Suivez-nous

Interviews

Missdactari : « Chacun a un sexe et une façon différente de me baiser. C’est ça qui m’excite ! »

Vincent Lacrosse

Publié

le

Elle n’a pas encore 28 ans mais les pratiques hard ne lui font pas peur. Missdactari est l’une des rares libertines à se rendre seules en club, aux après-midi et soirées « gang-bang ». Trop jeune ? Trop libre ? Et alors ! Missdactari assume et se moque de ceux qui pensent qu’il est trop tôt pour apprécier les plaisirs extrêmes. 

Comment as-tu atterri dans le libertinage ?

J’avais à peine 18 ans, quand mon meilleur ami m’a parlé de ça. L’idée me branchait. Je m’y voyais, je m’y projetais comme dans film et je me disais que j’avais ma place là. Mais il fallait que ça mûrisse un peu. Ensuite j’ai rencontré mon petit copain. Ça l’intéressait, donc on a sauté le pas. Mais nous nous sommes fait avoir sur le premier club que nous avons essayé. Il y avait plein de mecs supers lourds qui nous suivaient à la trace. C’était glauque. Nous avons quand même rencontré un couple sympa, mais ce qu’on a commencé à faire avec eux a été complètement gâché par les commentaires des autres autour. Ca nous a coupé l’envie. Nous nous sommes dit : « si c’est ça le libertinage, ce n’est pas pour nous ! »

MissDactary mollet

Mais tu as essayé ailleurs et là, révélation !

Oui, dans un sauna-hammam au Moon City, à l’époque l’un des meilleurs de Paris. J’ai adoré l’ambiance générale et le plaisir physique très libre. J’étais là pour m’amuser, ne plus penser à rien d’autre. Ce côté grisant fait qu’aujourd’hui, je suis une pratiquante assidue des clubs. Ça peut ressembler à une drogue même si je n’en ai jamais pris. Je fais de la danse depuis toujours et je peux comparer ça à l’adrénaline quand le rideau se lève.

Ton club préféré, c’est les Chandelles où tu vas presque tous les lundis, exclusivement quand les hommes seuls peuvent rentrer…

Oui, je ne suis vraiment pas bi. Je viens pour faire des trios avec deux hommes. Dans ce cas, nous allons prendre le temps. Mais j’affectionne aussi les gang-bangs et là, ça peut monter à une douzaine. Dans ce cas, ça ne dure que quelques minutes pour chacun. Ce sont deux manières de jouer très différentes et ça se complète bien. Parfois, je suis quand même accompagné de Fred avec qui j’ai une relation d’amant préféré. J’ai aussi d’autres accompagnateurs. Mais sortir seule n’est vraiment pas un problème.

MissDactary fesses

Comment lances-tu une orgie ?

Je suis très opportuniste et je l’assume. Si je vois un homme faire un truc qui me plaît à une femme, je l’aborde : « ça avait l’air vachement bien, je suis assez envieuse, après c’est mon tour ? » Souvent, c’est oui, les hommes apprécient mon côté direct.

Qu’est-ce que tu aimes dans la pluralité masculine ?

Le côté « reine des abeilles ». Sans être prétentieuse, j’ai le sentiment d’être sur un piédestal. Et il faut bien l’avouer, je suis une sacrée feignasse ! (rires) Je me perds, je m’abandonne, j’occulte tout ce qui se passe autour. Je suis déconnectée. Y a un aspect performance, je suis très longue à jouir, voilà pourquoi il me faut plein de partenaires.

J’aime aussi le côté surprise. Je suis en train de me faire prendre en levrette sur un gros coussin. Quand je sens une main dans mon dos, sur ma hanche, je ne sais pas ce qu’il y a au bout et ce que cet anonyme va me faire et comment. C’est comme un jeu. Chacun a un sexe et une façon différente de me baiser. C’est ça qui m’excite !

13187752_1173304109381056_269404877_n

Ça s’enchaîne toujours comme tu veux ?

Encore une fois, je suis très cash. Quand un monsieur vient de jouir, je lance à la cantonade « qui veut me prendre ? Y en a un qui bande ? » Je le fais toujours sur le ton de la rigolade.

Tu fais quand même des choix ?

Oui, je n’accepte pas tout le monde. Il faut se présenter avec un préservatif et bander, c’est la base. Parfois, certains me caressent d’un revers de main mais je ne sens pas de feeling. S’il n’y a pas de répondant, l’homme ne doit pas insister. Et puis il y a des comportements rédhibitoires comme le mec qui joue des coudes avec le voisin pour passer. Pour moi, c’est niet ! Idem pour celui qui se pointe la bite à la main et qui te met direct l’engin à deux centimètres de la bouche, sans te regarder dans les yeux parce qu’il n’assume pas. Élégance folle !

As-tu des critères physiques ?

