Elena Koshka : « Je me branle au moins trois fois par jour »

ELENA KOSHKA 2

Elena Koshka, c’est l’espionne russe infiltrée dans la Porn Valley, sauf qu’avec son mètre 83, ses yeux turquoises et ses gros gapes, on la repère à 15 miles. Un joyau ne se cache qu’en pleine lumière…

LVDX : Comment une Russe peut embrasser directement une carrière américaine ?

Elena Koshka : J’ai grandi aux États-Unis. J’avais déjà de la famille ici quand mes parents ont immigré à Brooklyn. Même si je me sens américaine et que tous mes points de repères sont ici, j’ai grandi avec les histoires de la Russie et du Tatarstan. Mes parents ne voulaient pas que je perde mes racines.

ELENA KOSHKA 3

As-tu essayé de faire carrière dans le mannequinat avant le X ?

Un peu, oui, mais rien de ce qu’on m’avait promis n’a eu lieu. J’ai fait des photos à New York et longtemps attendu. J’ai croisé quelques mecs véreux aussi. Mon destin n’était pas de réussir dans ce milieu.

Tu mesures 1m83, les mecs arrivent-ils à te prendre en levrette ?

Ceux qui n’y arrivent pas, je ne les regarde même pas ! Sérieusement, je peux me mettre sur le dos et attraper le mec avec les jambes. Le missionnaire est ma position préférée. Je suis plus à l’aise pour jouir comme ça. J’aime l’intimité et le contact avec les yeux. Tout en lenteur mais avec intensité. J’ai toujours envie de baiser. Avant de dormir, mes lèvres sont rouges et gonflées parce que je peux faire l’amour toute la journée.

As-tu toujours été aussi vorace ?

Je crois. Depuis la première fois où je me suis masturbée avec les doigts, à 17 ans, je me branle beaucoup, au moins trois fois par jour. J’aime m’introduire des objets un peu bizarres. J’ai été déflorée quelques semaines après par un garçon prénommé Vinny. On a fait ça dans le lit de ma mère !

ELENA KOSHKA 4Après, as-tu directement essayé la sodomie ?

J’ai mis du temps pour aimer être prise par le cul. Ma première fois a été face à une caméra, pour Tushy. Quand je passe en mode porno, je deviens aussi salope que possible. C’est comme si je n’étais plus la même personne. Je n’ai plus aucune inhibition. En privé, je n’en fais pas ou alors je m’introduis juste un petit sextoy.

T’es plutôt grosse bagnole ou grosse queue ?

Ne dit-on pas : « gros jouet, petite bite » ? Donc grosse queue, sans hésitation ! Qu’un mec ait un beau sexe, c’est important. J’adore le sentir jouir en moi, comme une explosion, avec les couilles qui se tendent avant l’éjaculation dans le vagin ou la bouche pour me nourrir si j’ai une petite faim !

Quand tu suces, on doit te demander souvent de regarder dans les yeux, non ?

Oui et ça fait super mal ! Après les gorges profondes, j’ai le maquillage qui coule, ça me pique les yeux. Avec le sperme, c’est encore plus douloureux ! À la fin d’un tournage, j’ai les yeux rouges comme si j’avais été dans une piscine toute une journée.

Qu’est ce qui te plaît sur un tournage porno ?

C’est une routine et des visages que j’aime retrouver. Toute une équipe s’occupe de vous. Il y a pire que d’être au centre de l’attention.

ELENA KOSHKA 5

Tu es réputée pour être une intellectuelle dans le porno. À l’image de Sasha Grey, pourquoi les actrices les plus hardcores sont quasi-toujours les plus intelligentes ?

Je ne parlerais pas d’intelligence mais de curiosité. Il faut de l’imagination pour aller loin. Je suis une fille très curieuse. Quand on me dit de ne pas faire quelque chose, tu peux être sûr que je vais le faire. Pour moi, l’intelligence et la curiosité, c’est la même chose.

Comment t’aborde-t-on quand on tente de te draguer ?

C’est souvent les mêmes accroches, on me complimente sur ma taille et la couleur de mes yeux. Les hommes sont si peu imaginatifs ! J’ai l’impression que la plupart perdent leurs moyens avec moi. En tout cas, je ne les inspire pas.

Pas de tatouage, ni de chirurgie esthétique chez toi…

Non, je ne me refuse pas le droit d’en faire, mais le plus tard possible. Tout est éphémère, surtout que j’aime profiter de la vie, bien manger et prendre de temps en temps une bonne cuite avec mes amis.

Aimes-tu être sexuellement soumise ?

À partir du moment où c’est un jeu et que j’ai pleinement confiance dans mon partenaire, je suis ouverte à tout. Je suis obsédée par le sexe. Quand je suis chaude, je suis la pire des chiennes !

As-tu déjà couché avec un Français ?

Une fois et c’était pour une scène avec Manuel Ferrara. Si les Français sont tous comme lui, vous pouvez venir ! C’était bien ! Doux et sauvage à la fois.

Qu’est-ce que ça te fait de savoir que des millions de mecs jouissent sur toi ?

Je te dirais que je n’y crois pas une seule seconde ! À l’origine, je n’ai pas une confiance exceptionnelle en moi. J’ai du mal à penser que je peux intéresser les gens. Quand je vois que des dizaines de milliers de personnes me suivent sur Twitter, ça me fait halluciner. Je me sens très banale dans le fond…

Quelles sont les choses que tu aimes dans la vie ?

Les macarons, les sushis et les Mac&Cheese (NDLR : le Royal Cheese aux US), mais je consomme surtout des fruits et des légumes. Sinon, j’aime bien faire du jardinage, du yoga, boire du thé et lire sur une playlist d’Adele, Lana Del Rey ou BB King.

As-tu un plan de carrière ?

Je suis quelqu’un d’assez lunatique. Je n’ai même aucune idée de ce que je ferai la semaine prochaine… J’ai déjà arrêté le porno une fois. Ça n’a pas duré longtemps. Aujourd’hui, je suis là. Je pense juste à en profiter.

Elena Koshka
23 ans
Né à Kazan (Russie)
1m83
59 kg
95B

Filmo sélective :
– Anal Beauty 5 (Jules Jordan)
– Slut Auditions 2 (Evil Angel)
– Prefered Pussy (Reality Kings)

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.