Le ton est donné.

Dire que le grand Seth Gueko n’a jamais caché son amour du porno est un euphémisme. Depuis qu’il nous a conté ses amours tumultueuses avec la veuve-poignet dans son titre Bistouflex, ode à la branlette emblématique de son premier album, le Barlou de Saint-Ouen-l’Aumône n’a guère renié son penchant pour l’onanisme, le X, les actrices porno. Tout au long de sa carrière, ses lyrics sont ainsi ponctuées de punchlines grasses sur le business, citant Rocco Siffredi, Clara Morgane ou encore HPG au détour d’une rime. Il était donc inévitable que Seth Gueko saute un jour le pas pour apparaître en personne dans un authentique film de boule.

La sortie de son nouvel album Destroy, aujourd’hui-même, s’est trouvé être l’occasion idéale. Teasé au début du mois par le morceau ALB (acronyme d’À La Bagarre), samplant La Bagarre culte du défunt Johnny Hallyday, Destroy se place, comme à l’habitude de son auteur, sous le signe du mélange des genres et des ponts entre les disciplines, rock et hip-hop, blouson noir et caravane, rap-game et X-business. Aussi, l’album est jalonné d’une pléthore de featuring : Sadek, Alkpote, Flynt, Sinik… et Jacquie et Michel. Oui, Jacquie et Michel, car qui de mieux que les patrons du porno amateur français, les empereurs de la paillardise polissonne et décomplexée, pour coller au second degré grivois et à la verve sulfureuse du rappeur ? C’est donc avec une certaine évidence que Seth Gueko s’est tourné vers J&M au moment de promouvoir son dernier opus. Une évidence qui a vite pris la forme d’une performance live de la star sur un plateau de tournage pornographique de la firme au « Merci qui ? »

À l’occasion de cette collaboration exceptionnelle, Jacquie et Michel a mis les petits plats dans les grands, convoquant un casting XXL constitué de la fine fleur du X hexagonal et international : Cherry Kiss, la bombe serbe au sommet du porno européen ; Poopea Pons, l’étoile montante originaire de Thaïlande, pays d’adoption de l’artiste qui y a ouvert le Seth Gueko Bar ; et Anna Polina, star française estampillée « Barlou » qui avait déjà officié dans son clip Dodo La Saumure. Et tout ce beau monde s’ébat avec gourmandise dans un reverse gang-bang d’anthologie. Du hardcore sous son aspect le plus pur et le plus éblouissant, comme on n’en a sans doute jamais vu dans la pornographie tricolore.

À l’instar de l’album, la scène sort aujourd’hui sur JacquieetMichelTV.net et devrait poser de nouvelles bases en matière de cross-over entre musique et porno. Alors comme dirait l’infatigable Seth Guex : « Sors les lingettes ! Bistouflex ! »

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.