Suivez-nous

Bio/Milieu du X

Les Anal Queens, nouvelles rockstars du cul

Elise

Publié

le

Holly Hendrix a réalisé ce qui s’apparente à une prouesse de haute voltige en 2016. Cette jeune actrice alors à peine âgée de 19 ans et n’ayant qu’une année d’expérience dans le porno, a passé 27 jours consécutifs à tourner des scènes anales entre juin et juillet 2016. Pour la pornstar en devenir, c’était un défi, défi relevé haut les mains… Mais oubliée, la sodomie lambda réalisée avec précaution et douceur, ici, c’est quelque chose de brutal et de physiquement marquant. Zoom sur les nouveaux piliers du porno : Les Anal Queens.

Il existe depuis quelques années ce que l’on peut appeler une « surenchère » des studios de production en matière de pratique anale. Cela provient d’une demande de plus en plus croissante des gens pour le cul (l’organe). La sodomie au sein du couple hétérosexuel n’étant pas toujours bien accueillie de toutes et tous, ce presque refus s’est aujourd’hui mué vers un véritable engouement à la limite de la banalisation. Au final, les Anales Queens deviennent de véritables rockstars du cul.

LVDX - Anal Queens - Visuel (1) - Une - Holly HendrixLa jeune Holly Hendrix n’est pas la seule à s’être livrée à ce type de marathon anal. Un vrai sport d’endurance qui nécessite un bon mental, de l’entraînement et de la préparation. Lorsqu’on pense à ce que peuvent être 27 jours d’anales en continu les images de ces révisions de l’extrême qui viennent à l’esprit ne sont pas toutes des plus réjouissantes… Ça chauffe, ça brûle ou ça déchire, mais dans le très mauvais sens du terme ! Ces nouvelles reines font subir une pression des plus intenses à leur cul. La logique veut que, face à cette pression accrue, les carrières soient limitées par des douleurs ou des blessures. Il est vrai que des préparations préalables de l’anus peuvent aider à passer entre les mailles des filets de la douleur… mais pas toujours.

LVDX - Anal Queens - Visuel (2)L’Anus est un muscle fragile, tel un bouton de rose, il est bien plus fragile qu’un vagin par exemple. Une pénétration anale réussie dépend souvent de trois choses : une bonne communication entre les participants, du lubrifiant à foison et un bon angle de pénétration, ce sont les trois clés de la réussite. L’Anus est fragile, car ses parois sont fines et il est peu profond. Les risques de pratiques anales trop brutales sont nombreux. Notamment les déchirements de paroi rectale pour n’en citer qu’un… rien de bon qui vaille. Peu de statistiques sur ces pratiques permettent aujourd’hui de dire leur effet à long terme, mais elles peuvent provoquer un affaiblissement des muscles de cette zone, qui mène, elle, vers l’incontinence. On conseille notamment à celles et ceux qui pratiquent régulièrement la sodomie passive d’aller au moins une fois par an chez le proctologue. En effet, les cancers du côlon se soignent, à condition d’être dépistés à temps.

LVDX - Anal Queens - Visuel (3)Ce qui est surprenant à propos de ces Anal Queens, c’est qu’elles n’ont souvent que très peu d’expérience dans l’anal. Comme Hendrix, certaines n’ont même pas reçu un petit doigt dans le cul de leur vie, avant leur première scène. Pour Holly, l’anale est clairement un moyen de se démarquer des autres hardeuses et de mieux gagner sa vie. Joane Angel, une autre Anal Queen, assure que les plus jeunes, sans forcément l’avoir pratiqué, en savent beaucoup sur l’anal, même si cela ne correspond pas à tout le monde, car certaines n’arrivent pas à se détendre suffisamment. Mais celles qui le peuvent continuent, car c’est mieux payé et plus populaire. Elles prennent des antidouleurs et serrent les dents. Ces spécialistes affirment poser des limites en étant à l’écoute de leur corps.

Nombreuses sont celles qui s’imposent des règles de fréquence entre chaque pénétration rectale. En effet, tout dépend aussi du nombre de rapports par jour et de la durée de chacune… ou encore du nombre de doubles anales. Une chose est sûre : même si les gens prennent leur précaution et se préparent en amont correctement, très peu pourront supporter les pratiques quotidiennes de ces Queens d’un nouveau genre.

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.