Non, aucun. Un homme qui se comporte mal, même s’il ressemble à Brad Pitt il y a 20 ans, c’est éject ! C’est déjà arrivé qu’après un gang-bang, une fois retournée au bar, je croise un monsieur de 60 ans, un peu bedonnant, qui m’avoue « qu’est-ce que c’était bien tout à l’heure je vous remercie, j’avais tellement envie… » Moi, je découvre sa tête et ça ne me choque pas du tout, je trouve même ça touchant !

Connais-tu l’étrange syndrome des mecs tout nus qui gardent juste leurs chaussettes ?

13180833_1173303992714401_1491836995_n

Oui, c’est un fléau (rires) ! En fait, ils disent qu’ils ont peur de les perdre. Mais faut faire comme à la piscine quand on avait 5 ans, les mettre dans les godasses, c’est tout. A la rigueur, je préfère qu’ils gardent tout et qu’ils aient juste la ceinture ouverte.

Est-ce qu’il y a de plus en plus de femmes qui viennent seules en club ?

Ce n’est pas encore très répandu mais ça bouge un peu. Généralement, elles sont déjà venues avec leur mari. Moi, j’aime bien jouer la coach pour les aider à sauter le pas. D’abord, je leur propose de dîner au club. Nous papotons puis je leur donne quelques conseils. Tout se fait progressivement. C’est mon petit côté féministe. Je trouve ça très enrichissant et ce ne n’est pas intéressé, je le rappelle, je ne suis pas du tout portée sur la bisexualité.

Comme les hommes sont en surnombre, est-ce que ça permet aux femmes de tout se permettre ?

Dans un bon établissement où il n’y a pas de « morts de faim » qui insistent, c’est sûr que les nanas ont une grande liberté. Mais il ne faut pas venir en princesse en se considérant au-dessus. Un homme a aussi le droit de dire non. Même si, un refus ça vexe beaucoup les femmes !

13162371_1173314226046711_2076376531_n

Ça va faire 10 ans que tu pratiques, tu n’as pas encore 28 ans, ce qui est jeune au regard de l’âge moyen chez les libertins. Ça ne choque pas le milieu où beaucoup estiment qu’il ne faut pas commencer trop tôt ?

C’est de la jalousie, ils regrettent d’avoir passé 20 ans dans un mariage peu épanouissant et ils se rendent compte qu’ils n’ont plus beaucoup de temps pour en profiter.

Etant donné que je suis ronde, je ne porte jamais de mini-jupe, je préfère les robes de cocktail. Je n’ai pas du tout l’image de la libertine classique, chaude et sexy. On me catalogue vite comme une novice à pervertir ! Ça me fait doucement rigoler quand au bar, un homme m’aborde en mode « je vais t’apprendre la vie ». Le mec me questionne en se permettant de me tutoyer : « c’est la 1ère fois que tu viens ici ? Je peux te faire visiter ? » Et moi, je réponds « oui, c’est la première fois de la semaine » (rires)

La bisexualité masculine en club, c’est encore tabou ?

Oui, encore trop ! Dommage ! Fred commence à s’y mettre et j’adore partager avec lui une fellation. Mais lorsque nous nous occupons d’un charmant monsieur, ça fait le vide autour. Je regrette le manque d’ouverture d’esprit, les hommes sont encore trop coincés. C’est moins le cas en province. Les clubs cherchent à capter des sexualités plus variées parce que la clientèle est plus rare. Les tarifs sont aussi moins chers. Alors qu’à Paris, le type seul qui paye 150€ la soirée, aura plus de mal à accepter des hommes entre eux.

Est-ce qu’on peut dire que les clubs sont pour toi, un formidable terrain de jeux ?

Oui et parfois il se passe des histoires très drôles ! Une fois, en voulant sortir des toilettes, la poignée m’est restée dans la main. Me retrouvant enfermée, je tambourine sur la porte. Un libertin m’entend enfin : « y a un problème ? ». Il prévient le personnel qui finit par dévisser la serrure pour enfin me libérer. Et je cherche mon chevalier des WC : « c’est qui mon sauveur ? » Forcément le mec le plus beau de la soirée répond : « c’est moi ! ». Ce sur quoi je rebondis : «  je suis sensée te remercier. Tu veux que je te suce ? » Lui, tout sourire : « Ça ou autre chose… » Et nous ne nous sommes pas quittés de la soirée !

13152828_1173304159381051_1401395517_n

Et l’amour dans tout ca ?

Comme je le disais, j’ai une relation d’amant préféré avec Fred, un libertin chevronné qui tient le blog Libertin Goormand. Ça fait 8 ans que ça dure. Il est marié et sa femme est libertine donc au courant. Pour l’instant, cette vie de liberté me remplit totalement et j’en profite égoïstement. Je suis encore jeune pour me fixer.

Le blog de Missdactari « Libertine ? Et alors ! »

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.