Suivez-nous

Actu/News

Le sexe et les footballeurs

Elise

Publié

le

Les joueurs pourront-ils baiser durant l’Euro 2016 ?

Vous l’avez sûrement déjà entendu dire, l’abstinence ne tue pas. Et en cette période de compétition, qu’en est-il ? Le sexe sous toutes ses formes est-il bénéfique ? Entre entraînement, repas, repos… et match : pas simple de savoir s’il faut ou pas avoir recours au sexe…

Foot et sexe : comment les entraîneurs encouragent leurs joueurs

Si on lit attentivement certains livres de grands entraîneurs ou leurs interviews, la question revient souvent et les avis divergent. Que faut-il préconiser à des joueurs en plein entraînement pour une compétition comme l’Euro de football ? Le sexe libère-t-il le trop-plein d’énergie, au contraire, est-il source de fatigue et donc de perte de performance ? Une chose est sûre, pour plusieurs d’entre eux, il est hors de question qu’un joueur amoindrisse les chances de son équipe de gagner en se fatiguant entre les matches.

La Voix du X - Foot et le sexe (Le) - Visuel (4)

Un staff entièrement masculin pour une meilleure concentration sur le terrain

Louis Saha, dans son livre, déclarait : « Les femmes sont en effet source de flânerie, d’ennui autobiographique Du Quartier aux étoiles relationnel, de trouble pour l’attention d’un sportif ». Pour les spécialistes de la question, l’abstinence ne tue pas. Et, pour couper court à tout risque et tentation, les plus intransigeants se démèneront pour qu’aucune femme ne tourne autour de l’équipe et ne perturbe leur concentration. L’abstinence est donc une période pas si difficile que ça à supporter, même lorsque qu’elle dure parfois quarante jours, comme pour la Coupe du monde. Dès lors, le staff est entièrement masculin et, comme les sportifs sont peu penchés sur l’homosexualité, il ne reste au joueur que la branlette pour décompresser de temps en temps.

Quelques rapports bien répartis pour moins de stress pendant la partie

Toujours selon les entraîneurs et les docteurs de certains magazines, le sexe réduirait la performance des joueurs, en particulier si le rapport sexuel est consommé la veille d’un match. Le sportif perdrait un peu de son agressivité (si importante et souvent déterminante) et de sa forme physique. Mais tout ne semble pas aussi simple et on peut aussi trouver des managers d’équipe qui prônent l’inverse. Tout est une question de fréquence et de durée… Quelques rapports bien répartis sur la durée et plutôt brefs, ne nécessitant pas de gros efforts physiques, sont autorisés et les familles des joueurs sont même invitées à venir visiter les sportifs pour qu’ils s’épanouissent mieux. En effet, l’endorphine libérée dans le corps après un rapport sexuel (et qui provoque chez l’homme souvent une somnolence) a un effet très court, une heure tout au plus. C’est donc plutôt pour avoir des hommes moins stressés et mieux dans leurs crampons que cette option de liberté sexuelle, aussi relaxante qu’un massage sportif, est mise en place.

La Voix du X - Foot et le sexe (Le) - Visuel (2)

De 1 à 2 conquêtes tous les deux jours

Quoi qu’il en soit, ces messieurs, soumis à une forte pression médiatique de performance par tous leurs concitoyens et supporters, peuvent, dans la plupart des cas, resquiller par différents moyens et faire selon leurs envies. Et quand la libido de certaines stars leur fait afficher 500 à 600 conquêtes sur leur tableau de chasse sur deux trois ans (rappelons qu’ils sont tous très jeunes), il paraît bien illusoire de penser que les entraîneurs ont la main mise sur l’activité sexuelle de leurs joueurs !

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.