Suivez-nous

Actu/News

Les étudiants et le porno

Dimitri Largo

Publié

le

La rentrée universitaire se profile si ce n’est déjà le cas pour certains. L’occasion de revenir sur les connexions entre le porno et le monde étudiant. Des films qui circulent sur les campus aux vocations d’acteur florissantes des profs et élèves : De la « fac au fuck », la frontière est mince et les exemples sont légion. Enquête.

Il y a des secteurs d’activité qui offrent des prédispositions pour le porno : le médico-social, l’armée, la police… et  l’éducation nationale, que l’on résumera à l’enseignement supérieur (histoire d’ôter tout malentendu). Naturellement, les lieux où se concentre une population jeune et libidineuse afficheront une proportion plus importante de vocations porno au m2. À ces facteurs, on ajoutera des profils spécifiques au milieu étudiant : celles qui ont un besoin urgent de maille (frais de scolarité, train de vie etc.) et celles qui revendiquent haut et fort leur posture féministe à travers le statut de hardeuse (quoique cette dernière source de motivation est malheureusement en voie d’extinction). Souvent, ce sont les deux à la fois. De ce côté de l’Atlantique, on se souvient notamment de Faustine Karel et de Rachel, l’une à Assas, l’autre à la Sorbonne et dans un passé plus récent, de Lilia Cobain, en math sup’ et parallèlement devant les caméras de Lafait et Hpg. Remarquons, au passage, que dans la nébuleuse des métiers du charme, le porno n’est que la partie émergée de l’iceberg comme en témoigne Faustine Karel, également ancienne escort, dans ses chroniques sur le très racoleur Plus du Nouvel Obs.

riley-reid-nakedandsexy-1

Aux Etats-Unis, il y a longtemps que les connexions fac-fuck sont exploitées à fond. Les 4 par 3 proposant aux étudiantes à la dèche d’être « adoptées » par un homme mûr, le fameux sugar daddy, ont fleuri à la sortie des campus, non sans polémique. Les séries porno faisant la part belle aux teens, nubiles et autres springbreakeuses sont un genre à part entière. Les physiques sont au diapason ; Riley Reid, Zoey Kush et autre Penny Pax ayant plus l’air de cirer les bancs d’un amphi que les tabourets d’un club de strip. Auparavant très discrète sur leur cursus, les actrices porno yankees s’en servent désormais pour faire leur beurre. Diana Colton, de la fac de New York, revendique son casting par James Deen pour être prise en sympathie par ses profs aux oraux. Début 2015, Belle Knox de l’Université de l’Oregon, a fait le tour de la toile pour avoir tourné un porno dans la bibliothèque de la fac. Elle risque un an de placard. Dernière frasque en date, celle de Mia Khalifa, de l’université (old) d’El Paso, qui propose des cours de sexe aux étudiants puceaux et s’affiche mascotte de l’équipe de foot de l’université de Florida States. D’origine libanaise, elle fut même menacée de mort pour avoir tourné une scène voilée.

Toutefois, les étudiants n’ont pas l’apanage de l’expérience X. Les enseignants aussi défraient la chronique. En 2012, en Angleterre, Lyselle Bailey, passée de prof à réalisatrice pour le studio Joybear, a fait la une des tabloïds. En avril, ce sont des collégiens de Ceska Lipa, en Tchéquie, qui sont tombés sur un casting à la Woodman de leur prof principale, une certaine Lucie. Cette dernière a prétendu avoir été droguée pour tourner la vidéo sans que son explication ne convainque personne. Elle a d’ailleurs été renvoyée depuis. Des deux côtés du pupitre, prof comme étudiant, l’avalanche quotidienne d’images déversées par le web donne l’illusion que leur « expérience » sera noyée dans le flot et ne passera pas l’épreuve du temps. C’est sous-estimer l’efficacité des moteurs de recherche et la perversité du voisin, une fois ses persiennes fermées… Une cruelle réalité qui met en lumière l’éternelle difficulté pour les anciennes actrices à obtenir le droit à l’oubli et la plaie que constitue le regard étriqué et hypocrite de la société.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.