Suivez-nous

Actrices

Jessyca Wilson : classe, et X.

Pierre Des Esseintes

Publié

le

À 24 ans, Jessyca Wilson entame (déjà !) sa sixième année dans le porno. Cette beauté brune, aux origines brésiliennes et algériennes, vient de tourner pour Jacquie et Michel dans le premier long-métrage de leur nouveau label, Elite. A l’heure du porno industriel en « tubes » et des hardeuses sitôt consommées, sitôt oubliées, Jessyca Wilson cultive l’image d’une star du X qui sait se faire désirer…

Propos recueillis par Pierre Des Esseintes

La Voix du X : Raconte-nous tes débuts dans le porno…

Quand j’étais vendeuse en parfumerie à Marseille, j’ai vu, un jour, une annonce de Fred Coppula sur Facebook. Il cherchait une actrice pour le film Pascal, le Grand frère pineur 3. J’en ai parlé avec Franck, mon mari. Je lui ai dit que ça m’intéressait. Il m’a dit : « Vas-y, n’hésite pas, postule ! ».

Vous étiez libertins, tous les deux ?

Oui, d’ailleurs nous le sommes toujours. Nous partons tous les étés au Cap d’Agde !

Donc, tu t’es lancée dans le X avant tout pour le fun, sans penser à une carrière ?

Oui, je me suis juste dit : pourquoi pas essayer ? J’ai envoyé un message à Fred Coppula, je suis montée à Paris pour le rencontrer, et il m’a engagée dans son film en tant qu’actrice principale. Pascal, le grand frère pineur 3 fut donc mon premier tournage. Ce fut aussi ma première scène anale, avec Pascal Saint James. Fred m’a dit que je passais bien à la caméra, et il m’a conseillé de continuer. Il m’a notamment orientée vers Dorcel. Je suis retournée à Paris pour rencontrer Grégory Dorcel, qui m’a proposé de partir à Budapest et à Prague pour tourner un Russian Institute (La Directrice, NDLR). J’ai tourné quatre scènes là-bas, réalisées par Hervé Bodilis. Après Dorcel, j’ai été contactée par des compagnies américaines, comme Digital Playground et Brazzers. Je suis partie aux Etats-Unis pendant trois mois. Ça c’est tellement bien passé que j’ai décidé de rester dans ce milieu et de faire carrière !

Les Etats-Unis et la France, ce sont vraiment deux façons différentes de travailler ?

Jessyca-Wilson-25Oui, c’est radicalement différent. Les Américains investissent beaucoup dans la production : immenses villas, voitures luxueuses, gros budgets vêtements. En France, à Budapest ou à Prague, c’est beaucoup plus cheap.

Ton dernier film, c’était pour Jacquie et Michel ?

Oui, c’était leur tout premier film avec leur nouveau label, Jacquie et Michel Elite. Nous avons tourné à Barcelone, dans une villa sublime…

Tu connaissais déjà Jacquie et Michel ?

Oui, j’ai toujours bien aimé leur travail.

Quel est ton rôle dans ce film ?

Je joue une réalisatrice sur son premier tournage. Je parle beaucoup à la caméra, et je raconte aux fans de Jacquie et Michel l’élaboration d’un film. Je dirige aussi les acteurs et les actrices, je leur explique comment se comporter devant une caméra, comment faire une fellation… Ou alors, quand deux filles s’embrassent, je dis « coupez ! » à la fin de la scène, mais la caméra tourne toujours… Je vais alors donner des conseils aux filles pour s’embrasser, et je donne de ma personne pour leur expliquer ! Pour les scènes hétéro et les scènes de groupe, c’est pareil, je les dirige en montrant ce qu’il faut faire… Évidemment, ça part en live à chaque fois !

C’est le premier film de Jacquie et Michel dans lequel il y a de la comédie ?

Jessyca-Wilson-8Oui, il y a beaucoup de dialogues et de comédie. C’est la première fois qu’il y en a autant! En fait, ça n’a rien à voir avec les productions Jacquie et Michel que tout le monde connaît. C’était un tournage très proche de ce que j’ai connu aux États-Unis ! C’est une très grosse production.

Qui est le réalisateur ?

C’est Tristan Seagal, (le mari de Laly, ex flic et ex starlette de Secret Story reconvertie dans le porno, NDLR). C’est la première fois qu’il travaille pour Jacquie et Michel.

Tu as la réputation de travailler assez peu et d’être chère. Tu peux nous expliquer ce choix ?

C’est vrai. Ça ne m’intéresse pas de tourner tous les jours. Ma rareté fait ma valeur. Je pense aux fans de porno qui finissent par se lasser de voir toujours les mêmes actrices. Les fans me suivent d’autant plus que je suis rare.

On dit qu’il n’y a plus de stars du X aujourd’hui. Tu entends démontrer le contraire ?

Pour les vrais fans de porno, les stars existent encore. 20 000 personnes me suivent sur Instagram, 22 000 sur Twitter, 19 000 sur Facebook. C’est énorme !

Quel est ton meilleur souvenir de tournage ?

