Angel Emily : hardeuse par amour

Angel Emily a grandi dans les DOM TOM et sur la Côte d’Azur. Quand un
beau jour, elle fit la rencontre de l’acteur Mike Angelo et sa vie changea.
Timide, elle devint volubile et extravertie. En quelques mois, elle passa
d’étudiante célibataire à performeuse mariée. Rencontrée à l’occasion des
Xbiz de Berlin, elle nous a accordé une interview. Let’s go.

LVDX : Quand es-tu apparue sur les écrans radar du porn ?

Angel Emily : J’ai commencé l’année dernière au mois de novembre. J’accompagnais mon compagnon Mike Angelo sur un tournage à Prague. Une actrice a planté et je l’ai remplacée. Ils étaient cinq…

Quand et comment as-tu rencontré celui qui est désormais ton mari, Mike Angelo ?

A l’origine, il était parti en vacances en Guadeloupe et il y a rencontré ma meilleure amie de là-bas. Elle travaillait à l’hôtel où il était descendu. Elle lui a parlé de moi et m’a passé son numéro. Quand il est venu à Paris, il m’a invitée à boire un verre. Nous avons ensuite dîné sur une péniche, puis nous sommes sortis au Matignon et au Barrio Latino pour que je connaisse deux ambiances différentes. A l’époque, je ne sortais jamais. A la fin, nous nous sommes retrouvés dans un bel hôtel.

Y avait-il une forme d’amour platonique entre vous alors que vous ne vous étiez encore jamais rencontrés ?

Non jamais. On ne discutait même pas trop au téléphone. J’étais méfiante, je restais sur la défensive car je connaissais son métier.

Il a couché avec ta copine avant toi ?

Oui ! Elle m’envoyait des messages me disant qu’elle avait rencontré un acteur porno.

Pourquoi ta pote ne l’a pas gardé pour elle ?

Elle le voulait justement, c’est bien pour ça que ma pote… n’est plus ma pote. Il s’est retrouvé entre deux filles. Il m’emmenait en weekend dans le Sud et elle m’envoyait des messages, genre : « c’est bizarre Mike ne me parle plus, il est froid, sais-tu s’il se passe quelque chose ? ». En fait, il était avec moi. Ça s’est passé il y a trois ans. Ça s’est tassé depuis. On se reparle elle et moi.

En parallèle, il continuait à performer dans le porno, comment le vivais-tu ?

Pendant un an et demi, nous avons fait des allers-retours entre Paris, Prague et le sud. Je le vivais bien parce que j’avais compris qu’il faisait clairement une séparation entre son boulot et sa vie privée. Le seul truc, c’est que j’avais seulement 18 ans. Le mec avait déjà tout vu, tout connu alors que faire pour lui plaire ? J’avais un manque de confiance en moi.

Jalouse ?

Je l’ai été, j’ai été très possessive avant lui. Des questions de rivalités et d’ego. Au début, j’avais peur qu’il tombe amoureux d’une autre, mais il m’a rassurée, m’a toujours traitée comme une « reine » et j’ai évolué.

Comment s’est passée ta première fois sur un set porno ?

Une fois que l’on s’est mis ensemble, je l’ai suivi très vite. La première fois, c’était à Prague, en 2016, quand il travaillait à plein temps pour Legal Porno. Là-bas, les acteurs descendent dans une model house. Mike et Ian (NDLR : Shaft, ex-Ian Scott) avaient chacun leur chambre et tournaient à l’étage du dessous. J’entendais tout. Au début, j’ai été étonnée, choquée, je ne savais pas trop où me mettre en étant habillée normalement, puis j’ai rapidement kiffé me balader nue ou en petits sous-vêtements. Les mecs sont respectueux, ils ne viennent pas te toucher ou t’agresser. Ma mère ou ma sœur se sont toujours baladées à poil à la maison. Je détestais ça, et bien j’ai fini par faire pareil !

Le déclic porno, ce fut donc chez Legal ?

Non, c’est la première fois que nous sommes allés ensemble au Cap d’Agde. Dans le quartier naturiste, les gens sont tous à poils donc plus personne ne te regarde. Là, j’ai vraiment pris confiance en moi. C’était une étape nécessaire avant de faire ma première scène porno.

Comment s’est passée ta demande en mariage ?

C’était le jour de mes 20 ans. Mike était revenu de Singapour spécialement pour mon anniversaire et il m’avait invitée à dîner au restaurant de la Tour Eiffel. Entre les deux services, la salle s’est vidée. Nous nous sommes retrouvés seuls et il m’a fait sa demande à genoux. En rentrant, il m’avait concocté un anniversaire surprise avec tous nos amis. C’était une soirée de folie.

