Fanny Nisturiale : « Les camgirls ont détrôné le porno ! »

Joyeuse et flamboyante, Fanny fait partie des camgirls françaises les plus en vue. La Perpignanaise de 37 ans travaille par ailleurs comme juriste. Elle nous explique pourquoi elle préfère faire des shows en direct plutôt que du porno. Fanny nous dévoile aussi les demandes les plus tordues de certains voyeurs et les délires libertins qu’elle s’offre parfois. Accrochez-vous !

Tu es camgirl depuis 5 ans en plus de ton activité de juriste. Pourquoi un tel choix ?

Le hasard ! Je suis libertine et je faisais des exhibs non vénales sur le site de rencontre libertines Wyylde. Avec mon mari, nous avons fait la connaissance d’un couple dont la femme était camgirl. Et là, j’ai pris conscience que moi aussi, j’avais envie de toucher de l’argent tout en prenant du plaisir en cam.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (2) - TwitterLe fait d’être payée n’enlève pas du plaisir ?

Pas vraiment. Et puis, dès que tu fais ça en pro, ça t’amène de la notoriété, du trafic. Tu n’as plus le sentiment d’être seule. Si tu te lèves un matin et que tu es un peu fatiguée, tu allumes ta cam et il y a tout le temps quelqu’un pour te parler. Les gens ont toujours des petites attentions. Ils prennent de tes nouvelles, t’envoient des cadeaux. C’est très flatteur. Et j’aime aussi me soucier d’eux. Ça correspond bien à mon caractère très enjoué, j’ai tout le temps besoin d’être entourée.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (5) - DuoLequel de tes jobs te rapporte le plus ?

Comme camgirl, je gagne 55 € de l’heure, c’est beaucoup plus que juriste. Mes fesses valent plus cher que mon cerveau alors que j’ai Bac + 4, c’est fou ! Au final, être camgirl me rapporte entre 1 500 et 2 000 € par mois, ce qui me permet de doubler mes revenus.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (6) - NBJongler entre tes deux activités ne te pose pas de problème ?

Ça me plaît bien d’avoir un travail « honorable », où je me peux exercer certaines compétences et, par ailleurs, un boulot plus léger où je fais marcher mon cerveau différemment. Ça se complète bien finalement.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (7)

Est-ce que tu considères que les camgirls sont des prostituées ?

Les jours où je vais bien, je dirai non, car il n’y a pas de contact physique : c’est un rapport sexuel avec moi-même, tarifé. Mais c’est vrai que je monnaie mes charmes, je me fais payer pour me déshabiller, jouir, pour m’amuser. Je comprends ceux qui estiment que c’est de la prostitution.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (8)Est-ce que tu aurais envie de faire du X ?

Non, ça demande une trop grande exposition et je n’y suis pas prête, mes enfants non plus. En plus de ça, mon mari exerce un métier qui exige de la discrétion. Je connais un peu le milieu, ma meilleure amie Cara St-Germain en fait partie. Il y a une très grande concurrence entre les filles. C’est un métier basé uniquement sur le physique, ça ouvre la voie à des critiques de toute part. Alors que chez les camgirls, le physique compte, bien sûr, mais c’est le relationnel qui fait la différence. Nous sommes plus dans le naturel que dans la performance.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (10)Est-ce que tu passes beaucoup de temps à parler avec les voyeurs ?

Sur une demi-heure de show, les trois quarts du temps, c’est de la discussion. Les voyeurs ne sont pas juste excités par le fait que je me caresse. Ce qu’ils veulent, c’est un contact privilégié. Ils me racontent leurs malheurs et je leur apporte un peu de légèreté.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (13) - GifLes camgirls profitent-elles de l’effondrement du porno lié aux tubes gratuits sur le net ?

Les camgirls ont détrôné le porno ! Je ne m’en réjouis pas, mais c’est ainsi… C’est une vraie industrie. Le précurseur Live Jasmin pèse aujourd’hui plusieurs milliards d’euros. Le fait que ça se déroule en direct crée une certaine émulation par rapport au X. Après, il faut relativiser, les camgirls qui parviennent à vivre uniquement de ce métier ne sont pas nombreuses.