J’ai un excellent souvenir du tournage de Ma femme me trompe, un Dorcel réalisé par Manuel Ferrara. Il a été adorable avec moi. Mon dernier tournage à Barcelone a été également une très belle expérience. J’ai hâte de voir le film. C’est la première fois que j’ai aussi hâte !

Tu te considères comme une performeuse ?

Non, pour moi actrice ne veut pas dire hardeuse. Je n’ai pas particulièrement envie de me faire défoncer brutalement ! Les crachats, la soumission, les fessées, ce n’est pas mon truc. Si quelqu’un essaie de me tirer les cheveux, j’arrête tout de suite la scène ! J’aime le glamour, la comédie. Je veux faire attention à mon image. J’aime jouer avec la caméra. Quand je parle devant l’objectif, je veux que chaque fan pense que je ne parle qu’à lui.

Jessyca-Wilson-30Manuel Ferrara n’a pas essayé de te malmener un peu ?

Non, Manuel ne va jamais au-delà des limites imposées par l’actrice.

As-tu déjà testé des pratiques dites « extrêmes », comme la double anale ?

Non, car je fais très attention à mon corps. Je n’accepterais jamais une pratique qui ne me plaît pas, parce que c’est bien payé ou que cela peut plaire aux fans. Pour moi, c’est important de prendre du plaisir dans ce que je fais.

Quelle est la scène que tu as préféré tourner ?

La scène de massage, avec Franck mon compagnon, sur mon dernier tournage à Barcelone.

Préfères-tu les scènes lesbiennes ou hétéro ?

Jessyca-Wilson-5J’aime les deux, je n’ai pas vraiment de préférence. Mais je demande toujours avec qui je dois tourner ma scène. Si la personne ne me plaît pas, je refuse la scène, tout simplement. Je n’ai pas envie de faire semblant. L’idéal, c’est une scène avec un garçon et une fille qui me plaisent tous les deux.

Avec qui aimerais-tu le plus travailler ?

J’aimerais retravailler avec Manuel Ferrara. Avec Asa Akira également (superstar du porn US, d’origine japonaise, NDLR). Elle me plaît beaucoup… je la trouve très excitante.

Et chez les réalisateurs ?

Rebosser avec Tristan. Sur le tournage Jacquie et Michel, il a vraiment été un amour.

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas travaillé dans le porno ?

Tu ne vas peut-être pas me croire, mais si je n’avais pas été dans le porno, je me serais engagée dans l’armée ! Dans l’infanterie, ou dans l’artillerie.

Tu as envie de défendre la France ?

Oh que oui ! Je serais prête à donner ma vie pour la France.

Jessyca-Wilson-12Tu es sportive ?

Oui, je fais beaucoup de crossfit, de la course à pied, de la musculation…

Comment décrirais-tu ton tempérament  ?

Je suis calme, très professionnelle. Quand je fais quelque chose, je vais jusqu’au bout.

Quels sont les mots qui te décrivent le mieux ?

Caractérielle. Déterminée. Fidèle.

Quel est ton plus grand fantasme ?

Baiser avec plusieurs militaires !

Un gang bang avec les militaires ?

Non, pas vraiment un gang bang… Juste avec quatre ou cinq mecs, dans une caserne (rires) !

Quelle est la meilleure manière de te faire jouir ?

J’ai besoin que l’on soit doux avec moi, que l’on me fasse beaucoup de caresses, de baisers… J’adore le cunni aussi. Ensuite, j’ai besoin qu’on me prenne fort. De la douceur, et ensuite de la fougue !

Pourquoi un fan de porno devrait regarder tes scènes plutôt que celles de n’importe quelle autre actrice ?

Jessyca-Wilson-14Je ne veux pas me placer dans un rapport de concurrence. Si on t’offre une boîte de chocolats, tu as envie de tous les goûter. Avec le porno, c’est pareil !

Qu’est-ce qui te fait rire, dans la vie ?

Quand je vois quelqu’un qui tombe, je ne peux pas m’en empêcher, j’éclate de rire ! Un homme qui marche dans la rue, qui me dévisage au lieu de regarder devant lui, et qui se casse la gueule, ça suffit pour me faire partir dans un fou rire interminable !

L’héroïne de film que tu aimerais être ?

Jennifer Lawrence dans Hunger Games.

La chanson qui te fait toujours danser ?

Honesty et Jalousie, d’Alliance Ethnik.

 Ta série préférée ?

The Walking Dead

Quel est le dernier film que tu as kiffé ?

Divergente 3.

La personnalité avec qui l’on te confond ?

Paris Jackson, la fille de Michael Jackson. Un fan m’a montré une photo récemment, il était persuadé que c’était moi. Moi-même, quand j’ai vu cette photo, je me suis dit : «tiens, je ne me souviens pas de ce décor. Qu’est-ce que je fais là ? » (rires)

Quel sera ton prochain tournage ?

J’ai reçu beaucoup de propositions récemment. Il faut que je les étudie. Si Jacquie et Michel me proposent un film, je l’accepterai en priorité.

Son Facebook

Son Twitter

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.