Suivez-nous

Actu/News

Plan à trois gay : entre plaisir et limites

Thomas Fap

Publié

le

Un garçon célibataire, un couple, deux amis : les configurations varient mais la recherche est la même, celle d’un plan à 3 gay. Le porno regorge de trio et nombreux sont ceux à vouloir vivre ce plaisir. Mais qu’en est-il en réalité ?

Plaisir de partager

Mathias, 33 ans, est un adepte des plans à 3. Il en fait très régulièrement au point d’avoir du mal à trouver son compte désormais dans une relation sexuelle à deux « seulement » : « Je suis passif et j’aime être entouré de deux mecs actifs. Ca me donne l’impression d’être submergé, de ne plus avoir le contrôle, d’être pris en main. Et les rencontres sont amusantes. Le plan à trois permet tout un tas de possibilités ! Tu peux t’immiscer dans l’intimité d’un couple et contribuer à booster leur libido, tu peux débarquer en fin de soirée chez deux potes complices qui se feront une joie de s’occuper de toi, tu peux te retrouver à partager un actif avec un autre passif, à te mettre à dispo d’un actif qui en recrute un autre via une appli. Ça permet un maximum de scénarios, ça évite la routine ! »

plan a 3

Ce qui excite le plus Mathias là-dedans ? La sensation « d’être partagé » : « J’aime ce sentiment de m’oublier, d’être un corps qu’on partage. Quand tu es un passif et qu’il y a deux actifs, tu es au centre de tout. Et même quand tu te fais un peu dominer, il y a un certain plaisir narcissique : c’est toi la star, c’est de toi que dépend tout le plan. Et c’est super kiffant ! »

Thibault est pour sa part actif. Il a la quarantaine et avec un ami il fait souvent des trios : « Avec mon pote on est très fusionnels. Notre délire a commencé un soir où on avait un peu bu. On avait envie de baiser et comme on est tous les deux actifs, on avait commencé à plaisanter en parlant de niquer un mec ensemble. Et puis on s’était retrouvé à aller sur un site, à regarder des profils, chauffer des mecs. On avait fini par en inviter un et c’était vraiment top. Je précise que mon pote ne m’excite pas particulièrement, on n’a jamais couché directement ensemble. Mais je trouvais ça bandant de le voir prendre un mec et qu’il me mate quand c’était mon tour ».

Notre actif partageur tient à préciser que quand il fait ce type de plan tout est très convivial : « J’aime m’amuser et mon pote aussi. Pas mal de gens n’arrivent pas à comprendre mais ces plans à trois n’ont fait que renforcer notre amitié. On peut clairement dire qu’on connaît tout l’un de l’autre. Quand tu regardes des vieux films porno gay tu as ce truc de camaraderie entre les mecs. J’aime ça. Desfois quand on saute un mec et que c’est bon, on se fait des signes, des sourires. Ca a forgé un drôle de lien entre nous ».

Quand ça part en sucette

plan a 3 gay

Les adeptes des trios le savent bien : s’il y a du plaisir, il faut aussi des règles. Car quand on invite quelqu’un que l’on ne connaît pas, on n’est jamais à l’abri d’une situation fâcheuse. Thibault revient sur quelques moments « moins sympas » : « Il est arrivé qu’une ou deux fois, le mec soit plus attiré par mon pote et que cela se sente. C’est assez difficile quand un mec se greffe à un duo et qu’il ne joue pas vraiment le jeu. Tu te sens exclu dans ce moment-là et au-delà de la blessure narcissique, ça crée un truc vraiment pas cool. La situation t’échappe, l’invité prend le contrôle, tu deviens vulnérable. Pour moi un bon plan à 3 c’est un plan où le gars ne fait pas de différences entre ses deux partenaires. Bien sûr, il aura forcément une préférence pour l’un ou l’autre mais à lui de faire en sorte que ça ne se voit pas ».

