Suivez-nous

Bio/Milieu du X

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les camgirls sans jamais oser le demander…

Elise

Publié

le

Samantha est une jeune travailleuse du sexe [virtuel] américaine. Elle répond aux questions que vous souhaiteriez pouvoir poser à une camgirl [et à d’autres auxquelles vous n’auriez probablement pas pensé]…

  1. Les camgirl travaillent même quand elles ont leurs règles !

Heureusement pour elle, Samantha a les « règles les plus courtes et les plus légères au monde ». Elle choisit donc de faire des shows qui ne l’obligent pas à retirer ses sous-vêtements lorsqu’elle porte un tampon. Elle prend d’ailleurs, de temps en temps, une journée de congé si besoin est.

  1. Personne, pour l’instant, ne s’approche d’elle dans la rue et lui crie : « Hé ! Je t’ai reconnu ! »

Bien qu’il soit tout à fait possible qu’un jour ou l’autre un inconnu l’aborde en lui avouant être l’un de ses fervents « voyeurs », le cas ne s’est, pour le moment, pas présenté et ça ne l’inquiète pas plus que ça.

  1. Elle travaille beaucoup moins que la plupart des Américains

Prenons la base légale du salaire minimum et d’une semaine de quarante heures. Combien de shows doit-elle réaliser afin de gagner une somme équivalente ? « Pour un salaire de 10 dollars de l’heure [aux États-Unis, le salaire minimum est de 7,25 dollars de l’heure], cela correspond à environ quatre shows ».

  1. Les modèles féminins gagnent beaucoup plus d’argent que les modèles masculins

À moins bien sûr que vous ne souhaitiez faire des shows à destination des gays, ce qui, dit-elle, serait « étrange » pour beaucoup de mannequins masculins hétérosexuels, les modèles féminins attirent beaucoup plus de « voyeurs » que les masculins.

  1. Certains « voyeurs » sont méchants sans raison.

L’inconvénient de gagner de l’argent est que beaucoup de gens peuvent être vraiment méchants sans raison. Certains types ne peuvent pas rester là, à simplement regarder, sans lui dire des mots désagréables, des types qui d’ailleurs ne donnent pas de tips non plus.

  1. Certains gars avec qui elle sort comprennent réellement son métier.

Samantha est sortie avec plusieurs hommes qui ont été « incroyablement compréhensifs », dès qu’elle a eu l’honnêteté de leur expliquer son métier. Elle raconte : « Personne ne me touche. Je fixe mes limites. Je ne rencontrerai jamais mes “voyeurs”. Je ne connais ni leurs noms, ni leur lieu de résidence, ni ce à quoi ils ressemblent. Je ne fais que ce que je veux, quand je le veux, comme je le veux. Si je sens des choses qui ne me plaisent pas, je stoppe ». La situation éclaircie, la plupart de ses relations n’y voient aucun problème, ce qu’elle trouve « génial ».

  1. Ce n’est pas ce qu’elle veut faire pour toujours.

Certes, certaines camgirls se verraient bien exercer toute leur vie. Mais c’est loin d’être le cas pour Samantha. La cam lui a permis de financer ses études et d’être acceptée en université. « Ça paie les factures, je n’ai pas eu besoin de contracter un emprunt comme beaucoup d’étudiants. Mais je me rends compte que je n’aurai pas pour toujours vingt ans. J’aurai besoin d’un vrai travail et aussi… de porter des vêtements ».

  1. Ses proches savent ce qu’elle fait pour gagner sa vie.

Certains de ses amis connaissent son travail. Ils sont « gentils, compréhensifs et font même preuve d’un certain sens de l’humour à ce sujet ». Elle ne l’a pas avoué à ses parents, mais elle pense qu’ils sont suffisamment ouverts d’esprit pour l’accepter.

  1. Bizarre… Vous avez dit : « Bizarre » ?

Évidemment, certains lui demandent de faire des choses étranges voire plus. Comme elle le dit : « Une fois, je me suis fessé le cul avec une spatule […] et une autre fois j’ai récité du Shakespeare en me doigtant ». Ces moments, elle les trouve amusants. Elle refuse, bien sûr, de faire ce genre de plan en permanence et elle ne réalise que ce avec quoi [et avec qui] elle se sent à l’aise. Au final, une camgirl prend rapidement conscience de ses limites. « Il faut se mettre des limites. Cela permet d’exprimer ce que vous aimez ou pas, de vous sentir à l’aise et de vous sentir libre d’apprécier le sexe ».

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.