Trump contre le porno – Part 2

Peut-on consommer du X et voter Trump ? Voilà une question que les instituts de sondage ont oublié durant la campagne des présidentielles américaines. Volontairement ou pas, il semble que le Président nouvellement élu soit en désaccord frontal avec l'ensemble de la production érotique et hard made in USA. Et pourtant...

Donald Trump est pour le moins un personnage contrasté. Ses déclarations à l'emporte-pièce et ses prises de position souvent contradictoires en font un politique difficile à déchiffrer. Ses rapports avec l'industrie du divertissement pour adultes ne se présentent pas sous les meilleures auspices malgré un parcours pas forcément irréprochable.

Trump coûte cher au monde du porn le jour même de son élection

Donald qui avait pris position durant sa campagne contre l'univers du « classé X » n'a pas attendu pour tenir parole. Alors même que le pays entier retenait son souffle dans l'attente des résultats, les sites RedTube et PornHub ont enregistré des baisses de trafic spectaculaires… jusqu'à 22 % dans les pires moments de la journée. Apparemment, les consommateurs avaient délaissé leurs PC pour se poser devant les informations. A contrario, les mêmes sites ont constaté une hausse inhabituelle (+ 17 %) de leur trafic le même jour, entre 8h et 10h du matin : cette tranche horaire correspond au moment accordé par de nombreuses entreprises à leurs salariés pour aller voter. Visiblement, un nombre significatif d'électeurs ont commencé par se détendre d'une main avant d'aller mettre un bulletin dans l'urne.

lvdx-us-18-trump-contre-le-porno-part-2-visuel-2Larry Flynt : le retour

Un des épisodes de la guerre larvée entre le porno et le futur président fut, pendant la campagne, l'offre de Larry Flynt, magnat du X connu pour ses positions démocrates et son fauteuil roulant. Larry, coutumier de la méthode, proposait un million de dollars à toute personne pouvant livrer des informations compromettantes contre le candidat républicain. Un coup d'épée dans l'eau pour cette fois...

lvdx-us-18-trump-contre-le-porno-part-2-visuel-3Quand Donald fréquentait les playmates...

On pourrait s'étonner d'une telle antipathie de Trump à l'égard du cinéma hard, quand on sait que lui-même, entre autres frasques, apparaît brièvement en 2000, dans une vidéo érotique tournée par Playboy. Notre homme d'affaires se montre particulièrement à l'aise au milieu des bombes du magazine. Tellement à l'aise que, quelques temps plus tard, il avait refusé de répondre à une journaliste lui demandant s'il avait déjà eu une aventure avec une playmate. Devant l'insistance de son interlocutrice, Donald avait admis qu'il « pourrait avoir eu » une telle aventure. Le futur président n'était pas si puritain à l'époque.

lvdx-us-18-trump-contre-le-porno-part-2-visuel-6À l'encontre de leurs concurrents, les hôtels Trump proposent toujours du X à leur clientèle

Ne s'arrêtant pas à une invraisemblance, surtout quand il s'agit de gagner de l'argent, le milliardaire fait preuve d'une grande souplesse concernant la diffusion de films X en pay-per-view dans ses hôtels. Six de ses huit établissements américains n'ont pas cédé à la tendance hôtelière consistant à cesser toute diffusion de X dans leurs chambres. Seuls les hôtels situés en Floride et en Virginie - tous les deux dans le sud, plus puritain - ont arrêté de proposer ce service.

lvdx-us-18-trump-contre-le-porno-part-2-visuel-4Difficile de connaître après tout cela le réel point de vue du milliardaire sur la production pour adultes mais, une chose est sûre, ce sont ces contradictions qui justifient aujourd'hui une relative décontraction des professionnels de la production hard quant à ses engagements anti-X. De toute évidence, Trump ne va pas faire fermer la Porn Valley demain matin...

Jason Cold

À propos de Jason Cold

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.