Suivez-nous

Actrices

Taylor Sands, le charme d’Amsterdam

Elise

Publié

le

Tout droit venue d’Amsterdam, Taylor Sands mène une jolie carrière dans le porno, depuis 2014. Curieusement absente des AVN Awards cette année, elle est pourtant l’une des performeuses les plus en vue aujourd’hui. Car Taylor n’a pas seulement un joli minois, c’est aussi une hardeuse hors pair, volontiers trash à ses heures, qui n’a peur ni des sodomies profondes, ni des creampies, ni des gang-bangs !

Un beau doublé !

Taylor Sands a sculpté son corps dans une école de danse aux Pays-Bas, puis s’est occupée d’animaux dans un refuge. Mais sa grande passion, vous l’avez deviné, c’est davantage les chorégraphies en studio et les soins rapprochés prodigués aux animaux… humains ! Comme la plupart des filles du milieu, ce qu’elle aime dans son job, c’est « voyager », et « que l’on prenne soin d’elle » : « J’adore me faire maquiller, avant les tournages, car j’aime me sentir belle ! » En interview, Taylor semble intimidée, et on est loin de l’incroyable performeuse qui se révèle sur les plateaux. Elle avoue quand même avoir souffert, à ses débuts, d’une certaine timidité : « Au début, c’est un peu dur d’enlever ses vêtements, on a peur que les autres nous jugent, mais au bout de deux ou trois tournages, ça devient naturel de se promener ou de manger nue sur un plateau ! »

Deux gros dards sinon rien.

Taylor s’est découvert une passion pour le fétichisme, et particulièrement celui des pieds, sur un tournage à Budapest. « C’était drôle, confie-t-elle, et très excitant à la fois. J’adore les chatouilles ! » Surtout lorsqu’elle est attachée ! Mais la belle affectionne aussi les jeux un peu plus… violents : « J’aime ressentir de la douleur sur les seins, sur le cul, je n’ai rien contre la strangulation… » Wow ! Et les pinces sur les seins ? « Je n’ai jamais essayé, mais j’ai hâte de le faire ! » Taylor avoue aussi, avec un grand sourire, adorer le bondage et la fessée. Et lorsqu’on lui demande quelle est la chose la plus dingue qu’elle ait expérimentée [sexuellement, on s’entend], elle répond tout simplement, en mimant la scène : « C’était sur un tournage, j’avais les mains et les pieds attachés vers l’arrière, et je me faisais baiser en même temps ! » Dans la vie, notre starlette néerlandaise se verrait bien dans une relation de couple un peu SM : « J’aime quand un homme exerce un contrôle absolu sur moi. J’adore la soumission. » Aimerait-elle inverser les rôles ? « Pas vraiment. Je l’ai déjà fait dans un film, mais ça ne m’a pas plu ! »

Oups ! Il a dérapé…

Dans d’autres interviews, Taylor prétend préférer le porno arty. Elle a d’ailleurs tourné dans une romance érotique britannique, Picture of beauty, l’année dernière.

Vanille, chocolat… même combat.

Le porno compte peu d’actrices néerlandaises, et pour cause : ce marché ne s’est pas tellement développé dans ce pays, pourtant réputé si libre de mœurs. « Les clubs de strip-tease meurent, déplore Taylor, le Red light district n’est plus ce qu’il était, et les Hollandais ne produisent pas de porno ! » C’est dit. Après ce bien triste tableau dépeint par Taylor, on ne s’étonnera pas qu’elle ait fait de la Californie sa terre d’adoption.

Une petite tendance au pileux minou…

En dehors des tournages, elle avoue une passion pour la danse, le fitness, et écoute Sam Hunt, comme toutes les filles de son âge. Ses rêves pour l’avenir ? Acheter une maison, et fonder une famille. Pas si rock’n’roll que ça, Taylor !

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.