Le porno en réalité virtuelle ? « Trop hard » pour Sasha Grey !

Sasha-Grey

C’est au micro d’un interviewer que Sasha Grey, ex-porn star au palmarès brillant, a expliqué tout le mal qu’elle pensait du porn en VR (Virtual Reality). Sasha, actrice aguerrie et performeuse appréciée du public et des professionnels, juge le hard VR décalé et trop violent.

Interviewée sur la chaine CNBC, Sasha Grey n’a pas voulu la jouer supertech et se moque visiblement de ne pas paraître dans l’air du temps. Si elle dit connaître et apprécier le principe de réalité virtuelle, il est pour elle inadapté à la pornographie. Selon elle, c’est une application technique qui devrait être réservée à d’autres domaines d’exploitation.

LVDX - US 25 - VR trop hard pour Sasha Grey (La) - Visuel (4)Sasha Grey : tout sauf une oie blanche

À ce stade de l’information, il me paraît vital de remettre en mémoire aux plus distraits d’entre vous le parcours spectaculaire de la pornstar, dans le X et ailleurs. Née en 1988 à Sacramento, Californie, Sasha a tourné ses premières images hard en 2006, l’année de ses 18 ans. Les cours de théâtre qu’elle avait suivis ne lui seront réellement utiles que bien plus tard, dans les films traditionnels qu’elle accumulera dans sa deuxième carrière. Avant cela, elle se fait connaître des fans de X pour des performances marquées par des awards AVN en 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010 ! Rien de moins. Elle monte au firmament des hardeuses, notamment grâce à ses qualités buccales. Mais elle est saluée comme meilleure pornstar et meilleure performeuse de l’année (2008), meilleure scène anale (2010), etc.

LVDX - US 25 - VR trop hard pour Sasha Grey (La) - Visuel (8)Reconversion sur grand écran : un succès !

Dès 2009, Sasha intéresse les réalisateurs de film traditionnel, et pas les plus petits, comme en témoigne son rôle dans le film de Steven Soderbergh, The girlfriend experience – un film injustement méconnu que je vous recommande chaudement. Elle joue ensuite dans un clip d’Eminem et s’affiche au casting d’une dizaine de production mainstream – dont quelques films d’horreur qui ne feront pas date. Sa carrière porno s’arrête officiellement par le biais d’un message sur les réseaux sociaux le 8 avril 2011. Sasha est donc, vous l’aurez compris, une fille ambitieuse et douée qui réussit aussi bien dans le X qu’en dehors. Son opinion sur la VR n’est donc pas celle d’une newbie qui ne connaîtrait rien au monde du hard ou aux nouvelles technologies.

LVDX - US 25 - VR trop hard pour Sasha Grey (La) - Visuel (14)Trop de réalité tue le porno ?

Pour Sasha, les productions de réalité virtuelle sont dérangeantes, en permettant une immersion trop violente et pas forcément sexy. Notre star a tenté l’expérience comme utilisatrice mais s’est arrêtée à la bande-annonce : pas intéressée du tout ! Sasha est convaincue que « les gens ne regardent pas de films X pour vivre une expérience réelle ». Le X est basé selon elle sur un fantasme – difficile de la contredire là-dessus – et le VR porn briserait la limite entre fantasme et réalité. Sasha avance en fait que la réalité virtuelle enlaidirait les filles sans apporter de valeur ajoutée au consommateur, si ce n’est l’effet « gadget ».

LVDX - US 25 - VR trop hard pour Sasha Grey (La) - Visuel (15)Pour ou contre le X en VR

Les spécialistes qui se sont penchés sur l’avenir de la VR lui prédisent un gros succès dans l’immobilier, le design… et le X. On peut en prendre pour exemple le nombre de producteurs de films pour adultes qui se sont jetés sur cette nouvelle technologie comme une future poule aux œufs d’or. Il est de notoriété publique que toutes les nouvelles technologies, historiquement, ont été trustées, exploitées et développées dans un premier temps par le porno (minitel, internet…). Le débat n’en reste pas moins ouvert. Si Sasha est friande de VR dans sa carrière de DJ – elle l’a utilisée pour filmer sa tournée aux US – elle est convaincue que la VR et le porno haut de gamme sont incompatibles. Les années à venir nous diront si l’analyse de Sasha était pertinente.

Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.