Tu fais beaucoup de shows publics avec paiement participatif. Du coup, tu es plutôt sur le site de webcams Cam4.

Cam4 ne m’embête jamais, je peux faire ce que je veux. J’aime les shows publics, car il y a un engouement : plus les gens s’amusent, plus je m’amuse… et plus ils deviennent généreux. Pour les remercier, dès qu’il fait beau comme en ce moment, je fais des shows en extérieur en pleine campagne ou sur des plages naturistes.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (12) - GifDepuis 5 ans, comment évoluent tes fans ?

Au début, c’était surtout des hommes entre 40 et 60 ans, qui avaient des problèmes de sexualité, qui étaient dans une routine avec leur épouse et qui venaient chercher un moment fun. Plus ça va, plus j’ai des jeunes hommes en face de moi. Ils consomment la sexualité comme un produit. Ils sont très beaux, parfois je suis presque gênée qu’ils me payent. Ils ont des petites copines, mais ils viennent consommer un moment de jouissance comme ils achèteraient un paquet de bonbons. C’est l’envie qui prime et aussi la curiosité. Beaucoup me demandent de squirter, de faire la femme fontaine, si tu préfères. C’est devenu le Graal de la sexualité féminine !

J’imagine que certains voyeurs veulent des choses un peu tordues ?

Un fétichiste m’a demandé de piétiner en talons aiguilles un catalogue La Redoute pendant 20 minutes ! (Rires) En ce qui concerne la scatophilie, je suis incapable d’allumer ma cam et de faire ça, mais j’ai des demandes pour envoyer des petits colis de « caviar » avec des sommes assez mirobolantes. Je l’ai fait une fois pour 500 €. C’est très vite gagné, même si je n’étais pas très fière de moi en allant à la poste avec mon paquet hermétique. ! (Rires) C’était une épreuve, je ne le referai pas.

Est ce que les voyeurs peuvent te faire un show ?

Oui, bien sûr. Une fois, j’ai été servie ! Un mec bodybuildé juste habillé de porte-jarretelles a beaucoup apprécié que je le regarde mettre des œufs durs dans son anus. Sa femme, une très belle métisse assistait aussi à la scène. Il m’a fait un show digne d’un numéro de cirque. J’étais scotchée ! Dans un état de perplexité intense…

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (14) - GifPourquoi es-tu devenue libertine ?

Je sortais d’une relation de sept ans où je me suis perdue. Je n’étais plus moi, j’étais une petite bourgeoise, avec des pantalons bien droits, pas trop moulants et des ballerines. Je ne portais pas de maquillage pour ne surtout pas me faire remarquer. Mon compagnon n’aimait pas que je me mette en valeur. Et un matin, tu te lèves et tu de dis que tu vas avoir trente ans et que tu as une vie sans saveur. Pour bousculer les choses, j’ai essayé de plaire à nouveau à mon compagnon, mais il ne voulait surtout pas que je change quoi que ce soit. Donc, j’ai mis un terme à la relation. Et là, je tombe sur mon époux actuel, l’exact contraire, très libéré.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (16) - GifDu coup, tu fais des trios en cams avec ton mari et un autre libertin…

Oui, et c’est à chaque fois différent. Par exemple, nous avons créé le buzz peu après l’affaire Strauss-Kahn. Nous sommes allés jusqu’à Aix-en-Provence pour rencontrer un libertin. Nous en avions très envie, car il est rare que nous nous déplacions. Pour l’anonymat, le mec portait le masque de DSK. Cunnilingus, fellations, double pénétration, nous avons fait la totale. Nous nous sommes éclatés et nous sommes montés à 7 000 voyeurs. Notre nouvel ami a fini par montrer son visage. Il s’est dit qu’il y avait peu de chance que ses voisins regardent le show. On ne se s’expose pas tant que ça en cam.

LVDX - Fanny Nisturiale - Visuel (15) - GifTes seins, ce sont des vrais ?

Non, j’ai allaité ma fille. Je me suis retrouvée avec deux gants de toilette ! Un chirurgien m’a refait exactement les mêmes qu’avant. Donc oui, ils sont opérés, mais ma poitrine n’est pas plus grosse qu’autrefois.

Retrouvez Fanny Nisturiale sur Twitter.

Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.