Quand on sonde Mathias sur la question, il avoue qu’en effet plusieurs fois il a eu des préférences : « Ça arrive que je sois très très attiré par l’un des deux mecs et que l’autre me fasse un effet « sans plus ». Perso, je suis quelqu’un de poli : si je me lance dans un plan à trois, je ferai attention à ce que les deux kiffent. Si tu commences à foutre le bordel, on ne te réinvitera pas (rires) ».

Si cette situation n’est pas forcément évidente à gérer pour deux amis, c’est encore plus le cas pour un couple. Thomas, 26 ans, a vu son couple éclater suite à un trio : « J’étais en couple depuis 3 ans avec mon copain et on a décidé d’ouvrir notre relation en faisant des plans à trois. On avait envie de coucher avec d’autres mecs mais pas de faire ça chacun de notre côté. Au départ c’était bizarre de se voir ensemble avec un autre. On découvre des trucs sur son partenaire. Par exemple je l’ai découvert plus macho avec des inconnus alors qu’avec moi il était plutôt tendre. Les débuts c’était étrange, on hésitait même à recommencer. Et puis on est tombé sur un mec très excitant, qui nous plaisait beaucoup, qu’on a vu régulièrement. Ça nous a décomplexé. Ça a duré un moment.

Quand on a arrêté de le voir, on en a trouvé d’autres et un jour il y en a eu un qui s’est vachement accroché à moi. Je sentais qu’il m’embrassait plus longuement, qu’il me lançait des regards ambigus. C’est moi qui me chargeait de trouver les mecs avec mon téléphone et il avait mon numéro. Il a commencé à me draguer, j’ai été tenté, ça a foutu la merde. Je me suis mis à douter de ma relation, j’ai vu les limites de ces plans à trois. On s’est jeté dedans sans trop réfléchir, sans prévoir, je pense qu’on aurait dû plus encadrer la chose. Mais c’est compliqué : tu as beau dire « l’autre mec n’est qu’un jouet sexuel », quand tu te retrouves face à une personne, tu es humain, il y a des émotions que tu ne peux pas contrôler »

La vigilance de ceux qui invitent

a 3

Pour éviter toute complication, Thibault et son ami ont fixé une règle : « Si un mec commence à marquer une préférence, à faire des différences, on lui dit que ça ne va pas le faire. Même si ça frustre l’un de nous deux. On ne veut pas d’embrouilles ». Mathias confirme que de plus en plus de personnes faisant des trios, et en particulier les couples, développent une obsession de contrôle : « Tu peux tomber sur des mecs qui ne veulent pas embrasser. Ça, je fais pas, moi j’ai besoin qu’on m’embrasse. Globalement, les mecs insistent sur le fait qu’il faut qu’ils te plaisent tous les deux. Souvent on te demande de partir vite après, on te fait comprendre que tu n’es que de passage. Je n’ai pas de soucis avec ça. Je préfère ce type de situation qu’un vieux plan où tu couches avec un couple qui fait genre qu’il est soudé et derrière tu as l’un des deux qui t’envoie des textos en douce. C’est moche ».

Le plan à trois est-il une menace pour une relation ? Thomas a relativisé l’échec de sa relation : « C’est parti en vrille car j’avais envie d’un autre duo au fond. Je ne sais pas si un plan à trois entraîne forcément une sorte de déchéance du couple. Tu as des couples qui font ça depuis des années, qui s’éclatent et sont heureux. Tu en as même qui se mettent en ménage à trois et ça le fait. Je ne pense pas qu’il y ait de toute façon un schéma type pour une relation qui marche. On cherche tous le plaisir, le bonheur, on est tous un peu perdu aussi dans nos relations. On se cherche tout court ».

Thomas s'abreuve de porno depuis ses 15 ans. Après les premiers émois des VHS hétéros, il développe une passion débordante pour le x gay alors qu'Internet fait son apparition. Pornophage et curieux, tous les genres et fétiches attisent sa curiosité. Il partage ses fantasmes et addictions sur son propre blog, Gaypornocreme, et régulièrement pour le magazine gay Qweek.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.