Qui a dit que les acteurs porno n’étaient pas romantiques… Y avait-il des gens du business à votre mariage, le 15 août dernier ?

Oui, il y a avait Amira Adara, Anna Polina, Anissa Kate, Tina Kay, Francys Belle, Rebecca Volpetti et Ian Shaft. Ce sont nos plus proches amis dans le porno.

Quelle sexualité avais-tu avant de rencontrer celui qui allait devenir ton mari ?

Je n’avais baisé qu’avec des noirs. Mike était mon premier mec « blanc ». J’ai vécu toute une partie de ma vie aux Antilles et je kiffais les blacks. Aussi, les trucs romantiques, ça m’avait toujours gonflée. J’avais une sexualité assez débridée, des coups d’un soir, des fois plusieurs sexfriends sur une même période. Je n’allais pas non plus baiser avec 20 000 personnes en même temps (sic).

Quand tu es tombée amoureuse de lui, c’était principalement du fait du sexe ou pour autre chose ?

Dès qu’on a baisé la première fois, j’ai eu un crush. C’était waouh pour moi. Ensuite, on a continué à se voir et un ensemble de choses est venu se greffer, en particulier la communication car avant, je ne parlais jamais à personne.

Niveau cul, il t’a fait découvrir des trucs ?

Je ne dirais pas tout car je m’y connaissais déjà pas mal, mais franchement, il m’a fait découvrir beaucoup, beaucoup de choses.

Quand il tourne, tu le mates ?

Non, je le laisse tranquille. Je n’aime pas forcément le regarder travailler.

L’anal, tu le pratiquais déjà ?

Non, j’avais essayé et j’avais détesté. Dès le premier soir, je lui ai dit : « tu ne m’enculeras jamais » et pourtant, il l’a fait et j’ai adoré.

Ta sexualité a-t-elle changé dès lors que tu es devenue actrice ?

Non, le privé a toujours été complètement différent d’un tournage. Il y a les caméras, les lumières, il faut poser sa tête comme-ci, comme-ça et se donner constamment. Même quand je tourne avec mon mari, ce n’est pas pareil. J’ai besoin de préserver ma sphère intime avec lui.

Quand tu tournes justement, prends-tu ton pied ?

Il y a toujours du plaisir, avec lui ou les autres, mais plus avec lui, évidemment.

Ma première scène, ce fut déjà avec lui et quatre autres mecs.

As-tu déjà baisé avec ton mari et d’autres mecs en privé ?

Oui, notamment dans la model house de Prague, avec Mike, Ian et Junior, un hardeur brésilien. On faisait pas mal la fête !

Il t’avait avoué qu’il était libertin quand tu l’as rencontré ?

Il m’a toujours tout dit. Moi, à la base, je ne l’étais pas. Je ne savais même pas ce que cela signifiait. J’ai toujours kiffé baiser avec d’autres mecs, mais j’ai eu beaucoup plus de mal à accepter de le savoir avec d’autres meufs en soirées libertines. Ça dépassait le cadre de son boulot. Même si depuis trois ans, je me considère comme libertine, j’ai besoin qu’il soit là, tout le temps avec moi. C’est mon pilier.

Ça t’excite lorsqu’il te regarde ?

Ouais, grave. Il est candauliste en plus, il kiffe me voir me faire défoncer et bien !

Tu étais à l’affiche du film « Le Ticket d’Or » de Jacquie et Michel Elite, comment ça s’est passé ?

Je suis venue à Paris, j’ai fait un premier Jacquie & Michel avec Mike. C’était une scène déjà réalisée par Luka. C’est la première scène qui m’a réclamé de raconter un peu mon histoire. Ensuite, j’en ai tourné une autre avec lui et Eddie Blackone avant d’enchaîner sur « Le Ticket d’Or ». Je jouais la meilleure amie du mec de Tiffany Leiddi, une fan de foot avec laquelle il finit par la tromper. Luka et sa femme Sophie sont vraiment trop cool, je les kiffe.

Quels sont tes projets à venir ?

Le prochain film de Luka pour Elite, justement. Et dans un an ou deux, on aimerait bien partir monter notre affaire en Thaïlande. Un restaurant ou quelque chose qui s’en approche.

Angel Emily, mille merci et tous nos vœux de bonheur !

 

Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.