TAEKWONDO – La beauté des gestes

LVDX - CINEMA - Taekwondo - Visuel (1) - Une

Attention : futur film culte ! Taekwondo est une expérience unique. De la beauté à l’état pur. Hypnotisé dès les premières images, l’œil est pris en otage par la caméra et ne peut plus se détourner de l’écran.

Des garçons, des mecs, des gars, à poil du matin au soir et du soir au matin. Qui traînent, se prélassent au soleil ou à l’ombre, dorment, mangent, boivent, fument des pétards, rigolent, discutent. Taekwondo est l’une de ces rares œuvres cinématographiques où l’on n’a pas besoin de scénario. Entre le documentaire et la téléréalité. Berger et Farina ont réussi un tour de maître : parvenir à subjuguer le spectateur sans trame ou avec une intrique si insignifiante qu’elle pourrait convenir à un court-métrage ou à une publicité. Car l’intérêt de Taekwondo n’est pas là. C’est un film sur la beauté. La beauté du corps masculin, ici magnifié. La quintessence de la beauté virile. Sans ambigüité ni sous-entendu. Car ces garçons sont hétéros, tout dans leurs gestes l’exprime. Dans la façon qu’ils ont de se toucher eux-mêmes et de toucher les autres, dans l’évidente impudeur qu’ils ont à se retrouver entre eux, sans les « filles ». Les filles et le sexe qui sont, bien sûr, leurs principaux sujets de conversation.

LVDX - CINEMA - Taekwondo - Visuel (2) - LucasPapa & Nicolas Barsoff« Un film d’une puissance charnelle inégalable »

Un défi : réaliser le film le plus homoérotique qui soit avec des acteurs et des personnages hétéros ! On se surprend à retrouver des sensations d’adolescence lorsque, amoureux d’un camarade de classe, on s’enflammait à la simple vue d’un coude, d’un genou, d’une aisselle. Lorsque dans les vestiaires, on s’attardait pour regarder, regarder encore tout ce que l’on pouvait attraper, et que l’on emmagasinait comme des trésors. Taekwondo est un film que l’on laisserait volontiers tourner 24 heures sur 24, comme un tableau animé. Des images d’une telle beauté que chacune d’elles est une œuvre d’art. On pourrait découper le film plan par plan, tant le travail sur la photo est magistral. Et c’est là que la magie opère : toute cette beauté, alliée à cette petite trame romanesque, font que l’on plonge avec German dans un questionnement sans fin quant à sa relation avec Fernando. La sensualité se dégage de la pellicule comme une odeur, on voit ces deux garçons se chercher du regard au milieu des corps, s’approcher, se frôler. Se sourire.

LVDX - CINEMA - Taekwondo - Visuel (5) - Dodo collectifTaekwondo est un film de désir et d’été. Un film d’une puissance charnelle inégalable. Marco Berger (Absent, Plan B) cosigne là son film le plus esthétique et s’impose comme l’un des réalisateurs gays les plus talentueux, proche de João Pedro Rodrigues (O Fantasma) ou de Pedro Almodovar (qu’on ne présente plus).

LVDX - CINEMA - Taekwondo - Visuel (6) - SaunaÇa parle de quoi ?

Fernando invite German, un ami rencontré à son cours de taekwondo, à partager ses vacances, qu’il passe avec sa bande d’amis dans une grande maison à la campagne. À l’abri des regards, loin de leurs petites amies, les garçons partagent leur intimité, leurs doutes, leurs préoccupations. German, qui est gay, se voit confronté à la présence de ces garçons pour la plupart hétéros. Mais qu’en est-il de Fernando ? Pourquoi l’a-t-il invité ? Et pourquoi le regarde-t-il ainsi ?…

LVDX - CINEMA - Taekwondo - Visuel (7) - JaquetteTaekwondo, de Marco Berger & Martin Farina. Avec Lucas Papa, Nicolás Barsoff et Gabriel Epstein.
Argentine, 105 min.

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.