Mia Malkova : « Avant le X, je n’avais sucé qu’une seule fois »

122686-Maria-Malkova-hot-ass-tight-dr-yS0v

Certaines actrices ont une aura qui dépasse le simple plaisir masturbatoire. Mia Malkova en fait partie. Même dans la foulée d’un gang-bang, on la présenterait à sa mère, tout fier. Entretien avec ce lumineux objet du désir.

LVDX : Mia, malgré ton pseudo, soyons clairs : tu n’es pas russe.

Mia Malkova : Pas du tout ! Je suis californienne mais je trouvais que c’était un nom qui avait du chien, qui ressemblait à celui d’un top model européen, super classe et sexy.

Il paraît aussi que ton entrée dans le porn est liée à celle de Natasha Malkova, est-ce vrai ?

C’est ma meilleure amie depuis le collège. On a grandi ensemble, dormi dans les mêmes lits… Elle est la raison pour laquelle j’ai commencé le porno. J’ai toujours été la plus perverse de nous deux et je ne me serais jamais attendue à ce qu’elle se mette à poil devant qui que ce soit ! Elle a fait le grand saut et j’ai trouvé ça excitant. Elle m’a parlé de l’argent qu’elle se faisait et c’était beaucoup d’argent pour une fille de 19 ans !

Tes débuts se sont-ils bien passés ?

Je n’avais pas d’idées reçues avant d’arriver dans le porno, mais ça s’est avéré bien plus professionnel et pas aussi dur que ce que je pensais. Dès ma première scène, j’ai été traitée avec beaucoup de respect.

mia malkova 2Comment faut-il te draguer ?

J’ai toujours été très timide. Il faut donc que les mecs soient entreprenants et sûrs d’eux pour m’aider à m’ouvrir. Si je souris en regardant dans les yeux, ça signifie que c’est bien parti !

Ceci-dit, ton cœur est déjà pris puisque tu es mariée…

Mon mari est dans le milieu, c’est Danny Mountain. Nous nous sommes mariés en juillet 2014 et c’est la raison pour laquelle j’ai fait un break dans les tournages à l’époque. Je ne travaille plus qu’avec lui ou sur des scènes lesbiennes.

Et c’est lui qui t’a prodigué ta première anale face caméra…

Exactement et avec 20 cm, il est plus que correctement outillé. J’ai pris un pied d’enfer, j’étais très dilatée, ouverte comme une rose. Si tu veux savoir, j’ai aussi mon frère, mon véritable frère, qui est performer. Il s’appelle Justin Hunt. Il travaille pour Amateur Allure.

Ton frère, ton mari, ta meilleure amie, vous êtes tous dans le porno, tu n’as pas peur de péter les plombs !?

Au contraire ! Je n’ai toujours pensé qu’au sexe et c’est de famille. Ça permet aussi d’avoir un entourage qui comprend mes problèmes sans me juger. Quand vous êtes entourés de gens qui ne connaissent pas le milieu, vous vous sentez en décalage et profondément seuls.

Mia malkova 5Tu ne baises donc plus avec un autre homme que Danny ?

Quand mon mari a découvert que j’avais fait un all internal sur un tournage au Japon, il était furieux. Depuis ce jour, je ne baise plus qu’avec lui et il fait tout pour me satisfaire. Un jour, on a baisé 17 fois. Quand il n’est pas là, je me branle sur ses scènes. J’ai déjà joui 15 fois en me masturbant trois heures sur lui.

C’est bien, tu tiens tes comptes à jour… Tu as tourné au Japon, donc, quelle différence existe-t-il par rapport au porno occidental ?

Je leur ai dit : il ne faut pas que les Japonais se sentent offensés mais la taille de leur sexe est vraiment insuffisante, surtout qu’ils ne se rasent pas et c’est compliqué de trouver une petite érection au milieu d’une forêt. À côté de ça, ils ont des délires plus pervers et moins standardisés que les Américains.

Mia Malkova 8

Tu aimes le porno japonais avec des monstres à tentacules ?

Oui ! Et j’en regarde toujours beaucoup. Au début, je n’étais pas encore prête à regarder du hardcore jusqu’à ce que je découvre Phoenix Marie. Une de ses scènes anales me faisait fantasmer. Quelques années plus tard, c’est moi qui me faisait prendre par le mec qui l’enculait dans cette scène et qui me faisait mouiller : Manu Ferrara.

À ton avis, quelles sont les raisons de ton succès ?

Je suis all natural. Je pense que je dégage une certaine fraîcheur. Sans me vanter, je n’ai pas besoin de beaucoup me maquiller pour paraître désirable.

Mia Malkova3D’où te vient cette souplesse hors norme ?

De la danse classique que j’ai pratiquée pendant dix ans. J’ai dû arrêter car ça me bouffait trop de temps. Tous les matins, je m’astreins à faire mes étirements pour garder cette souplesse et me maintenir en forme.

Te branles-tu beaucoup ?

Je me suis toujours beaucoup masturbée en regardant du porno, surtout du Hentaï. Désormais, j’aime me branler sur mes propres scènes et celles de mon mec. Quand j’en regarde d’autres, c’est pour repérer des hardeurs qui me plaisent.

As-tu toujours été portée sur le cul ?

Je n’ai pas eu beaucoup d’expériences sexuelles avant le porno et ce fut toujours très banal : dans un lit, une voiture, avec mes petits amis, des trucs comme ça. Je n’avais sucé qu’une seule fois avant ! Après, mes proches amis ont toujours su que j’étais très portée sur la « chose », mais les autres ont été très surpris qu’une fille qui a l’air aussi sage que moi fasse du porno.

Mia Malkova 6Tu as tourné dans « La fille du Pasteur », aimes-tu ce type de film qui flirte avec les tabous sociaux ?

Pour moi qui adore jouer, ça a été vraiment extra. Je me suis sentie très proche de mon personnage, une fille obligée de taire ses instincts par pudeur et respect pour son père, par peur de ce qu’on allait dire ou penser. Les scènes sont intenses et réelles, tout a été nickel. Rien n’est plus excitant que de jouer avec les interdits.

Que fais-tu de ton temps lorsque tu ne sautes pas sur le démonte-pneu de ton conjoint ?

Je suis quelqu’un de casanier, je n’aime pas trop sortir de chez moi et je me divertis toute seule. Je lis pas mal de roman à l’eau de rose, c’est mon côté « débile », mais je trouve matière à fantasmer sur ces histoires ! J’aime jouer aux jeux vidéo aussi. Logique : j’ai grandi avec trois frères.

Mia Malkova 7Mia Malkova
24 ans
Originaire de Palm Springs (Californie)
1,71 m
54 kg
90 B

Filmo sélective :

  • Cuties 4 (Elegant Angel)
  • La Fille du Pasteur (Wicked Pictures/Marc Dorcel)
  • Mia’s Bondage Lesson (FM Concept)
Dimitri Largo

À propos de Dimitri Largo

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.