Suivez-nous

Libertinage

«Chéri, passe-moi l’aspirateur »

Vincent Lacrosse

Publié

le

On ne peut pas être propre partout, tout le temps. Faut-il pour autant céder aux sirènes des ménagères et passer l’aspirateur partout, vraiment partout ? Réponse : non, sauf en prenant d’infinies précautions.

Pression et pulsion

tumblr_mbzpavKNkK1rzr2r9o1_1280Un aspirateur, c’est une pompe, En pompant l’air à l’intérieur du tuyau, l’aspirateur créé une dépression, qui aspire également le sang à l’intérieur des lèvres, des seins ou de la queue, entraînant une érection ou une stimulation plus forte, exactement comme une pompe à queue le ferait. Le principal problème réside dans la puissance de la pompe, beaucoup plus importante dans un aspirateur, et le diamètre du tuyau, qui comprime les tissus et peut entraîner l’impossibilité de retirer son sexe. Par ailleurs, il arrive que certains aspirateurs contiennent des dispositifs à l’intérieur, destinés à découper les détritus, on imagine facilement les dégâts sur un sexe en érection quand un petit malin enlève le tuyau.

L’aspirateur comme objet érotique

1_b_2973666Ces dangers certains n’amenuisent pas l’intérêt que portent de nombreuses personnes à cet objet du quotidien. En effet l’aspirateur comme objet sexuel est finalement assez évident. Phallique, au diamètre adapté, d’une longueur modulable… L’aspirateur en a sous la carcasse. Et c’est bien ce qui pose problème. Fantasme ménager que n’est pas la pompe à queue, l’aspirateur est aussi redoutable, capable des pires horreurs en cas de déclenchement intempestif. On l’utilise beaucoup dans les films pornos à tentacule japonais, pour créer des monstres avec de nombreuses queues plastiques, mais c’est dans un cadre domestique, très souvent solitaire, que son utilisation est la plus remarquée, et notamment dans les annales médicales. Ainsi dans Une histoire de la masturbation, l’auteur rapporte que la documentation médicale sur les accidents d’aspirateurs ne manque pas, parmi les autres accidents de masturbation.

Une très mauvaise idée

758

En 2005, les autorités médicales rapportent ainsi le cas d’un patient de 61 ans, amené à l’hôpital avec une section partielle du pénis. Le gland avait été totalement arraché. Amputé en urgence et en partie du pénis, en raison d’un accident « domestique », le patient a du passer aux explications. Ayant trouvé un vieil aspirateur destiné à gonfler des matelas pneumatiques, le malheureux aurait par malchance coincé son pénis dedans. Ses déclarations contradictoires ont quelque peu alerté les assurances, qui ont fait appel à un expert pour évaluer sa responsabilité … Expert qui s’adressa aux équipes hospitalières, lesquelles ne purent exclure la possibilité de l’accident domestique tel que relaté par le patient. Comme quoi en insistant un peu on peut toujours être remboursé.

Tout le monde descend !

preview.mp4Selon le British Journal of urology, sur 56 accidents du pénis, 12 résultent de pratiques sexuelles dangereuses en lien avec des objets domestiques, causant des lésions par strangulation ou par aspiration. Mas ces lésions ne concernent pas que le pénis. L’autre danger de l’aspirateur, et des pompes sexuelles en générale, c’est le prolapsus, une descente d’organe, en général la muqueuse intestinale. En effet nombreux sont les praticiens, souvent gays, de cette pénétration à l’envers, par le vide, pour les sensations qu’elle procure. Tous notent  l’impérieuse nécessité de garder l’aspirateur de faible puissance, et surtout son bouton de régulation de la vitesse, à portée de la main, afin d’éviter de fâcheux accidents, ou mieux encore, de s’équiper d’un matériel spécialisé qui permette des jeux en toute sécurité.

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.