Suivez-nous

Actrices

Top 5 des actrices X au Japon

Elise

Publié

le

Il n’y a pas que Katsumi dans la vie… Le point sur des actrices méconnues ici-bas et qui rayonnent et ont rayonné au pays du soleil levant.

lvdx-top-5-des-actrices-japonaises-visuel-1-kyoko-aizome

Kyōko Aizome (1981-1994)

Elle a tourné dans le premier film japonais qualifié de « hard », Kyōko Aizome ayant tapé dans l’œil du réalisateur, c’est elle qui devra admettre avoir eu de vraies relations sexuelles sur le tournage. En effet, la censure japonaise brouille les sexes à l’écran : pas facile pour le spectateur de vérifier la véracité des faits… Au cours de sa longue carrière, Aizome a connu des succès retentissants, mais c’est plus probablement la série des trois Daydream (1984-1987) qui la propulse au premier rang des actrices X de son temps. Précurseur du cinéma pink japonais, Takeshi le réalisateur la choisit comme égérie. Aizome se donne à nul autre pareille, allant jusqu’à reconstruire sa virginité pour permettre à une scène d’exister, et à elle de se faire déflorer une seconde fois. Avec ses films qui commencent à faire du bruit jusqu’aux États-Unis, Aizome exporte le lesbianisme à l’écran, comme la fameuse scène avec Lord dans Traci takes Tokyo (1986), scène adulée puisque reprise dans Beverly Hills Copulator.

lvdx-top-5-des-actrices-japonaises-visuel-2-asami-yuma

Asami Yuma (2005-)

Asami Yuma est née en 1987 et a entamé sa longue et prolifique carrière à l’âge fort raisonnable de 18 ans. En prenant part à deux importants studios japonais de X, notamment « Alice Japan », elle tourne environ un film par mois depuis le début de sa carrière, toujours avec une visée plus soft dans le monde parfois très trash du X japonais. Reconnue par ses pairs, elle obtient en 2006 et 2007 le prix de la meilleure actrice par le très chic classement de DDM, et même la deuxième place sur 30 ans de pornographie japonaise ! Elle prend notablement part à des films de casting, au cours desquels elle initie de jeunes hommes vierges, comme dans Number 1 Idol Yuma Asami Produce real virgins. De nombreux autres grands prix récompensent ses films comme Hyper Risky Mosaic – Special Bath House Tsubaki, dans lequel elle partage la vedette dans de très chauds bains de vapeur, et notamment avec notre suivante…

lvdx-top-5-des-actrices-japonaises-visuel-3-akiho-yoshizawa

Akiho Yoshizawa (2000-2009)

Toujours pour le studio « Alice Japan », voici une actrice également prolifique, mais qui s’est attachée à un jeu plus large que sa précédente consœur : costumes d’époque, série dramatico-érotique, films roses… Dans ces derniers, Yoshizawa interprète le rôle d’une ninja, d’une hôtesse de le luxe… Pour ce dernier rôle dans Fascinating Young Hostess : Sexy Thighs elle se satisfait de la récompense de Meilleur Film de l’année 2006 du Prix du Film Rose. On peut aussi la retrouver dans des séries mangas comme Irokoishi : Wandering. Dans ce troisième épisode, la belle est possédée par le démon sexuel Ishida. Mais ne vous inquiétez pas (attention spoiler !) : grâce aux prouesses sexuelles du héros, elle s’en sort presque indemne.

lvdx-top-5-des-actrices-japonaises-visuel-4-azumi-kawashima

Azumi Kawashima (1998-2003)

C’est sa beauté qui fait d’Azumi Kawashima une idole japonaise des plus reconnues par la profession. Née en 79, elle non plus ne donne pas dans le hard extrême, mais elle s’implique avec des films comme Promise ou Try-Heart Corporation’s sexia, dans lequel elle laisse libre cours aux fantasmes de jeune fille ingénue tringlée par plusieurs hommes. Dans ses films suivants, Naive et plus tardivement Natural, on trouve des scénarios plus aboutis avec attaques de yakuzas et une trame complotiste, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention sur ses talents d’actrice. D’ailleurs, il n’a fallu qu’un an à son studio originel pour proposer une rétrospective de ses scènes, gageure que cette actrice en a sous la jupe.

lvdx-top-5-des-actrices-japonaises-visuel-5-runa-akasaka

Runa Akasaka (2003-2007)

Avec une quarantaine d’œuvres à son actif, cette actrice ne devrait pas être reconnue pour son immense expérience, mais c’est son âge qui fait la différence. Classée jukujo (actrice japonaise d’âge mûr) et ayant commencée sa carrière à 36 ans, elle fait effet auprès du grand studio Moodyz, dans lequel elle joue les MILF (Mother I’d Like to Fuck) pour des films aux scénarios alléchants : La mère d’un ami, Le train pervers : doigts habiles, pensées humides. Elle s’illustre donc dans le fait de jouer la girl next door d’âge moyen qui permet d’assouvir un nombre considérable de fantasmes masculins. Elle pose pour Weekly Playboy malgré son âge et continue encore aujourd’hui d’alimenter les fantasmes, malgré une activité qui durera seulement 4 ans.

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.