Suivez-nous

Actu/News

10 ans de prison pour de faux castings porno

Jason Cold

Publié

le

Un citoyen de l’État du Missouri risque en ce moment de prendre 10 ans ferme pour s’être fait passer pour un réalisateur de films X et avoir organisé castings, tests et autres bonnes idées pour culbuter quelques âmes naïves.

Ça se passe à Kansas City, la plus grande ville du Missouri. Mario Ambrose Antoine, 34 ans, vient de plaider coupable dans le cadre d’une instruction en cour fédérale. Il est accusé d’avoir organisé un système de fraude destiné à tromper des femmes et d’avoir eu avec elles des relations sexuelles filmées en vidéo sous le prétexte d’une répétition pour de futurs films porno.

LVDX - US 36 - Visuel (3) - Le métier de casteur - pas toujours facile

De futures starlettes X se sont fait prendre… au piège

Notre Mario a donc admis avoir dupé au moins 10 victimes avec un système frauduleux qui a duré au moins cinq ans. Les dernières malheureuses à s’être fait prendre – dans tous les sens du terme – l’ont été en octobre 2016. Le sieur Antoine promettait à ces femmes, après leur avoir fait signer un contrat et une autorisation de diffusion « officielle » (la fameuse « 2257 » américaine), qu’elles gagneraient plusieurs milliers de dollars dans les productions photo et vidéo à venir.

LVDX - US 36 - Visuel (2) - Casting classé XFraudeur, mais organisé !          

Mario, que l’on pourrait appeler « Super Mario » pour l’occasion, ne faisait pas les choses à moitié. Il avait à sa disposition de faux sites internet pour lesquels il avait déposé les noms de domaine : Playboy-Worldwide.com et Playboy-Asia.com, qui étaient, bien sûr, supposés être liés au fameux magazine du même nom. En tout, notre escroc aurait promis à l’ensemble de ses victimes une somme évaluée entre 550 000 et 1,5 million de dollars. Le faux pornocrate travaillait avec un nombre étonnant d’alias : Mario Ferrari, Mario Danger, Chris Campbell, Dalton Wayne, Ryan Bollman, Reyna Dash, Carmen Resben, Kinda Guitarded et Nikki. Tout est normal.

Dans cette affaire, pour bien montrer que les filles avaient à faire à un salopard, le procureur insiste sur le fait que quand certaines d’entre elles venaient se plaindre de ne pas être payées, Mario n’hésitait pas à envoyer des images de leurs essais porno à leurs employeurs ou à des proches. Ben oui : quitte à les escroquer, pourquoi ne pas ruiner leur vie au passage. Quel charmant garçon !

LVDX - US 36 - Visuel (4) - Photos extraite d'un castingUn parcours foireux pour un gaillard du même bois

Les filles dupées sur le thème du futur film X sont loin d’être les premières victimes de Mario. Cet individu a déjà eu plusieurs fois affaire à la justice, que ce soit pour vol, escroquerie et autres broutilles. Connu des tribunaux du Tennessee, notre foireux avait opté pour le Missouri et passait son temps à changer de nom, d’adresse et de numéro de téléphone. C’était juste une question de temps avant qu’il ne finisse par se prendre un mur judiciaire pour de bon. Scrupuleux à défaut d’être honnête, Mario prenait le temps de préparer tout un tas de faux documents censés valider son personnage de réalisateur : faux chèques destinés à d’autres modèles, formulaires fiscaux justifiant de son statut d’employeur sans oublier l’adresse email [email protected] avec laquelle il communiquait avec ses victimes. Notre homme se présentait aussi comme photographe de mariage – quelques escroqueries de plus – et doit aujourd’hui répondre de 12 faits de fraude au virement, deux faits de cyberharcèlement, deux faits de détournement en ligne, mensonges à des agents fédéraux, obstructions à la justice, extorsions, j’en passe et des meilleures.

LVDX - US 36 - Visuel (6) - Voilà finalement le portrait qui lui convient le mieuxMario Antoine devrait pour ce joli palmarès être condamné à dix ans de prison dans un pénitencier fédéral, sans possibilité de libération anticipée, plus une condamnation à rembourser l’ensemble de ses victimes. La décision sera rendue le 13 septembre prochain. Il faut souhaiter à Mario, une fois en prison, qu’il ne soit pas lui aussi confronté à de faux réalisateurs de films X gays en milieu carcéral. Il paraît que les castings y sont beaucoup plus rudes…

NB : Les photos d’illustration proviennent évidemment ici de vrais castings, faits par de vrais producteurs et tournés par de vrais réalisateurs.

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.